Actualité

 

Tribune

 

Politique

 

Culture

 

Société

Sites

10 Nov. 2005

REPUBLIQUE TOGOLAISE
TRAVAIL-LIBERTE-PATRIE
COMMISSION NATIONALE SPECIALE D’ENQUETE INDEPENDANTE
(CNSEI)

RAPPORT SUR LES ACTES DE VIOLENCE ET DE VANDALISME
SURVENUS AU TOGO AVANT, PENDANT
ET APRES L’ ELECTION PRESIDENTIELLE DU 24 AVRIL 2005

Novembre 2005………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

1. INTRODUCTION

1. .. Genèse de la Commission ................................................................................................

2. . Mandat de la Commission..................................................................................................

3. .. Composition et organisation de la Commission...............................................................

1.3.1. Composition...............................................................................................................................................

1.3.2. Organisation...............................................................................................................................................

2. CONTEXTE ECONOMIQUE ET SOCIO-POLITIQUE DE LA CRISE TOGOLAISE.......................

2.1. Données géographiques................................................................................................................................

2.1.1. Géographie physique et économique.........................................................................................................

2.1.2. Géographie humaine .................................................................................................................................

2.2. Données socio-économiques........................................................................................................................

2.2.1. Situation économique.................................................................................................................................

2.2.2. Situation sociale ........................................................................................................................................

2.3. Environnement politique national.................................................................................................................

2.3.1. Repères historiques jusqu’aux coups d’Etat de 1963 et de 1967................................................................

2.3.2. Le règne du parti unique............................................................................................................................

2.3.3. La Conférence Nationale et la difficile transition démocratique................................................................

2.3.4. La place des forces de sécurité dans le système politique togolais............................................................

2.4. Etat des relations avec la Communauté Internationale..................................................................................

2.5. Situation du Togo par rapport aux droits de l’Homme.................................................................................

3. METHODOLOGIE.......................................................................................................................................

3.1. Le déroulement de la mission........................................................................................................................

3.2. La méthodologie de réalisation de la mission................................................................................................

3.2.1. La population auditionnée..........................................................................................................................

3.2.2. L’unité d’audition.......................................................................................................................................

3.2.3. La méthode d’audition...............................................................................................................................

3.2.4. La sécurisation des auditions et des personnes...........................................................................................

3.2.5. La bonne coopération de certaines institutions et personnes......................................................................

3.2.6. Les difficultés rencontrées.........................................................................................................................

3.2.7. Le traitement des données.........................................................................................................................

4. ETABLISSEMENT DES FAITS DANS L’ORDRE CHONOLOGIQUE................................................

4.1. La période dite "Avant le scrutin du 24 avril 2005" ....................................................................................

4.2. La période dite "Pendant le scrutin du 24 avril 2005"...................................................................................

4.3. La période dite "Après le scrutin du 24 avril 2005".......................................................................................

4.4. Etat des allégations........................................................................................................................................

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 2 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

VI

5. L’ ETABLISSEMENT DES PREUVES ......................................................................................................

5.1. Les preuves matérielles................................................................................................................................

5.1.1. Les traces laissées sur le corps des victimes...............................................................................................

5.1.2. Les impacts sur les sites.............................................................................................................................

5.1.3. Les carcasses des matériels roulants ..........................................................................................................

5.1.4. Les témoignages.........................................................................................................................................

5.2. Les preuves fournies par les sources écrites..................................................................................................

5.2.1. Les rapports des Institutions de l’Etat.........................................................................................................

5.2.2. Les rapports des ONG humanitaires et des Droits de l’Homme...............................................................

5.2.3. Les rapports des structures locales des partis politiques impliqués dans le scrutin du

24 avril 2005........................................................................................................................................................

5.2.4. Les rapports des instances dirigeantes nationales des partis politiques.....................................................

5.2.5. Les rapports des principales institutions hospitalières publiques et privées ayant

accueilli les victimes ...........................................................................................................................................

5.2.6. Les articles et dépêches des médias nationaux et internationaux..............................................................

5.2.7. Les sources photographiques et audiovisuelles.........................................................................................

5.3. La typologie des exactions commises recensées et classées par la Commission .........................................

5.3.1. Les actes sur les personnes........................................................................................................................

5.3.1.1. Les atteintes à la vie..............................................................................................................................

5.3.1.2. Les atteintes à l’intégrité physique (sévices sexuels, enlèvements, tortures et autres traitements cruels

et dégradants). .....................................................................................................................................................

5.3.1.3. Les atteintes à la dignité et à l’honneur....................................................................................................

5.3.1.4. Les atteintes à l’intégrité psychique et morale........................................................................................

5.3.1.5. Les menaces, les intimidations et les déplacements forcés de personnes................................................

5.3.2. Les atteintes aux biens et à la propriété......................................................................................................

5.4. La typologie des instruments utilisés par les auteurs des exactions...............................................................

5.4.1. L’inventaire des armes blanches.................................................................................................................

5.4.1.1. Les armes blanches ouvrées ou acquises ...............................................................................................

5.4.1.2. Les armes blanches non ouvrées .............................................................................................................

5.4.2. Les armes à feu...........................................................................................................................................

5.4.2.1. Les armes conventionnelles ....................................................................................................................

5.4.2.2. Les armes à feu non conventionnelles ....................................................................................................

6. PRESENTATION DES RESULTATS..........................................................................................................

6.1. Le bilan de la période dite Avant le scrutin présidentiel................................................................................

6.2. Le bilan de la période dite Pendant le scrutin présidentiel : du 24 au 25 avril 2005.....................................

6.3. Le bilan de la période dite Après le scrutin présidentiel................................................................................

VII

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 3 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

6.4. Bilan global : Présentation des résultats.........................................................................................................

6.4.1. Le nombre des exactions recensées.............................................................................................................

7. ANALYSE ET DETERMINATION DES CIRCONSTANCES.................................................................

7.1. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la période dite

"Avant le scrutin" .........................................................................................................................................

7.1.1. Les manifestations consécutives au coup d’Etat du 05 février 2005..........................................................

7.1.2. Les disputes au sujet de l’organisation du scrutin présidentiel ..................................................................

7.1.3. Les disputes au sujet des délais constitutionnels pour la tenue du scrutin. ................................................

7.1.4. Les manifestations relatives à la campagne électorale................................................................................

7.2. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la période dite

"Pendant le scrutin" ....................................................................................................................................

7.2.1. Les disputes au cours des opérations de révision des listes et de distribution des cartes d’électeurs………

……………………..

7.2.2. Les opérations « anti-fraude » des groupes de jeunes de la coalition.........................................................

7.2.2.1. Les attroupements aux alentours des Bureaux de vote aux fins de surveillances et de contrôle des

opérations de décompte des bulletins de vote d’établissement et de retrait des procès-verbaux et autres

documents électoraux ainsi que de le leur acheminement....................................................................................

7.2.2.2. Les opérations de déprédation ou de protection du matériel électoral.....................................................

7.2.2.3. Les opérations commandos de la coalition aux fins d’empêchement de la collecte et de

l’acheminement des procès-verbaux vers les centres de traitement des résultats. ...................................

7.3. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la période dite

"Après le scrutin". …………………………………………………………………...

7.4. « Circonstances cadres » communes aux trois périodes ..............................................................................

8. L’ ETABLISSEMENT DES RESPONSABILITES ...................................................................................

8.1. Le Cadre général des responsabilités............................................................................................................

8.2. Les responsabilités générales de l’Etat togolais............................................................................................

8.3. Les responsabilités du gouvernement............................................................................................................

8.4. Les responsabilités particulières de l’Administration Electorale...................................................................

8.5. Les responsabilités communes au RPT et à la coalition...............................................................................

8.6. Les responsabilités communes du pouvoir intérimaire et de la coalition de l’opposition

au regard des communautés étrangères..........................................................................................................

8.6.1. Les responsabilités particulières du RPT...................................................................................................

8.6.2. Les responsabilités particulières de la Coalition.........................................................................................

8.7. Les responsabilités des Forces Armées Togolaises et des Forces de Sécurité ..............................................

8.7.1. L’implication des forces de sécurité dans la vie politique et les violences qui en ont

découlé.....

VIII

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 4 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

8.7.2. Le contexte de l’engagement des forces de sécurité dans les violences politiques...................................

8.7.3. Le mode opératoire des forces de sécurité..................................................................................................

8.8. La responsabilité des médias.........................................................................................................................

9. CONCLUSIONS, RECOMMANDATIONS ET PERSPECTIVES...........................................................

9.1. Conclusions...................................................................................................................................................

9.2. Recommandations.........................................................................................................................................

9.2.1. Sur le plan politique...................................................................................................................................

9.2.2. Au regard des institutions de la République...............................................................................................

9.2.3. Au regard des forces armées togolaises et des forces de sécurité...............................................................

9.2.4. Sur le processus électoral...........................................................................................................................

9.2.5. Au regard des autorités locales...................................................................................................................

9.2.6. Au regard de la société civile......................................................................................................................

9.2.7. Au regard des communautés étrangères vivant au Togo...........................................................................

9.2.8. Au regard de la communauté internationale...............................................................................................

9.3. Perspectives d’avenir....................................................................................................................................

ANNEXES...........................................................................................................................................................

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 5 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

LISTE DES SIGLES ET DES ABREVIATIONS

CEDEAO : Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’ouest

CELI : Commission Electorale Locale Indépendante

CENI : Commission Electorale Nationale Indépendante

CNDH : Commission Nationale des Droits de l’Homme

CNSEI : Commission Nationale Spéciale d’Enquête Indépendante

CONST. : Constitution

CP : Code Pénal

CPP : Convergence Patriotique Panafricaine

CUT : Comité de l’Unité Togolaise

HAAC : Haute Autorité de l’Audio – Visuel et de la Communication

HCR : Haut Commissariat de pour les Réfugiés

LTDH : Ligue Togolaise des Droits de l’Homme

MTDLDH : Mouvement Togolais de Défense des Libertés et des Droits de

l’Homme

OIF : Organisation Internationale de la Francophonie

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

ONG : Organisation Non Gouvernemental

ONU : Organisation des Nations Unis

ONUCI : Organisation des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire

ONUSIDA : Organisation des Nations Unies pour le SIDA

OSAT : Office de sécurité Alimentaire du Togo

OUA : Organisation de l’Unité Africaine

PIB : Produit Intérieur Brut

PM : Premier Ministre

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PR : Président de la République

RPT : Rassemblement du Peuple Togolais

UA : Union Africaine

UCPN : Union des Chefs et des Populations du Nord

UE : Union Européenne

Sigles statistiques

MP : Mouvance Présidentielle

O : Opposition

N : Neutre

ND : Non Déclaré

BAB : Blessures par Arme Blanche

BAT : Blessures par Arme à feu Traditionnelle

BAC : Blessures par Arme à feu Conventionnelle

ACC : Blessures par Accident

BI : Blessures par Incendie ou brûlure

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 6 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

COMMISSION NATIONALE SPECIALE D’ENQUETE INDEPENDANTE

(CNSEI)

FICHE D’AUDITION

· Nom et Prénom : ____________________________________________________

· Age : /____/ 3. Sexe : /___/ 4. Situation matrimoniale : Marié Célibataire Enfant

5. Profession : _____________________________________________________________

6. Domicile : ______________________________________________________________

7. Adresse : _________________________________ Rue _________________________

BP : __________________ E-mail : ______________________________________

Tél. Bureau : ________________ Domicile : _____________ Cel. : _____________

8. Nationalité : _____________________________________________________________

9. Déposition Confidentielle ? oui non

10. Etes-vous : Victime ? témoin autres (préciser ) : _____________________

11. Restriction des faits :

Lieu ____________________________ Date /____/____/_____/ Heure /____/____/

Circonstances : _______________________________________________________

Les faits : ________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________

_________________________________________________________________________________

12. Compléments d’informations :

12.1. – Avez-vous des pièces justificatives : oui non

12. 2. – Lesquelles ? Photos Procès-verbal Pièces médicales

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 7 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

12.3. – Menez-vous des activités politiques oui non

12.4. – De quelle sensibilité êtes-vous ?

– Du pouvoir ? de l’Opposition ? Neutre ?

12.5. – Votre place dans le dispositif politique : _____________________________________

12. 6. – Rôle joué au cours des élections : __________________________________________

____________________________________________________________________________

12.7. – Raisons expliquant votre agression ?

– Politique ? oui non

12.8. – Autres ? _______________________________________________________________

____________________________________________________________________________

12.9. – Autres ?

_____________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

12.10. – Citer au plus 3 personnes ou groupes de personnes identifiées lors de l’agression :

_____________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

12.11. Avez-vous des témoins ? oui non

12.12. – Si oui, citez au plus trois témoins : _________________________________________

___________________________________________________________________________________________________

12.13. – Avez-vous portez plainte ? – oui non

– Oui, auprès de qui ? ____________________________________________________

12.14. – Avez-vous adressé des rapports à d’autres institutions ? oui non

Si oui, les quelles ?

12.15. – Conditions de vie actuelles (logement et moyen de subsistance)

Ancien cadre oui non

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 8 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Nouveau cadre oui non

12.16. – Dommages : corporel matériels Autres (préciser) : _______________________

12.17. – Décès : oui non

Si oui préciser la cause __________________________________________________

12.18. – A combien estimez-vous en francs CFA la valeur de vos dommages matériel ?

____________________________________________________________________________

12.19. – Nécessité d’une expertise ? oui non

Si oui, préciser le type : _________________________________________________

12.20. – Avez-vous une proposition à faire à la Commission ? oui non

Si oui laquelle ? _______________________________________________________

_____________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

12.21. – Conclusion. (Réservée à la Commission)

LISTE DES TABLEAUX

Tableau N°1. Nombre de personnes auditionnées sur les faits situés dans la période dite avant le scrutin

(du 05. 02 05 au 23. 04. 05) ----------------------------------------------------------------28

Tableau N°2. Nombre de décès enregistrés au cours de la période dite avant le scrutin------29

Tableau N°3. Nombre de décès avec répartition selon l’agent causal et par région ----------30

Tableau N°4. Nombre de blessés par région et par sensibilité politique------------------------30

Tableau N°5. Nombre de blessés avec répartition selon l’agent causal et par région---------31

Tableau N°6. Nombre des victimes des dégâts matériels-----------------------------------------31

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 9 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Tableau N°7. Nombre des exactions commises au cours de la période dite avant le scrutin dont les

auteurs et commanditaires civils sont identifiés ou soupçonnés -----------------------32

Tableau N°8. Nombre d’agressions ou d’incidents avec répartition par région----------------32

Tableau N°9. Nombre de personnes auditionnées -------------------------------------------------33

Tableau N°10. Nombre de décès répartis par région et par sensibilité politique---------------34

Tableau N°11. Nombre des décès avec répartition selon l’agent causal et par région---------34

Tableau N°12. Nombre de blessés répartis par sensibilité politique et par région--------------35

Tableau N°13. Nombre de blessés avec répartition selon l’agent causal et par région--------35

Tableau N°14. Nombre des victimes des dégâts matériels répartis par sensibilité politique--36

Tableau N°15. Nombre des auteurs et commanditaires civils identifiés ou soupçonnés des avec

répartition par sensibilité politique et par région----------------------------------------------36

Tableau N°16. Nombre d’agressions ou d’incidents au cours desquels les exactions commises imputées

aux agents des forces de sécurité avec répartition par région--------------------------37

Tableau N°17. Nombre de personnes auditionnées ------------------------------------------------37

Tableau N°18. Nombre de décès enregistrés par sensibilité politique --------------------------38

Tableau N°19. Nombre de décès avec répartition selon l’agent causal et par région----------39

Tableau N°20. Nombre de personnes blessées par région et par sensibilité politique---------39

Tableau N°21. Nombre de blessés selon l’agent causal et par région ---------------------------40

Tableau N°22. Nombre des dégâts matériels répartis par sensibilité politique-----------------40

Tableau N°23. Nombre des auteurs et commanditaires civils identifié ou soupçonnés des exactions avec

répartition par sensibilité politique et par région ---------------------------------41

Tableau N°24. Nombre d’agressions ou d’incidents au cours desquels les exactions commise sont été

imputées aux agents des forces de sécurité avec répartition par région-----------------41

Tableau N°25. Nombre cumulatif des personnes auditionnées sur les faits situés dans les trois (3)

périodes ----------------------------------------------------------------------------------------------42

Tableau N°26. Nombre cumulatif de décès enregistrés au cours des trois périodes avec répartition selon

l’agent causal et par région--------------------------------------------------------44

Tableau N°27. Nombre de blessés répartis par région et sensibilité politique-----------------44

Tableau N°28. Nombre cumulatif des blessés enregistrés au cours des trois périodes avec répartition

selon l’agent causal et par région -------------------------------------------------------45

Tableau N°29. Statistique des auteurs civils de violences par région et par sensibilité politique pour les

trois (3) périodes------------------------------------------------------------------45

Tableau N°30. Statistique des exactions ou la présence des forces de l’ordre et de sécurité a été signalée

au cours des trois (3) périodes ---------------------------------------------------------46

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 10 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Tableau N°31. La valeur des dégâts des victimes par région et par sensibilité politique au cours des

trois (3) périodes----------------------------------------------------------------------------47

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 11 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

A toutes les victimes des troubles socio-politiques survenus au Togo avant,
pendant et après
le scrutin présidentiel du 24 avril 2005

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 12 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

1. INTRODUCTION

1.1. Genèse de la Commission

Le décès soudain du Président de la République, Gnassingbé EYADEMA le 05 février 2005 ouvre une

crise de succession dont la gestion par l’armée togolaise, la classe politique togolaise et la Communauté

internationale se traduit par des dysfonctionnements des Institutions de la République togolaise.

En effet à l’annonce de la mort de l’ancien Chef de l’Etat, des officiers de l’armée togolaise confient les

rênes du pouvoir à Monsieur Faure Gnassingbé, fils du défunt. Dans la foulée, le Rassemblement du

Peuple Togolais (RPT) parti au pouvoir approuve publiquement cette décision. L’Assemblée Nationale,

à son tour procède aux réajustements constitutionnels et proclame Monsieur Faure GNASSINGBE,

Président de la République au lieu de l’ancien Président de l’Assemblée Nationale en mission à

l’étranger. De son côté la Cour Constitutionnelle reçoit le serment du nouveau Président de la

République.

Face aux protestations des partis politiques de l’opposition et de la société civile, aux récriminations et

sanctions de la Communauté internationale, notamment la Communauté Economique des Etats de

l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union Africaine (UA), de l’Organisation Internationale de la

Francophonie (OIF), de l’Union Européenne (UE), Monsieur Faure GNASSINGBE démissionne le 25

février 2005, ouvrant ainsi la voie au retour à l’ordre constitutionnel et à l’élection présidentielle dont la

date a été fixée au 24 avril 2005. Mais très vite des inquiétudes se font jour sur les préparatifs de cette

élection, notamment en ce qui concerne la révision des listes électorales, l’établissement des cartes

d’électeurs et leur distribution.

C’est dans ce climat que le Ministre de l’Intérieur chargé de l’organisation de cette élection dénonce, 48

heures avant le scrutin, au cours d’une conférence de presse impromptue, les risques de dérapages liés à

cette élection et en demande le report. Les élections se sont néanmoins tenues le 24 Avril 2005 avec

pour candidats Faure Essozimna GNASSINGBE, (RPT), Emmanuel Bob AKITANI (UFC, Coalition de

l’opposition), Octaviano Harry OLYMPIO (RSDD), Nicolas LAWSON (PRR).

Le 26 Avril 2005, la Commission Electorale Nationale Indépendante donne Monsieur Faure Essozimna

GNASSINGBE vainqueur du scrutin sur fond de contestation et de violences. Cette succession

d’événements et de contestations a engendré du 05 février au 30 juin 2005 des actes de violence et de

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 13 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

vandalisme qui justifient la création par le Président de la République, de la Commission Nationale

Spéciale d’Enquête Indépendante le 25 mai 2005.

1.2. Mandat de la Commission

Créée par Décret N° 2005-050/PR du 25 mai 2005 la Commission Nationale Spéciale d’Enquête

Indépendante (CNSEI) a pour mission :

« de diligenter des investigations en vue de déterminer les circonstances de ces actions faites de
violence et de vandalisme, d’évaluer les préjudices subis par l’Etat et toute autre victime, de faire
entreprendre des poursuites judiciaires contre les auteurs et les commanditaires présumés de ces
actes ».

1.3. Composition et organisation de la Commission

1.3.1. Composition

L’article 3 du décret fixe la composition de la Commission comme suit :

- Maître Joseph Kokou KOFFIGOH, Ancien Premier Ministre, Président,

- M. Têtê Théodose TEKOE, Président de la Cour Suprême, Vice-Président,

- M. Gilbert BAWARA, Ancien fonctionnaire des Nations Unies, Département des Droits de

l’Homme, 1er Rapporteur,

- M. Sey-sandah LANTAM-NINSAO, Professeur de droit à l’Université de Lomé (UL), 2ème

Rapporteur,

- M. Lucien MESSAN, Membre,

- M. Robert DUSSEY, Membre,

- Professeur agrégé Badjona SONGNE, Chef des Services d’urgences Chirurgicales, Membre,

- Un Représentant de la CNDH, Membre,

- Un Représentant de la LTDH, Membre,

- Un Représentant du MTDLDH, Membre

De ces membres, le premier Rapporteur, devenu Ministre délégué chargé de la coopération auprès du

Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine n’a pas été remplacé. De

même, le Représentant de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) n’a jamais été désigné par

son association , ce qui ramène le nombre des membres de la Commission à huit (8) personnes au lieu

de dix (10) prévues par le décret. Quant à la CNDH, elle a désigné sa représentante en la personne de

Madame Clotilde Amavi TSOGBE et le MTDLDH a nommé Monsieur Claude VONDOLY comme son

représentant.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 14 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

1.3.2. Organisation

Pour réaliser leur mission, les membres de la Commission se sont répartis en plusieurs équipes pour les

auditions et les visites sur le terrain. Une permanence a été assurée au siège de la Commission afin de

répondre en tant que de besoin aux sollicitations de la population.

Sur le plan matériel, la Commission s’est dotée :

· d’un secrétariat,

· d’un bureau pour le Président,

· d’un bureau pour le Vice-président

· d’une salle de réunion

· d’une salle d’attente.

Elle a obtenu des pouvoirs publics les moyens financiers nécessaires à son fonctionnement, toutes les

garanties pour interroger les autorités civiles et militaires du pays, pour se déplacer en toute liberté et

sécurité sur toute l’étendue du territoire national. Elle a obtenu par Décret

N°2005-065/PR du 04 Août 2005 l’immunité pénale, civile et disciplinaire pour ses membres.

Dans le domaine des ressources humaines, elle s’est attaché les services :

· de quatre Experts :

un Sociologue,

un Ingénieur Statisticien,

un Architecte,

un Médecin légiste,

· de l’Expertise de la Mission Résidente du PNUD au Togo sous la forme d’une initiation aux

techniques d’Enquête Internationale ;

· de dix sept (17) assistants dont un Ingénieur des Travaux Statistiques pour le dépouillement des

auditions, le contrôle de la codification et la saisie des données ;

· d’opératrices de saisie des données,

· de personnel de sécurité et de logistique.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 15 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

2. CONTEXTE ECONOMIQUE ET SOCIO-POLITIQUE DE LA CRISE TOGOLAISE

Ce contexte renvoie à un ensemble de facteurs géographiques, économiques et politiques, à l’état des

relations du Togo avec la Communauté Internationale et à la crise de succession au Général

GNASSINGBE EYADEMA.

2.1. Données géographiques

2.1.1. Géographie physique et économique

Territoire d’une superficie de 56.000 km2, situé entre le Bénin à l’Est et le Ghana à l’Ouest, le Togo est

compris entre 6° et 11° de latitude nord ; il est bordé au sud par l’Océan atlantique sur une largeur de 50

Kms et limité au Nord par le Burkina- Faso à 700 Kms de l’océan. De tous les pays du Golfe de Guinée,

il frappe par sa silhouette longiligne presque humaine qui s’incline vers l’Ouest.

Traversé par une chaîne de montagnes, les Monts fétiches, qui le prennent en écharpe du sud, sud-ouest

à nord- nord-ouest, le pays connaît deux saisons sèches et deux saisons humides au sud, une saison

sèche et une saison humide au nord. Deux bassins hydrographiques se partagent cette contrée : au sudest,

celui du Mono et du Lac Togo ; au nord-ouest, celui de l’Oti. Il jouit d’une flore composée de

savanes arborées dans la plaine de l’Oti et de végétation sahélienne dans l’extrême nord d’une part, et

dans le sud, d’une formation forestière qui jouxte celle du Ghana voisin d’autre part. Celle-ci abrite une

faune variée.

En dehors du cacao et du coton en butte à une baisse drastique des prix sur le marché international, les

phosphates, les plâtres, chaux et ciments constituent ses principales ressources d’exportation.

Le Togo dispose d’un Port en eau profonde, le premier en Afrique et qui en fait une porte océane pour

les pays du Sahel, notamment le Burkina-Faso , le Niger, le Mali voire le Tchad.

2.1.2. Géographie humaine

Le peuplement du Togo est très varié car on y compte pas moins de quarante ethnies dont les plus

importantes sont les Ewés, les Kabyès, les Mobas et les Guins-Minas, toutes unies par un syncrétisme

religieux animiste et chrétien d’une part, animiste et musulman d’autre part.

Le Togo rassemble en 2005 près de cinq (5) millions d’âmes, dont 20% dans la Capitale, Lomé,

dominant de loin les autres villes secondaires que sont Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Kara, et Dapaong.

Sa population est jeune car les moins de 15 ans représentent 44 % et les moins de 40 ans, 83 %.

Divisé en cinq (5) régions économiques1, il se caractérise par trois niveaux de collectivités territoriales

décentralisées : la Région, la Préfecture et la Commune. La préfecture regroupe les cantons et les

villages dirigés par des chefs traditionnels assistés par des conseils locaux.

1
Ces cinq (5) régions sont : la région Maritime, la région des Plateaux, la région Centrale, la région de la Kara et la région

des Savanes

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 16 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

2.2. Données socio-économiques

2.2.1. Situation économique

L’évolution économique de ces deux dernières décennies est marquée par les effets contrastés des

programmes d’ajustement structurel, la dévaluation du FCFA le 12 janvier 1994, l’instabilité de

l’environnement économique international et les effets des sanctions de l’Union européenne à partir de

1993.

Ainsi, en dépit des efforts de stabilité macroéconomique et de réformes structurelles, l’économie

éprouve des difficultés à créer des richesses et à améliorer la situation des Togolais. Faiblesse des taux

de croissance, alourdissement de la dette extérieure affectent et la relance économique et les politiques

de développement à long terme.

Avec une baisse du niveau de vie de 30 % et des taux de croissance négatifs, excepté pour l’année

2003, une dette extérieure estimée fin 2003 à 2,32 milliards de dollars US ,des arriérés intérieurs

représentant 7 % du PIB fin 2003 soit près de 275 milliards de francs CFA, les capacités d’intervention

financière de l’Etat se sont amenuisées pendant que s’affaiblissait sa vocation institutionnelle de

régulation de l’activité économique et de protection des catégories sociales les plus vulnérables. Dans ce

contexte, le taux d’investissement public est passé de 20 % du PIB en 1980 à 6 % en 2001, l’aide

internationale par tête d’habitant, de 39 dollars en 1996 à 10 dollars en 2001 soit une baisse de 74 %.2

2.2.2. Situation sociale

Sur le plan social, les secteurs de la santé et de l’éducation sont également marqués par des difficultés.

Dans le domaine de l’éducation, les taux de déperdition entre tous les degrés d’enseignement avoisinent

les 68 %. Dans l’enseignement supérieur, la concentration de 80 % des effectifs dans les départements

littéraire et para littéraire à l’Université de Lomé, dans un monde en pleine mutation scientifique et

technique, donne la mesure de l’inadaptation de ce secteur.

Dans le domaine de la santé, le paludisme demeure la première cause de mortalité soit 18 % des décès

au début du 3ème millénaire. Le nombre de lits d’hospitalisation a diminué de 40 % en raison de la

vétusté des lits mis hors d’usage. L’effectif du personnel médical et para médical a connu une

contraction de 41 % ; le nombre de médecins par habitant est passé de 1 pour douze mille en 1999 à 1

pour 36500 en 2000 soit une diminution nette de 200 % due principalement à des départs à le retraite;

ce chiffre est supérieur aux normes internationales d’un (1) médecin pour 7000 habitants, prévues par

l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ; pendant ce temps, la dépense médicale moyenne par

habitant est passée de 2 300FCFA à 4 200FCFA soit une augmentation de 83 %.3 L’accès à la

nourriture s’est dégradé pour 69 % des ménages togolais. La malnutrition affecte un (1) enfant sur

quatre (4) de moins de 5 ans ; le taux de mortalité infantile avoisine les 146 pour 1000 ; par ailleurs,

2 In Banque mondiale, Rapport sur le développement dans le monde, p, 299, éditions ESKA, Paris 2004

3 Source : Ministère de l’Economie, des Finances et des Privatisations, Togo

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 17 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

l’espérance de vie à la naissance est descendue de 55 ans en 1990 à 49 ans en 2003 en raison de ce taux

élevé de mortalité infantile et des ravages que cause la pandémie du SIDA. En 2001, le taux de

prévalence chez les adultes (15-49 ans) a été estimé par l’ONUSIDA à plus de 6% avec un taux

d’environ 9 % pour la ville de Lomé.

Face à la dégradation de l’économie et du système éducatif, le chômage des jeunes devient inéluctable

en dépit des avancées du programme Emploi formation du début des années 90 et des recrutements

répétés dans la fonction publique togolaise. L’existence d’un parc d’environ quarante mille (40 000)

taxis motos est un indicateur inquiétant de chômage.

Cette situation est grosse de menaces pour l’avenir du Togo dont le capital humain constitue le premier

facteur dans le processus de développement.

Ainsi, le comportement de tous les indicateurs économiques, culturels et sociaux montre à suffisance

que la pauvreté s’est accentuée au Togo au cours de ces quinze dernières années. A preuve, 72,6% des

togolais vivent en dessous du seuil de pauvreté et 57,4% dans une extrême pauvreté sur la base de

revenus annuels de 100 800 francs CFA et 78 400 francs CFA. Cette pauvreté est l’une des causes des

actes de violence et de vandalisme.

2.3. Environnement politique national

2.3.1. Repères historiques jusqu’aux coups d’Etat de 1963 et de 1967

Ancienne colonie allemande de 1884 à 1914, puis territoire sous tutelle française de 1917 à 1960, le

Togo accède à l’indépendance le 27 avril 1960.

Les périodes pré et post indépendance ont été caractérisées par de violentes tensions entre les

partisans de l’indépendance immédiate incarnée par le Comité de l’Union Togolaise (C.U.T.) dont le

chef de file était M. Sylvanus OLYMPIO d’une part et d’autre part entre les partisans de l’autonomie

interne incarnés par le Parti du Progrès dont le chef de file était M. Nicolas GRUNITZKY. Ces derniers

étaient soutenus par l’administration coloniale française et son appareil répressif dirigé contre les

militants du CUT et de la JUVENTO.

A la suite de la victoire des nationalistes en 1958, ceux-ci n’ont pas su empêcher leurs milices

baptisé « ABLODE SODJA » ou « soldats de la liberté » de se livrer à des représailles contre les

militants du Parti du Progrès dont beaucoup y compris leurs leaders ont pris le chemin de l’exil.

D’autres tensions étaient internes à la Coalition formée autour de M. Sylvanus OLYMPIO. La jeunesse

radicale de cette coalition connue sous l’appellation de JUVENTO entra en dissidence avec le CUT et

sera à son tour accusée de comploter contre le régime. Ses militants et responsables seront à leur tour

pourchassés, emprisonnés ou exilés.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 18 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Sur ces tensions sont venues se greffer des difficultés de la politique étrangère du gouvernement qui

s’est aliéné l’ancienne puissance coloniale.

C’est dans ce contexte que des soldats togolais démobilisés de l’armée coloniale française font le

premier coup d’Etat, le 13 janvier 1963 qui a abouti à l’assassinat du Président de la République M.

Sylvanus OLYMPIO. Le coup d’Etat était mené par un Comité insurrectionnel dont faisait partie le

Sergent Chef Etienne GNASSINGBE EYADEMA. Après un intermède de quatre ans par MM Nicolas

GRUNITZKY et Antoine Idrissou MEATCHI, l’armée sous le commandement du Colonel EYADEMA

alors chef d’Etat Major reprend le pouvoir en 1967 et fait entrer le Togo sous le règne du parti unique le

30 novembre 1969.

2.3.2. Le règne du parti unique

Incarné par le Rassemblement du Peuple Togolais, ce système de parti - Etat, bien que constitutionnalisé

au début des années 1980 et malgré quelques tentatives de libéralisation dont notamment la liberté de

candidature aux élections législatives en 1985, la création d’une Commission Nationale des Droits de

l’Homme en 1987, et un début de libéralisation de la presse (en 1989) n’a pas pu résister au mouvement

populaire qui a éclaté le 05 Octobre 1990. Ce dernier connaît son apogée en juillet 1991 par

l’organisation d’une Conférence Nationale suivie d’une transition démocratique.

2.3.3. La Conférence Nationale et la difficile transition démocratique

La conférence nationale qui s’est tenue du 08 juillet au 28 août 1991 et dirigée par Monseigneur Fanoko

KPODZRO à l’époque évêque d’Atakpamé, s’est proclamée souveraine et a été perçue par le pouvoir

comme un coup d’état civil. Boycottée par les Forces Armées Togolaises, celle-ci a néanmoins réussi à

élire un Premier Ministre en la personne de Monsieur Joseph Kokou KOFFIGOH (un avocat militant

des Droits de l’Homme) ainsi qu’un parlement de transition (le Haut Conseil de la République), dont la

présidence fut confiée à Monseigneur Fanoko KPODZRO.

C’est autour du gouvernement de transition d’être secoué par des coups de force et attentats perpétrés

tour à tour par des groupes militaires du pouvoir contre le Premier Ministre, contre des opposants et le

Haut Conseil de la République.

Des agressions armées sont également menées contre le Président EYADEMA et le Camp militaire de

Lomé par l’opposition armée basée au Ghana.

Le gouvernement de transition a néanmoins réussi à organiser un référendum constitutionnel, des

élections présidentielles et législatives en 1992, 1993 et 1994 avant de céder la place au pouvoir de la

4ème République avec toujours à sa tête le Général GNASSINGBE EYADEMA.

Ces évolutions caractérisées par des épisodes de graves tensions politiques se sont poursuivies sur fond

de contestations périodiques nées des révisions du cadre électoral et des différents scrutins.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 19 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La Communauté Internationale notamment l’Union Européenne et la CEDEAO, ont vainement tenté

jusqu’au décès du Président EYADEMA d’amener les protagonistes à un dialogue politique

susceptible de sortir le Togo de la crise.

Tout au long de son histoire la question des déséquilibres régionaux induits à l’époque de la traite et à

l’époque coloniale a toujours été au coeur du débat politique et des luttes politiques. Aucune solution

durable n’a été mise en oeuvre par tous les régimes qui se sont succédé au Togo de sorte que la question

ethnique a été souvent instrumentalisée aussi bien par les élites que par les hommes politiques à des fins

personnelles. Tout indique à la lecture des derniers évènements survenus dans notre pays avant, pendant

et après l’élection du 24 Avril 2005 qu’une grande confusion règne à cet égard dans le subconscient

collectif.

C’est ainsi qu’on peut expliquer certains dérapages qui ont pris des allures à la foi xénophobes et

ethnicises.

2.3.4. La place des forces de sécurité dans le système politique togolais

Dans la sous- région ouest africaine, le Togo est reconnu comme un havre de sécurité qui a permis au

cours de ces trois dernières décennies au pays de bénéficier par ricochet d’une grande stabilité

politique. Mais ce niveau élevé de sécurité s’est traduit par une très forte implication des forces armées,

gendarmerie et police, dans le fonctionnement de l’Etat et dans la vie politique. A tort ou à raison, elles

en sont venues à se considérer comme les garantes d’un ordre politique auquel n’adhère pas forcément

l’ensemble de la population togolaise, d’où un climat d’incompréhension et de méfiance entre ces forces

et les populations qui explique dans une large mesure les dérapages liés au maintien de l’ordre avant,

pendant et après l’élection présidentielle du 24 avril 2005.

2.4. Etat des relations avec la Communauté Internationale

Pendant longtemps, le Togo a bénéficié d’une bonne image et d’une audience élevée auprès de la

Communauté internationale. En témoignent, les nombreuses médiations et bons offices exercés par le

Togo dans les différentes crises qui ont affecté la sous région et le Continent.

C’est ainsi que le Président EYADEMA a exercé sa médiation en Côte d’ivoire, au Libéria, en Guinée

Bissau, au Tchad, en République Démocratique du Congo et en Sierra Leone. Les Forces Armées

Togolaises ont participé en Afrique à des opérations de maintien de la paix au Zaïre, en République

Centrafricaine, en Guinée Bissau, en Namibie, au Rwanda, en Haïti et au Libéria. Elles sont

actuellement présentes en Côte d’ivoire dans le cadre de l’ONUCI.

Le Togo a abrité la signature des Conventions ACP-CEE (UE) à Lomé, de nombreuses Conférences

Internationales, le 36è Sommet de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) qui a permis de déboucher

sur la création de l’Union Africaine. Membre de la CEDEAO dont il est l’un des fondateurs, le Togo

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 20 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

accueille le siège de nombre d’organisations sous régionales dont notamment le Fonds de la

Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Banque Ouest Africaine de

Développement, la Communauté Electrique du Bénin, le Centre des Nations unies pour la Paix et le

Désarmement.

2.5. Situation du Togo par rapport aux droits de l’Homme

Bien qu’il ait signé et ratifié la plupart des conventions internationales relatives aux Droits de l’Homme,

inséré dans sa constitution des mécanismes de promotion des Droits de l’Homme et créé le premier en

1987 sur le continent africain une Commission Nationale des Droits de l’Homme, le Togo est toujours

indexé. A plusieurs reprises, AMNESTY INTERNATIONAL est monté au créneau dans des conditions

controversées certes mais qui n’ont pas moins terni l’image du pays.

C’est conscient de cette situation que le gouvernement a pris en avril 2004 à Bruxelles les 22

engagements qui devaient permettre, entre autres, l’amélioration des droits de l’homme au Togo,

l’amélioration des libertés publiques et la réduction du déficit démocratique. Des progrès notables ont

été enregistrés dans ces domaines par rapport au code de la Presse, à la situation des prisonniers

politiques, au code pénal. Ces acquis mis en parenthèse par les violences qui ont entaché l’élection

présidentielle du 24 avril 2005 constituent désormais le terrain sur lequel se joue la crédibilité du

Gouvernement togolais.

Les évènements objet du présent rapport résultent des effets combinés des difficultés économiques et

sociales que le Togo connaît depuis deux décennies et d’un conflit entre la continuité d’un système

politique vieux de 38 ans et l’espoir d’une alternance suscités par la disparition du Président

GNASSINGBE EYADEMA. Par rapport à ces événements, la mission de la Commission s’articule

autour des objectifs spécifiques suivants :

1. Évaluer le nombre des victimes c’est-à-dire les blessés, les personnes décédées, les

personnes déplacées par région, par genre et par catégorie socioprofessionnelle.

2. Évaluer aussi le nombre exact de réfugiés dans les pays limitrophes et éventuellement le

nombre de Togolais réfugiés en dehors du Ghana et du Bénin.

3. Évaluer le nombre de personnes disparues.

4. Évaluer les dégâts matériels (maison cassées, biens meubles endommagés etc.), évaluer leur coût.

5. Recenser les divers instruments de violence utilisés.

6. Déterminer les responsabilités de ces violences :

- celles des partis politiques et/ou associations ;

- celles des forces de sécurité et des forces armées ;

- celle de l’Etat ;

- celles des médias ;

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 21 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

- celles des personnes physique et morales.

7. Proposer aux autorités publiques de mesures adéquates pour prévenir le renouvellement tels incidents.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 22 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

3. METHODOLOGIE

Elle comprend le déroulement de la mission et la méthodologie de réalisation

3.1. Le déroulement de la mission

La mission s’est déroulée en quatre (4) phases :

Phase 1 : La préparation technique et administrative

Elle comporte deux étapes :

Etape 1

· Revue de la documentation disponible,

· Saisine des autorités civiles et militaires,

· Appel à témoin par voie de presse.

Etape 2

Elaboration d’un guide d’entretien.

Phase 2 : Auditions à Lomé, dans les préfectures et sous-préfectures et visites de terrain,

Phase 3 : Déplacement au BENIN et GHANA,

Phase 4 : Dépouillement des auditions et exploitation informatique,

Phase 5 : Rédaction et publication du rapport.

Dans le cadre du déroulement de la mission, la Commission a organisé au démarrage une Conférence de

Presse pour informer le public sur sa méthode de travail. Elle a créé un site INTERNET, procédé au

dépouillement de la presse écrite et électronique.

Elle a adressé des correspondances à toutes les Institutions du pays.

Elle a collecté des informations auprès de diverses sources secondaires : les partis politiques dont la

mouvance présidentielle et la coalition de l’opposition, les organisations de la Société civile, les Forces

Armées Togolaises, les Forces de sécurité, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Haut

Commissariat aux Rapatriés et à l’Action Humanitaire, l’ancienne présidente de la CENI, les centres

Hospitaliers publics et privés tant à Lomé que dans les villes secondaires du pays, les organisations de

défense des Droits de l’Homme, notamment la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH),

et le Mouvement Togolais de Défense des Libertés et des Droits de l’Homme (MTDLDH), les Autorités

Administratives locales et traditionnelles, les Autorités Religieuses. Notamment l’Eglise Evangélique

Presbytérienne du Togo, l’Eglise Méthodiste du Togo et l’Union Musulmane du Togo. L’église

catholique bien que contactée s’est rendue indisponible. Les informations de la Ligue Togolaise des

Droits de l’Homme (LTDH) ont été recueillies dans la presse et sur internet.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 23 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La Commission a recueilli des informations auprès des Gouvernements de la République du Bénin et du

Ghana ainsi qu’auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés dans ces deux pays. Elle a également

recueilli des témoignages de Représentants de communautés étrangères vivant au Togo, de

Représentants du Corps diplomatique accrédité au Togo, notamment la France, l’Allemagne et le Mali.

Pour la collecte des données primaires, elle a auditionné à Lomé et dans les trente-quatre (34) chefs

lieux de préfecture et de sous-préfecture les victimes des actes de violence et de vandalisme, leurs

parents, les témoins et les personnes impliquées.

Elle a collecté des données directement auprès des Réfugiés au Bénin. Elle a poursuivi les auditions

jusqu’à la veille du présent rapport.

Elle a visité des sites de violence et de vandalisme, notamment des maisons, des magasins, des

boutiques et des fermes.

Elle a procédé au dépouillement des fiches d’audition, à leur traitement informatique, aux vérifications

d’informations susceptibles d’introduire des biais dans l’analyse des données.

3.2. La méthodologie de réalisation de la mission

Les techniques qualitatives d’entretien et quantitatives d’analyse statistique de données ont été

privilégiées en relation avec la nature des données secondaires et primaires

3.2.1. La population auditionnée

Cette population est composée de blessés, de parents de blessés ou de victimes décédées, de témoins,

de personnes impliquées hommes et femmes, nationaux et étrangers parmi lesquels des Nigériens, des

Maliens, des Indo-Pakistanais, des Chinois, des Libanais, des Français, des Allemands.

Dans cette population, la Commission a constitué des dossiers.

3.2.2. L’unité d’audition

Chaque déposant constitue l’unité d’audition, répertoriée par un dossier et classé selon son lieu de

résidence.

3.2.3. La méthode d’audition

Les auditions se font sur la base d’un guide d’entretien, qui se trouve en annexe du présent rapport. La

Commission procède à la vérification des informations collectées. Selon le type de victimes ou de

dégâts, la Commission met en oeuvre la procédure appropriée. Elle fait appel à des Experts, Médecins,

Architectes en vue de faire faire les évaluations nécessaires. Elle a effectué chaque fois qu’il était

possible le travail de rapprochement entre les informations primaires et secondaires en vue de s’assurer

de leur fiabilité.

3.2.4. La sécurisation des auditions et des personnes.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 24 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La Commission a mis en place une série de stratégies dont notamment l’audition confidentielle pour

certains, les visites discrètes à domicile pour d’autres, des réquisitions aux forces de sécurité pour les

déposants inquiets, et enfin des contacts physiques à l’étranger notamment au Bénin, avec la discrétion

requise.

3.2.5. La bonne coopération de certaines institutions et personnes

La Commission n’a connu aucune entrave dans son fonctionnement de la part des autorités de l’état, du

gouvernement, de l’armée et des forces de sécurité publique. Les autorités locales se sont rendues

disponibles sur toute l’étendue du territoire. Du personnel de sécurité a été mis à sa disposition pour la

protection de ses membres et des locaux. La commission a bénéficié des précieuses collaboration et

disponibilité des autorités gouvernementales du BENIN et du GHANA ainsi que de celle du Haut

Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés dans ces deux pays.

3.2.6. Les difficultés rencontrées

Au cours de ses travaux, la Commission a rencontré certaines difficultés :

· Le temps qu’elle a mis pour être opérationnelle en raison de la nécessité de la mise en place de

ses structures administratives, financières et logistiques.

· La contrainte de temps malgré l’ampleur du champ des investigations et le nombre élevé des

victimes de violence.

· Les difficultés d’accès au camp des réfugiés au BENIN qui ont contraint la commission à utiliser

des méthodes indirectes.

· L’éparpillement des réfugiés togolais dans quatorze localités, et dans des familles d’accueil sur

le territoire ghanéen.

· L’impossibilité de poursuivre des investigations dans les prisons en raison de la libération

anticipée des personnes incarcérées dans le cadre de ces événements.

· Le manque de fiabilité des sources d’information électroniques sur des sites dont le caractère

engagé et partisan est évident.

Dans ce contexte, les données primaires des auditions, les visites des sites et les constatations

matérielles revêtent un caractère stratégique pour la mission de la Commission.

3.2.7. Le traitement des données

Le traitement des données primaires et secondaires a été réalisé grâce aux logiciels « ACCESS et

EXCEL »

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 25 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Il a été créé une base de données en Microsoft ACCESS 2003 dans laquelle les fiches d’audition

codifiées ont été saisies. Ensuite ces données ont été apurées par élimination ou correction des données.

L’exploitation des données a abouti à la création des tableaux et des graphiques.

4. ETABLISSEMENT DES FAITS DANS L’ORDRE CHONOLOGIQUE

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 26 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

4.1. La période dite "Avant le scrutin du 24 avril 2005"

Chronologie des événements marquants

Elle s’étale sur une durée de onze (11) semaines, et se décline comme suit :

- Le 05 février 2005, à l’annonce du décès d’EYADEMA, les forces armées togolaises confient le

pouvoir à son fils Faure GNASSINGBE.

Cet acte est aussitôt condamné par la communauté internationale notamment

la Commission de l’UA, la CEDEAO, l’OIF et l’UE. Toutes ces organisations demandent le strict

respect de la Constitution; l’opposition demande le retour à la légalité constitutionnelle avec la mise en

place d’une « transition consensuelle » devant déboucher sur élections présidentielles et législatives sous

l’égide de la communauté internationale.

- Le 07 février 2005, en dépit de ces condamnations et récriminations, Monsieur Faure GNASSINBGE

prête serment devant la Cour Constitutionnelle.

- Le 09 février 2005, l’OIF suspend le Togo de toutes ses instances.

- Le 12 février 2005, les six partis de l’opposition radicale organisent une manifestation pour exiger le

retour à l’ordre constitutionnel et qui se solde par 4 morts.

- Le 19 février 2005, la CEDEAO suspend le Togo et convoque un sommet à Niamey sur la stabilité et

la paix au Togo.

- Le 21 février 2005, l’Assemblée Nationale Togolaise procède à la révision de la constitution

Togolaise pour revenir à l’ancien texte.

- Le 25 février 2005, sous la pression de la communauté internationale Monsieur Faure GNASSINGBE

démissionne et M. Abass BONFOH est investi Président de la République par intérim.

- Le 27 février 2005, une marche des femmes réclamant le retour à l’ordre constitutionnel se solde par

cinq morts retrouvés dans la lagune de Bè.

- Le 28 février 2005, pour ramener le calme au Togo, une délégation de la CEDEAO comprenant

Messieurs Mamadou TANDJA, Président de la République du NIGER, Amadou TOUMANI TOURE,

Président de la République du MALI et le Sénateur Lawan GANA GUBA, représentant du Président

Olusegun OBASANJO du Nigeria, se rendent à Lomé. A l’issue de leur séjour un accord intervient entre

le gouvernement et l’opposition Togolaise en vue de créer les conditions de la tenue d’une élection

crédible.

Monsieur Mai MANGA BOUKAR est nommé envoyé spécial de la CEDEAO.

- Le 05 avril 2005, l’opposition demande à la population de manifester sur toute l’étendue du territoire

pour exiger la reprise du processus de révision des listes électorales et le report de l’élection à compter

du 6 avril.

- Le 16 Avril 2005, de violents affrontements se produisent entre les partisans de l’opposition et ceux

du RPT.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 27 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

- Le 22 avril 2005, le Ministre de l’Intérieur chargé de l’Organisation des Elections en demande la

report au cours d’une conférence de presse inopinée et se réfugie à l’Ambassade d’Allemagne.

Cette période a été marquée par des évènements particuliers dont les effets combinés ont eu un impact

considérable sur le développement des facteurs d’implosion sociale.

4.2. La période dite "Pendant le scrutin du 24 avril 2005"

Le déroulement des événements et leur analyse

Cette période a débuté le 24 avril, jour du scrutin et s’est achevée le 25 avril 2005, à la fin des

opérations de vote et de décompte des bulletins. Le climat politique qui a prévalu durant ces deux jours

se caractérise par une totale défiance de l’opposition à l’égard de l’Administration Electorale et de

l’ensemble des mécanismes électoraux. L’opposition soupçonnait l’Administration Electorale

d’organiser des fraudes massives en faveur du candidat de la mouvance présidentielle. De leur côté,

l’Administration Electorale et la mouvance présidentielle qui s’en défendaient, accusaient l’opposition

de vouloir perturber le déroulement normal des opérations électorales afin de pouvoir rejeter à bon

compte les résultats au cas où ceux-ci leur seraient défavorables.

Convaincue du bien fondé de ses appréhensions, l’opposition a concentré toutes ses énergies et déployé

toutes ses forces pour débusquer et contrer tout agissement suspect des agents de l’Administration

Electorale et des partisans de la mouvance présidentielle qu’elle soupçonnait relever de mécanismes de

fraude électorale.

Les désaccords et conflits politiques observés au cours de la période précédente et qui ont opposé la

mouvance présidentielle à la coalition des partis de l’opposition vont s’aggraver davantage, attiser les

tensions pour finalement se dénouer de façon dramatique dans des affrontements sanglants entre les

partisans des deux camps au cours de cette période.

La caractéristique principale de ces affrontements réside dans le fait que les protagonistes des deux

camps les ont conçus, organisés et exécutés de façon méthodique, en ayant en vue un objectif bien défini

et préétabli.

Du côté de la mouvance présidentielle, l’objectif à atteindre coûte que coûte était de remporter le scrutin

présidentiel. Les informations nombreuses, variées et concordantes recueillies de diverses sources y

compris des sources proches de la mouvance présidentielle attestent que la violence n’était pas exclue de

la panoplie des stratégies et moyens à mettre en oeuvre pour atteindre ce but.

Du côté de l’opposition, la démarche ne fut guère différente. De ce côté, des stratégies étaient élaborées

et des actions d’application étaient conçues et planifiées pour lutter contre les mécanismes de fraude

électorale que les partisans de la coalition suspectaient. N’ayant pas pu obtenir le report du scrutin, ils se

fixaient désormais pour objectif de réunir suffisamment de preuves irréfutables pour obtenir

l’invalidation des résultats d’ensemble du scrutin. Ainsi, les partisans de la coalition, en particulier les

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 28 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

jeunes, vont s’organiser en constituant de véritables "Brigades anti-fraudes" chargées de contrer les

mécanismes de fraudes, objet de leurs suspicions notamment les bourrages d’urnes, les bureaux de vote

illégaux ouverts dans les domiciles privés, les votes multiples, les votes des mineurs, les votes des

étrangers, les bulletins pré votés, les opérations de dépouillement à huis clos, les falsifications des

procès-verbaux et autres documents électoraux.

Pour faire échec à ces mécanismes soupçonnés, les jeunes de l’opposition, organisés en groupes

structurés, vont se substituer aux agents des forces de l’ordre chargés officiellement de veiller à la

sécurité et au bon déroulement des opérations de vote et de dépouillement. Les informations recueillies à

ce sujet font état des actes qui violent manifestement les droits et libertés individuels des citoyens et des

électeurs. Parmi ces agissements illicites, jugés comme des provocations par le camp adverse, la

commission a retenu les actes suivants, souvent cités par les victimes et les témoins, corroborés par

d’autres sources :

· la fouille et la vérification des identités des électeurs soupçonnés de détenir plusieurs cartes ou de

procéder aux votes multiples ;

· la perquisition ou la surveillance des domiciles privés, soupçonnés d’abriter des bureaux de votes

illégaux ;

· l’arrestation et la séquestration des personnes soupçonnées d’être des agents exécutants ou

commanditaires des programmes de fraude électorale planifiée;

· les attroupements devant les bureaux de vote aux fins de surveillance des opérations de

dépouillement des bulletins ;

· l’enlèvement d’urnes, les tentatives d’interception des documents électoraux soupçonnés d’être des

faux etc.

Ces actions ont été menées de façon systématique sur l’ensemble du territoire national, en particulier

dans les principaux épicentres régionaux des violences, notamment Lomé, Aného, Notsè, Atakpamé,

Sokodé et Mango.

En réaction à ces actes exécutés systématiquement, souvent avec brutalité et agressivité, les partisans de

la mouvance présidentielle ont contre-attaqué en lâchant leurs groupes dans la mêlée, déclenchant une

avalanche d’actes de violence et de vandalisme dévastateurs. Le bilan dressé par la Commission

témoigne de l’ampleur et de l’intensité des affrontements qui ont causé des dégâts importants aux

partisans des deux camps et à la société dans son ensemble.

4.3. La période dite "Après le scrutin du 24 avril 2005"

Déroulement des événements et leur analyse

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 29 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La période dite "Après le scrutin " a marqué le point culminant de l’escalade graduelle de la violence.

Elle a débuté le 26 avril 2005 par la proclamation des résultats provisoires donnant Faure

GNASSINGBE candidat du RPT vainqueur avec 53,22% des suffrages du scrutin présidentiel par la

CENI aux environs de 10 heures. Dans un intervalle de ½ h à 1 heure, la quasi-totalité des principaux

fiefs acquis à l’opposition se sont embrasés de façon simultanée. Cette fois-ci, la contestation populaire

animée par les partisans de la coalition a pris l’allure d’une véritable insurrection dans les principales

villes et leurs environs, notamment Lomé, Aného, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé. D’autres villes

secondaires principalement dans la région maritime et celle des plateaux n’ont pas tardé à suivre le

mouvement. De l’aveu des autorités militaires, des informations recueillies et corroborées par des

renseignements collectés lors du survol aérien des zones insurgées, il ressortait qu’il s’agissait bel et

bien cette fois-ci d’un véritable mouvement insurrectionnel. Les zones insurgées étaient quasiment

assiégées et bouclées par des barricades et des tranchées aménagées de façon professionnelle sur les

principales voies d’accès menant à ces zones. Les insurgés ont tenté de s’emparer des symboles du

pouvoir et de neutraliser les forces de l’ordre, (les bureaux des maires, des préfectures, les postes de

police etc.). Des tentatives suivies parfois de succès, ont été menées par les insurgés pour s’emparer des

armes des forces de l’ordre, notamment à Aného, Lomé etc.

Par ailleurs, des actions punitives et de représailles ont été menées par les manifestants contre les

domiciles et les biens des responsables, des militants et des sympathisants, avérés ou soupçonnés, de la

mouvance présidentielle. Ces domiciles et ces biens ciblés ont été systématiquement cassés, saccagés,

incendiés, pillés.

Les manifestants ne se sont pas limités seulement à ces actes de destruction et de pillage ; ils ont

également agressé avec des armes blanches et quelque fois avec des armes à feu, les responsables, les

militants et les sympathisants de la mouvance présidentielle, ainsi que les agents des forces de l’ordre.

Ces agressions ont causé de nombreux blessés, des morts et des traumatismes divers.

Face à ces attaques, les partisans de la mouvance présidentielle et les agents des forces de sécurité ont

riposté avec la même violence en s’attaquant aux biens et à la propriété des responsables et militants de

l’opposition, en particulier à ceux de la coalition des six partis de l’opposition radicale, en perpétrant à

leur tour des casses, des saccages, des pillages, des incendies etc.

Outre ces atteintes aux biens et à la propriété de l’adversaire, les exacteurs du camp de la mouvance

présidentielle ont perpétré des atteintes à la vie et à l’intégrité physique et psychiques de leurs victimes.

Ainsi, le camp de la coalition a également enregistré des morts, des blessés et des traumatisés

psychiques.

On a assisté à l’application systématique, par les deux camps, de la loi du Talion : oeil pour oeil, dent

pour dent !

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 30 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

4.4. Etat des allégations

L’ensemble des moyens mis en oeuvre dans ce rapport aura entre autres finalités de faire la lumière sur

les allégations contradictoires contenues dans les rapports établis par plusieurs organismes et institutions

nationales et étrangères. Ainsi, pour ne citer que le bilan des personnes décédées l’état des allégations se

présente comme suit :

- CNDH 96 morts

- MTDLDH 105 morts

- LTDH 811 morts

- Coalition de l’opposition 564 morts

- Amnesty International 150 morts

- Commission de l’ONU 400 à 500 morts

Il s’est donc installé sur le sujet une confusion générale. Sans prétendre cerner tous les contours des

actes de violence et de vandalisme et de leurs causes, les chapitres et développements suivants

permettront de restituer les faits dans leur réalité.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 31 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

5. L’ ETABLISSEMENT DES PREUVES

La toute première mission confiée à la Commission par le décret Présidentiel est d’investiguer sur les

actes de violence et de vandalisme survenus à l’occasion des événements exposés ci-dessus dans leur

déroulement chronologique. Le travail de la Commission a consisté à cette étape de l’accomplissement

de son mandat dans la recherche des éléments de preuve qui attestent qu’il y a eu effectivement des

actes de violence et de vandalisme à la faveur de ces événements. Au terme de ses investigations, la

commission a pu conclure, sur la base des données probants qu’il y a eu effectivement des actes de

violence et de vandalisme durant la période considérée. Ces éléments de preuve sont de plusieurs ordres,

notamment :

- les preuves matérielles ;

- les témoignages ;

- les preuves fournies par les sources écrites ;

- les preuves topographiques ;

- les preuves fournies par des photographies et des supports audio-visuels.

5.1. Les preuves matérielles

Ces preuves se composent des traces laissées sur le corps des victimes, des impacts sur les sites, les

biens meubles et immeubles, les ouvrages, les édifices et les véhicules détruits, incendiés ou

endommagés.

5.1.1. Les traces laissées sur le corps des victimes

A l’occasion de l’audition des victimes, la Commission a pu constater de visu les traces laissées sur leur

corps par les violences subies.

Près des trois quarts (¾) des victimes entendues portaient sur leur corps des blessures, cicatrices et

diverses séquelles. La Commission les a fait examiner par un Médecin légiste assermenté, lequel s’est

fait assister par des collègues Médecins spécialistes compétents dans le traitement des parties atteintes.

Les rapports de ces experts sont consignés dans les dossiers personnels des victimes.

Toutefois, il n’a pas été possible, malheureusement, de procéder aux mêmes examens sur les corps des

personnes décédées à la suite de ces violences, leurs dépouilles ayant déjà été inhumées avant l’entrée

en activité de la Commission. Celle-ci a pu néanmoins disposer des rapports des unités sanitaires sur des

cas qui ont été traités par ces dernières. Pour le reste des personnes décédées, la Commission a dû se

contenter des déclarations des témoins oculaires des violences, ou des photographies des corps, prises

sur le vif, montrant les mutilations. Dans d’autres cas, les éléments de preuve du décès sont constitués

des pièces médicales tels que les certificats de cause de décès et les certificats de décès.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 32 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Outre les traces physiques sur les corps , la Commission a pu observer chez certaines victimes des

signes ou indices de traumatismes psychiques dus à un fort choc émotionnel provoqué par les atrocités

auxquelles ces victimes ont été exposées personnellement ou à titre de témoins oculaires.

5.1.2. Les impacts sur les sites

Les lieux où se sont déroulés les faits ont été visités et examinés par les membres de la Commission

pour constater les impacts laissés par les actes de violence et de vandalisme. C’est le cas plus

particulièrement des immeubles et édifices détruits totalement ou partiellement par des casses ou

incendies, celui des ouvrages publics tels que les immeubles, des rues et routes défoncées dans les villes

et campagnes, les feux tricolores, les champs dévastés, les récoltes brûlées etc. Partout où elle est

passée, la Commission a pu constater l’ampleur des dégâts et mesurer l’intensité des violences.

La Commission a également visité les lieux où certaines personnes ont été tuées et ceux où ces

personnes ont été inhumées afin de constater les tombes et recueillir les témoignages sur les

circonstances et les auteurs de ces meurtres.

5.1.3. Les carcasses des matériels roulants

Les restes des véhicules, des bicyclettes et des motos saccagés ou incendiés ont été trouvés sur les

endroits où ont été perpétrés ces actes de vandalisme.

5.1.4. Les témoignages

La Commission a reçu la déclaration de nombreux témoins oculaires des scènes à l’occasion desquelles

les actes de violence et de vandalisme ont été commis. Ces personnes sont soit des parents des victimes

soit des voisins soit encore des amis qui ont été présents sur les lieux. Certains témoins ont subis les

mêmes violences de la part des mêmes agresseurs. D’autres témoins se sont trouvés fortuitement sur les

lieux où l’agression a eu lieu. Ces témoins n’ont aucun lien avec la victime ni avec l’agresseur.

Pour tous ces témoins, un dossier personnel a été constitué contenant les éléments ou indications utiles

permettant leur identification.

Outre ces témoins constitués, la Commission a reçu des notes confidentielles et anonymes fournissant

des informations précieuses sur les actes de violence auxquelles leurs auteurs ont assisté. Ces

informations ont été vérifiées sur le terrain, recoupées avec d’autres sources traitant des mêmes sujets,

pour s’assurer de leur véracité.

5.2. Les preuves fournies par les sources écrites

5.2.1. Les rapports des Institutions de l’Etat

La Commission a réclamé et reçu les rapports des Institutions étatiques qui ont été impliquées

directement ou indirectement dans la gestion de la crise de succession à la Présidence de la République

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 33 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

et des violences qui en ont découlé ou simplement des Institutions para-étatiques, qui ont été victimes

des actes de violences.

Il s’agit plus particulièrement :

- du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation,

- de la Gendarmerie Nationale,

- de la Direction Générale de la Police,

- de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH),

- de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC),

- de le Port Autonome de Lomé,

- de l’Office de Sécurité Alimentaire du Togo (OSAT),

- de la Direction Générale des Impôts,

- de la Togolaise de Eaux.

5.2.2. Les rapports des ONG humanitaires et des Droits de l’Homme

La Commission a reçu, outre les témoignages oraux des responsables et agents de terrains de certaines

ONG humanitaires dont les actions d’assistance et de prise en charge ont été d’une grande utilité pour

les victimes en détresse, des rapports écrits détaillés qui lui ont fourni de précieuses informations sur la

situation de crise humanitaire provoquée par les actes de violence et de vandalisme incriminés. Ces

informations largement corroborées par les récits des victimes et des témoins, ont renseigné la

Commission notamment sur la problématique des déplacements forcés des personnes fuyant leur

domiciles ou leurs régions de résidence habituelle à cause des menaces et des actes d’intimidation dont

ces personnes ont été l’objet.

En plus, la CNDH, Institution d’Etat qui a remis un rapport qui présente les circonstances, restitue les

faits et les résultats Préfecture par Préfecture et contient des recommandations, le MTDLDH a fourni à

la Commission un rapport contenant des listes nominatives de victimes, la description des types

d’instruments utilisés et les circonstances qui ont engendré les exactions.

La Commission a pu accéder au rapport de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) et

d’Amnesty International par internet.

5.2.3. Les rapports des structures locales des partis politiques impliqués dans le scrutin du 24 avril

2005

C’est au niveau des structures locales que l’essentiel des activités relatives à l’organisation et à la

mobilisation se déroulent pendant les campagnes électorales. Le rôle des responsables de ces structures

est déterminant dans l’exécution pratique des programmes et des mots d’ordre décidés par les directions

nationales de campagne.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 34 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La Commission s’est félicité de l’ouverture et de la coopération de la plupart de ces structures locales,

en particulier dans les lieux les plus touchés. Elles ont accepté de fournir à la Commission des rapports

écrits ou oraux sur les événements au cours desquels des actes de violence et de vandalismes ont été

perpétrés, événements auxquels ont été mêlés les partisans de leurs camps respectifs, tantôt comme

victimes, tantôt comme exacteurs.

Les opinions contradictoires touchant les mêmes sujets qui se dégagent de ces rapports diversifiés, ont

fourni à la Commission un éclairage édifiant sur l’état d’esprit et les réflexes émotionnels qui ont

caractérisés les bases des partis durant cette période critique de la vie politique du Togo. Au cours de

l’exercice délicat des auditions des victimes, des témoins et des autorités officielles militaires et civiles,

traditionnelles et religieuses, mené sur le terrain à Lomé et à l’intérieur du pays, ces rapports ont

constitué un précieux guide pour les membres de la Commission dans la tâche de détermination des

circonstances spécifiques ayant entouré chaque incident particulier.

Les rapports les plus significatifs émanant de ces sources officielles ont été fournis à la Commission par

les structures locales du RPT, de la Coalition et de la CPP qui ont eu à gérer les événements dans les

zones les plus touchées de l’intérieur du pays relevant de leur ressort politique.

Deux rapports confidentiels de même qualité ont été livrés à la Commission sur la situation à Mango et à

Notsè, autres épicentres secondaires des violences dans les régions de l’intérieur du pays, par deux

responsables politiques qui ont requis l’anonymat.

5.2.4. Les rapports des instances dirigeantes nationales des partis politiques

Le RPT, parti au pouvoir et les partis de la coalition de l’opposition dite radicale ont fourni à la

Commission leurs rapports qui font la synthèse des rapports des structures locales au plan événementiel

et donne des indications sur les positions publiques de principe de ces partis. Ces rapports contiennent

également des listes nominatives des victimes des exactions commises avec mention relatives à la nature

des exactions et aux types d’instrument utilisés. Les sources hospitalières sont également indiquées.

5.2.5. Les rapports des principales institutions hospitalières publiques et privées ayant accueilli les

victimes

Ces rapports ont fourni à la Commission des états sur les blessés et les personnes décédées avec la

description tantôt détaillée tantôt sommaire des blessures et lésions ainsi que les moyens utilisés par

l’agresseur pour commettre son acte.

5.2.6. Les articles et dépêches des médias nationaux et internationaux.

Ces documents de presse ont fait l’objet d’une attention particulière.

5.2.7. Les sources photographiques et audiovisuelles

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 35 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Elles proviennent de prises de vues et enregistrements opérés par les techniciens de la Commission en

plus de ceux qui ont été fournis par les victimes et les médias.

5.3. La typologie des exactions commises recensées et classées par la Commission

Au cours de l’enquête, la Commission a pu constater que les actes de violence et de vandalisme

incriminés étaient aussi nombreux que variés. Pour des raisons de commodité et de clarté de l’analyse, la

Commission les a classés en deux catégories : les actes de violence exercés sur les personnes d’une part

et les actes de vandalisme commis sur les biens et la propriété, tant de l’Etat que des particuliers, d’autre

part.

5.3.1. Les actes sur les personnes

5.3.1.1. Les atteintes à la vie

La Commission a noté des déclarations qui lui ont été faites par des parents, des voisins, des amis, de

simples témoins faisant état des personnes décédées à la suite des actes de violence perpétrés au cours

de ces événements tragiques qui ont marqué cette période de troubles. Dans bien des cas, ces allégations

ont été confirmées par des sources policières, hospitalières, des supports photographiques, et des

certificats de causes de décès. Sur la base de tous ces éléments probants, la Commission a pu conclure

qu’il y a eu durant ces événements, de nombreuses atteintes à la vie. Dans bien des cas, ces atteintes à la

vie ont atteint un degré de violence et de cruauté insoutenable.

5.3.1.2. Les atteintes à l’intégrité physique (sévices sexuels, enlèvements, tortures et autres

traitements cruels et dégradants).

La Commission a reçu les déclarations des victimes et des témoins, corroborées par des informations

traitées et vérifiées, étayées par des éléments matériels probants, établissant que :

· certains auteurs des violences ont exercé des sévices sexuels sur des femmes ;

· d’autres exacteurs ont perpétré des enlèvements et des séquestrations arbitraires des personnes qui

ont été soumises à des séances de tortures et à des traitements cruels et dégradants.

S’agissant des sévices sexuels, tels que les flagellations et les coups sur les parties génitales des

personnes des deux sexes, la Commission a reçu des témoignages concordants tant de la part des

victimes de ces sévices que des témoins, confirmant l’existence de tels traitements.

En ce qui concerne les viols de femmes, la Commission n’a reçu que deux témoignages directs.

Toutefois, la Commission a disposé d’indices matériels de tortures et sévices corporels sévères exercés

sur des jeunes filles qui pourraient suggérer que celles-ci ont pu être violées au cours de tels traitements.

5.3.1.3. Les atteintes à la dignité et à l’honneur

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 36 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Les agressions verbales tels que les injures, les calomnies et les dénigrements ont été abondamment

perpétrées contre des personnes par les partisans du camp adverse, portant atteinte à leur dignité et à leur

honneur. Ces actes ont provoqué la dégradation des rapports entre les protagonistes, attisé les tensions,

suscité les rancoeurs et les sentiments de vengeance, pour finalement provoquer des affrontements

physiques.

5.3.1.4. Les atteintes à l’intégrité psychique et morale

La Commission a pu constater chez de nombreuses victimes et mêmes des témoins oculaires des actes

de violence de sérieux troubles psychiques et moraux. De nombreuses victimes se plaignent de faire des

cauchemars, d’autres souffrent de la phobie de la foule et des bruits particuliers.

5.3.1.5. Les menaces, les intimidations et les déplacements forcés de personnes

Des informations concordantes émanant de diverses sources, notamment les rapports des structures

locales des partis politiques, des autorités administratives, militaires et traditionnelles ont fait état de

menaces et d’actes d’intimidation. Ces menaces et actes d’intimidation ont contraint de nombreuses

personnes à quitter, contre leur gré, leurs domiciles habituels ou les régions de leur résidence de travail.

Les rapports des autorités locales et des ONG humanitaires évaluent ces personnes contraintes à l’exode

ou à l’exil à plusieurs milliers de personnes.

Néanmoins, il convient de noter qu’au moment où la Commission débutait ses investigations, la quasitotalité

des personnes déplacées à l’intérieur du pays était retournée dans leur ancien cadre de vie après

que la situation se fut calmée.

5.3.2. Les atteintes aux biens et à la propriété

Outre les témoignages des victimes et/ou informateurs, les visites sur les sites avec à l’appui des

photographies, images filmées etc. établissent d’une manière irréfutable l’ampleur des atteintes aux

biens et à la propriété notamment :

· La destruction massive des maisons et des biens meubles par des casses, des saccages et des

incendies dans les centres urbains et les campagnes ;

· L’abattage des plantations et du cheptel dans les champs et les fermes ;

· La destruction des semis et des récoltes par saccages et incendies ;

· La destruction des unités de production par des pillages, des vols, voire des incendies perpétrés

contre des boutiques, des ateliers d’artisans, des entrepôts dans les marchés etc.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 37 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

5.4. La typologie des instruments utilisés par les auteurs des exactions

Sur la base des informations recueillies auprès des victimes et des témoins, les instruments utilisés par

les auteurs pour perpétrer les exactions sont très variés. Pour les mêmes raisons et pour le besoin de

clarté, la Commission les a classé en deux catégories classiques à savoir les armes blanches et les armes

à feu.

5.4.1. L’inventaire des armes blanches

Cette catégorie d’instruments utilisés dans la perpétration des exactions peut être classée à son tour en

deux groupes, le premier groupe étant les armes blanches ouvrées ou acquises par l’utilisateur pour la

circonstance et l’autre étant les armes blanches ramassées à tout hasard par l’utilisateur.

5.4.1.1. Les armes blanches ouvrées ou acquises

Ce type d’instrument regroupe les gourdins simples ou cloutés, les machettes, les coupe-coupe, les

couteaux, les haches, les pioches, les lanières munies de bagues de fer façonnées avec du cuir ou du

caoutchouc taillé dans les pneus usagés, les ceinturons et cordelette de soldats munis de boucles etc.

La présence de ces armes blanches indique que les auteurs avaient conçu le projet de les utiliser, le

moment venu, pour accomplir leurs exactions.

5.4.1.2. Les armes blanches non ouvrées

Ce genre d’armes se compose d’un ensemble hétéroclite d’instruments ramassés à tout hasard par

l’utilisateur non préparé à commettre l’exaction dont il sera fortuitement l’auteur. La Commission en a

retenu environ six couramment cités par les victimes ou les témoins et autres informateurs. Il s’agit des

bâtons, des pilons de mortier, des barres de fer, des chaînes de vélo ou de vélomoteur, des cailloux, des

bris de pavés arrachés à la chaussée et des débris de briques concassées etc.

Ce sont des armes de circonstances utilisées par des manifestants entraînés dans un mouvement de foule

inorganisé, sans préméditation.

De nombreuses victimes ont été agressées par de telles armes.

Il faut noter que les armes blanches ont été utilisées à la fois par les auteurs civils et les auteurs

militaires (agents des forces de sécurité).

5.4.2. Les armes à feu

La Commission a pu constater que les armes à feu ont également été engagées dans ces affrontements

sanglants. Elles ont été utilisées dans les atteintes à la vie et à l’intégrité physique. Leur usage a causé

des blessés et des décès ainsi que des traumatismes psychiques. Tant les civils que les forces de l’ordre

en ont fait usage, quoique dans des proportions inégales.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 38 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

5.4.2.1. Les armes conventionnelles

Les armes conventionnelles sont des armes utilisées par les forces de sécurité communément appelées

"armes de guerre" pour les militaires et les "armes de maintien d’ordre" pour les forces de l’ordre

(Police, Gendarmerie, Gardiens de préfecture).

5.4.2.2. Les armes à feu non conventionnelles

Les armes à feu dites non conventionnelles se composent essentiellement de fusils de chasse et des

pistolets artisanaux..

Il convient de retenir que les armes à feu ont été engagées dans les violences, à la fois par les forces de

l’ordre et les civils, quoique dans des proportions inégales.

6. PRESENTATION DES RESULTATS

Les "actes de violence et de vandalisme" sur lesquels la Commission a enquêté ont été commis au cours

des événements politiques qui se sont déroulés du 05 février au 30 juin 2005. Le décret présidentiel

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 39 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

portant création de la Commission découpe cette époque en trois périodes distinctes qui serviront de

repères à la Commission dans la conduite de son travail.

Pour désigner et circonscrire ces trois périodes, appréhendées dans leur succession chronologique, le

décret présidentiel a fait usage des expressions adverbiales significatives "avant", "pendant" et "après" le

scrutin présidentiel du 24 avril 2005. Ce faisant, le décret présidentiel fait du scrutin présidentiel à la

fois le pivot central et le principal enjeu politique des événements survenus au Togo tout au long de ce

premier semestre de l’année 2005.

Pour la période dite avant, les investigations de la Commission ont permis d’établir le bilan suivant :

6.1. Le bilan de la période dite Avant le scrutin présidentiel

Les personnes auditionnées

Tableau 1 : Nombre de personnes auditionnées

Sensibilité politique

Région

4MP 5O 6N 7ND Total

Maritime 45 6 27 11 89

Plateaux 37 12 4 26 79

Centrale 3 16 1 5 25

Kara 1 3 0 1 5

Savanes 0 0 0 0 0

Total

Effectif 86 37 32 43 198

Pourcentage 43% 19% 16% 22% 100%

Les régions Maritime et des Plateaux ont présenté le plus de personnes auditionnées. Toutes les

personnes auditionnées ont déposé devant la Commission en leur qualité de victimes ou de parents et

voisins des victimes ou encore de témoins oculaires des violences sur lesquelles portent leurs

déclarations.

Sur la base de ces déclarations, corroborées part d’autres sources traitées et vérifiées, la Commission a

constitué des dossiers individuels et confectionné une liste nominative des victimes, des témoins à

charge, des auteurs et des commanditaires des exactions commises durant cette période.

Parmi ces personnes auditionnées par la commission,

Le nombre des exactions commises recensées

4 MP :Mouvance Présidentielle

5 O : Opposition

6 N : Neutre

7 ND : Non Déclaré

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 40 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Sur la base des données vérifiées, la Commission a recensé trois cents (300) exactions commises dans

cette période. Elles se répartissent comme suit :

- atteintes à la vie, 07

- atteintes à l’intégrité physiques, 91

- cas de tortures et autres traitements dégradants attentatoires à l’intégrité psychique

et morale de la victime,

22

- atteintes aux biens et à la propriété, 179

- atteintes aux biens publics, 01

- atteintes aux biens culturels, 02

La répartition sectorielle des victimes de ces exactions par sensibilité politique donne les résultats

suivants :

Tableau 2 : Nombre de décès avec répartition selon la sensibilité politique et par région

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 0 1 1 13 15

Plateaux 0 1 0 0 1

Centrale 0 0 0 0 0

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0

Total 0 2 1 13 16

Les Non Déclarés et l’Opposition ont enregistré plus de victimes.

Tableau 3 : Nombre de décès avec répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

8BAB Blessures par armes à feu

11BAT 12BAC

9 ACC 10BI Autre Total

8 BAB : Blessure par Arme Blanche

9 ACC : Accident

10 BI : Blessure par Incendie ou brûlure

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 41 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Maritime 4 0 8 0 0 3 15

Plateaux 0 0 0 0 0 1 1

Centrale 0 0 0 0 0 0 0

Kara 0 0 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0 0 0

TOTAL 4 0 8 0 0 4 16

Les personnes blessées par région et par sensibilité politique

Tableau 4 : Nombre de blessés répartis par région et par sensibilité politique.

Sensibilité Politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 24 3 17 4 48

Plateaux 19 4 1 10 34

Centrale 0 7 0 1 8

Kara 1 0 0 0 1

Savanes 0 0 0 0 0

Total 44 14 18 15 92

La répartition des blessés par région et selon l’agent causal est donnée par le tableau suivant :

Tableau 5 : Nombre de blessés avec répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI TOTAL

Maritime 36 0 10 2 1 49

Plateaux 32 1 1 0 0 34

Centrale 8 0 0 0 0 8

11 BAT : Blessure par Arme à feu de fabrication Traditionnelle

12 BAC : Blessure par Arme à feu Conventionnelle

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 42 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Kara 1 0 0 0 0 1

Savanes 0 0 0 0 0 0

Total 77 1 11 2 1 92

Parmi les personnes blessées, 77 le furent par des armes blanches soit 83,69 % des blessées, 11 furent

blessées par armes à feu conventionnelles soit 12 % des blessées.

Ces deux types d’armes représentent les instruments privilégiés des blessures au cours de cette

période.

Le nombre des victimes des dégâts matériels

Tableau 6 : Nombre de victimes de dégâts matériels

SENSIBILITE EFFECTIFS

MP 45

O 21

N 17

ND 27

total 110

Quant au nombre des exactions dont les auteurs et commanditaires ont été identifiés ou

soupçonnés, leur nombre s’élève au total à 149. Leur répartition par sensibilité politique donne le

tableau suivant :

Tableau 7 : Nombre des exactions dont les auteurs et commanditaires civils sont identifiés ou

soupçonnés avec répartition par sensibilité politique et par région

Sensibilité politique

Région MP O N ND Total

Maritime 1 8 0 62 71

Plateaux 2 5 0 39 46

Centrale 5 0 0 24 29

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 43 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Kara 1 0 0 2 3

Savanes 0 0 0 0 0

Total 9 13 0 127 149

Le nombre d’agressions imputées aux agents des forces de l’ordre par les victimes ou les

témoins

Pour la même période et pour le même nombre d’exactions enregistrées, examinées et certifiées par

la Commission, la présence des forces de sécurité a été signalée dans (23) cas d’agressions au

cours desquelles ces violences ont été perpétrées. La répartition géographique de ces agressions

imputées aux forces de sécurité se présente comme suit :

Tableau 8 : Nombre d’agressions ou d’incidents avec répartition par région

Région Nombre de cas

Maritime 8

Plateaux 12

Centrale 3

Kara 0

Savanes 0

Total 23

6.2. Le bilan de la période dite Pendant le scrutin présidentiel : du 24 au 25 avril 2005

Le nombre des personnes auditionnées

Tableau 9 : Nombre de personnes auditionnées

Sensibilité politique MP O N ND Total

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 44 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Région

Maritime 65 3 17 11 96

Plateaux 172 12 37 65 286

Centrale 2 6 0 8 16

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 0 1 0 78 79

Total

Effectif 239 22 54 162 477

Pourcentage 50% 05% 11% 64% 100%

Ces personnes ont déposé devant la Commission en leur qualité de victimes ou de parents et voisins des

victimes ou encore de témoins oculaires des violences sur lesquelles portent leurs déclarations.

Sur la base de ces déclarations, corroborées par d’autres sources traitées et vérifiées, la Commission a

constitué des dossiers individuels et confectionné une liste nominative des victimes, des témoins à

charge, des auteurs et des commanditaires des exactions commises durant cette période.

Les non déclarés ont représenté 64% des personnes auditionnées.

Le nombre des exactions commises recensées

Sur la base de ces données vérifiées, la commission a recensé mille cent vingt deux (1122) exactions qui

se répartissent comme suit :

- atteintes à la vie 18

- blessés 566

- cas de tortures et autres traitements dégradants attentatoires à

l’intégrité psychique et morale de la victime 59

- atteintes aux biens et à la propriété privés 804

- atteintes aux biens publics 15

- atteintes aux biens culturels 04

La répartition sectorielle des victimes de ces exactions par sensibilité politique donne les résultats

suivants :

Tableau 10 : Nombre de décès répartis par région et par sensibilité politique

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 0 0 0 5 5

Plateaux 1 0 0 13 14

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 45 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Centrale 0 0 0 0 0

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0

Total 1 0 0 18 19

La répartition du nombre de décès selon l’agent causal au cours de la période dite pendant le scrutin se

présente comme suit :

Tableau 11 : Nombre de décès avec répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI Autre Total

Maritime 0 0 4 0 0 1 5

Plateaux 6 1 1 0 0 6 14

Centrale 0 0 0 0 0 0 0

Kara 0 0 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0 0 0

Total 6 1 5 0 0 7 19

Le nombre de blessés

Tableau 12 : Nombre de blessés répartis par sensibilité politique et par région

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 46 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Maritime 40 1 8 8 57

Plateaux 62 5 14 46 127

Centrale 2 2 0 2 6

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 2 2

Total 104 8 22 58 192

Tableau 13 : Nombre de blesses avec répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI TOTAL

MARITIME 44 1 12 0 0 57

PLATEAUX 117 0 6 2 2 127

CENTRALE 6 0 0 0 0 6

KARA 0 0 0 0 0 0

SAVANES 1 0 1 0 0 2

TOTAL 168 1 19 2 2 192

Quant aux victimes de dégâts matériels, elles se répartissent comme suit par région et par sensibilité.

Tableau 14 : Nombre de victimes de dégâts matériels réparties par sensibilité politique

Sensibilité Effectifs Pourcentage

MP 184 49,00%

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 47 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

O 17 4,50%

N 33 9,00%

ND 144 38,00%

Total 378 100,00%

Sur 378 victimes de dégâts matériels, nous avons noté une prédominance dans la Mouvance

Présidentielle et les Non Déclarés.

Quant aux auteurs et commanditaires identifiés ou soupçonnés, leur nombre s’élève au total à cinq

cent vingt sept (527). Leur répartition par sensibilité politique donne le tableau suivant :

Tableau 15 : Nombre des auteurs et commanditaires civils identifiés ou soupçonnés avec

répartition par sensibilité politique et par région

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 1 10 0 49 60

Plateaux 2 40 0 409 451

Centrale 3 0 0 10 13

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 3 0 0 0 3

Total

Effectif 9 50 0 468 527

pourcentage 2% 9% 0 % 89% 100%

La prédominance est nette chez les Non Déclarés

Pour la même période et pour le même nombre d’exactions enregistrées, examinées et certifiées par la

Commission, la présence des forces de sécurité a été signalée dans 17 cas d’agressions au cours

desquelles ces violences ont été perpétrées. La répartition géographique de ces agressions imputées aux

forces de sécurité se présente comme suit :

Tableau 16 : Nombre d'agressions ou d'incidents au cours desquels les exactions commises

imputées aux agents des forces de sécurité avec répartition par région

Région Nombre de cas

Maritime 6

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 48 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Plateaux 10

Centrale 1

Kara 0

Savanes 0

Total 17

6.3. Le bilan de la période dite Après le scrutin présidentiel

Le nombre de personnes auditionnées

La Commission a auditionné au total mille cent treize (1113) personnes réparties comme suit :

Tableau 17: Nombre de personnes auditionnées

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 143 16 93 50 302

Plateaux 186 90 132 202 610

Centrale 15 51 31 92 189

Kara 2 5 0 5 12

Savanes 0 0 0 0 0

Total Effectif 346 162 256 349 1113

Pourcentage 31% 15% 23% 31% 100%

Ces personnes ont déposé devant la Commission en leur qualité de victimes ou de parents et voisins des

victimes ou encore de témoins oculaires des violences sur lesquelles portent leurs déclarations.

Sur la base de ces déclarations, corroborées part d’autres sources traitées et vérifiées, la Commission a

constitué des dossiers individuels et confectionné une liste nominative des victimes, des témoins à

charge, des auteurs et des commanditaires des exactions commises durant cette période.

Le nombre des exactions recensées

Sur la base de ces données vérifiées, la Commission a recensé deux mille deux cent soixante dix (2270)

exactions qui se répartissent comme suit :

- atteintes à la vie 113

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 49 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

- atteintes à l’intégrité physique 371

- cas de tortures et autres traitements dégradants attentatoires à l’intégrité

psychique et morale de la victime

104

- atteintes aux biens et à la propriété privés 1692

- atteintes aux biens publics 17

- atteintes aux biens culturels 24

La répartition sectorielle des victimes de ces exactions par région et par sensibilité politique donne les

résultats suivants :

Tableau 18 : Nombre de décès enregistrés répartis par sensibilité politique

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 1 1 0 66 68

Plateaux 1 4 3 41 49

Centrale 0 0 0 2 2

Kara 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0

Total 2 5 3 109 119

Tableau 19 : Nombre de décès avec répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI AUTRE TOTAL

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 50 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Maritime 19 4 26 0 8 11 68

Plateaux 20 0 16 0 2 11 49

Centrale 0 0 2 0 0 0 2

Kara 0 0 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0 0 0

Total 39 4 44 0 10 22 119

Sur 119 décès, 39 ont été occasionnés par des armes blanches, soit 33% et 48 par des armes à feu soit

40%.

Ces deux instruments représentent donc près des ¾ des causes de décès.

Quant au nombre des blessés, ils se répartissent par région et par sensibilité politique comme suit :

Tableau 20 : Nombre de personnes blessées par région et par sensibilité politique

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 44 8 42 19 110

Plateaux 54 23 58 80 215

Centrale 4 23 11 5 43

Kara 2 1 0 0 3

Savanes 0 0 0 0 0

Total 101 55 111 104 374

L’analyse par agent causal et par région permet de tirer les conclusions suivantes :

Tableau n° 21 : Nombre de blessés selon l’agent causal et par région

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 51 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI TOTAL

Maritime 78 0 25 5 4 112

Plateaux 179 3 31 2 1 216

Centrale 39 0 3 1 0 43

Kara 3 0 0 0 0 3

Savanes 0 0 0 0 0 0

Total 299 3 59 8 5 374

Sur 374 blessés, 299 l’ont été par des armes blanches soit 80%, 62 ont été occasionnés par des armes à

feu dont 3 traditionnelles et 59 conventionnelles soit 17%.

Quant aux victimes de dégâts matériels, elles se répartissent comme suit par sensibilité politique.

Le nombre des victimes des dégâts matériels

Tableau n °22 : Nombre de victimes des dégâts matériels réparties par sensibilité politique

SENSIBILITE EFFECTIFS

MP 292

O 137

N 175

ND 255

Total 859

Quant aux auteurs et commanditaires identifiés ou soupçonnés, leur nombre s’élève au total à huit

cent quatre vingt dix neuf (899). Leur répartition par sensibilité politique donne le tableau suivant :

Tableau 23 : Nombre des auteurs et commanditaires civils identifiés ou soupçonnés des

exactions avec répartition par sensibilité politique et par région

Sensibilité politique MP O N ND Total

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 52 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Région

Maritime 5 29 0 183 217

Plateaux 34 93 0 353 480

Centrale 44 3 0 147 194

Kara 1 0 0 7 8

Savanes 0 0 0 0 0

Total 84 125 0 690 899

Pour la même période et pour le même nombre d’exactions enregistrées, examinées et certifiées par la

commission, la présence des forces de sécurité a été signalée dans cent quatre vingt deux (182) cas

d’agressions au cours desquelles ces violences ont été perpétrées. La répartition géographique de ces

agressions imputées aux forces de sécurité se présente comme suit :

Tableau 24 : Nombre d'agressions ou d'incidents au cours desquels les exactions commises

ont été imputées aux agents des forces de sécurité avec répartition par région

Région Nombre de cas

Maritime 39

Plateaux 124

Centrale 17

Kara 2

Savanes 0

Total 182

6.4. Bilan global : Présentation des résultats

La Commission a entendu au total plus de mille sept cent quatre vingt huit (1788) personnes, parmi

lesquelles près de 90 % ont déposé en qualité de victimes des violences. Sur 658 blessés, 150 (dont 108

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 53 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

à Lomé) soit 23,07% ont subi une expertise médico-légale. Ces violences ont engendré 154 décès soit

19,05 % des victimes.

L’âge moyen des blessés est de 34,87 ans, un signe que les personnes ayant subi une expertise médicale

appartiennent essentiellement au groupe d’age des moins de 40 ans c'est-à-dire le groupe

démographiquement majoritaire.

La tranche d’âge comprise entre 20 et 50 ans constitue celle qui regroupe le plus grand nombre de

blessés soit 76 %.

La nature des blessures révèle la prédominance des instruments contondants soit 66%suivi des armes à

feu conventionnelles 22,7 % et des armes blanches 6%.

Par rapport au reste du pays, Lomé la capitale représente le lieu principal ou les victimes expertisées ont

été blessées soit 72%.

Si l’on se réfère au degré d’incapacité fonctionnelle permanente l’évaluation du médecin légiste permet

de classer les blessés comme suit : 51,3% des blessés présentent des incapacités. Parmi eux 12,7% ont

perdu au moins 20%de leurs capacités fonctionnelles.

Les détails de ces résultats globaux sont donnés par les tableaux suivants :

Personnes auditionnées

Tableau 25 : Nombre cumulatif des personnes auditionnées sur les faits situés dans les

trois périodes

Sensibilité Politique

Région

MP O N ND Total

Effectif Pourcentage

Maritime 253 25 137 72 487 27%

Plateaux 395 114 173 293 975 55%

Centrale 20 73 32 105 230 13%

Kara 3 8 0 6 17 1%

Savanes 0 1 0 78 79 4%

Total 671 221 342 554 1788 100%

Ces personnes ont déposé devant la Commission en leur qualité de victimes ou de parents et voisins des

victimes ou encore de témoins oculaires des violences sur lesquelles portent leurs déclarations.

Sur la base de ces déclarations, corroborées par d’autres sources traitées et vérifiées, la Commission a

constitué des dossiers individuels et confectionné une liste nominative des victimes, des témoins à

charge, des auteurs et des commanditaires des exactions commises durant cette période.

Parmi ces personnes auditionnées par la Commission,

· 671 se déclarent partisans de la mouvance présidentielle, soit 38 %,

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 54 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

· 221 se disent partisans de l’opposition soit 12 %,

· 342 se déclarent neutres soit 19 %,

· 554 se disent sans affiliation politique, soit 31 %.

6.4.1. Le nombre des exactions recensées

Sur la base de ces données vérifiées, la Commission a recensé trois mille six cent soixante onze (3671)

exactions qui se répartissent comme suit :

· 154 atteintes à la vie ;

· 658 atteintes à l’intégrité physique ;

· 176 cas de tortures et autres traitements dégradants attentatoires à l’intégrité psychique et morale de

la victime dont deux cas avérés de viol ;

· 2694 atteintes aux biens et à la propriété des particuliers ;

· 29 atteintes aux biens publics ;

· 29 atteintes aux biens culturels.

La répartition des victimes décédées par sensibilité politique donne les résultats suivants :

5 décès parmi la majorité présidentielle, soit 4%,

7 décès parmi les partisans de l’opposition soit 5%,

6 neutres soit 4%,

123 sans affiliation politique soit 88 %.

Quant aux instruments utilisés pour les atteintes à la vie au cours des trois périodes considérées, ils se

répartissent comme suit :

Tableau 26 : Nombre cumulatif de décès enregistrés au cours des trois périodes avec

répartition selon l'agent causal et par région.

Agent causal

Région

BAB Blessures par armes à feu

BAT BAC

ACC BI AUTRE TOTAL

Maritime 23 4 38 0 8 15 88

Plateaux 26 1 17 0 2 18 64

Centrale 0 0 2 0 0 0 2

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 55 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Kara 0 0 0 0 0 0 0

Savanes 0 0 0 0 0 0

Total 49 5 57 0 10 33 154

Sur 154 décès,

49 ont été occasionnés par des armes blanches soit 32%,

57 par des armes à feu soit 37%

Tableau 27: Nombre de blessés répartis par sensibilité politique et par région

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 105 12 67 31 215

Plateaux 135 32 73 136 376

Centrale 6 32 11 8 57

Kara 3 1 0 0 4

Savanes 0 0 0 2 2

Total Effectif 249 77 151 177 654

pourcentage 38% 12% 23% 27% 100%

Parmi les instruments responsables des blessures, les armes blanches dominent largement ainsi que le

montre le tableau qui suit :

Tableau 28 : Nombre cumulatif des blessés enregistrés au cours des trois périodes avec

répartition selon l’agent causal et par région

Agent causal

Région

BAB

Blessures par armes à feu

BAT BAC ACC BI TOTAL

Maritime 158 1 47 7 5 218

Plateaux 328 4 38 4 3 377

Centrale 53 0 3 1 0 57

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 56 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Kara 4 0 0 0 0 4

Savanes 1 0 1 0 0 2

Total 544 5 89 12 8 654

Ces armes blanches représentent plus de 80% des causes des blessures. Par ailleurs, sur 654 blessés, 150

(dont 108 à Lomé) soit 23% ont subi une expertise médico-légale. Celle-ci révèle que le taux

d’incapacité fonctionnelle permanente est fonction du type d’arme utilisé avec une force de 42%.

Le nombre des exactions dont les auteurs et commanditaires civils ont été identifiés ou soupçonnés par

les victimes ou les témoins.

Tableau 29 : Statistique des auteurs civils de violences par région et par sensibilité politique

au cours des trois périodes

Sensibilité politique

Région

MP O N ND Total

Maritime 7 47 0 294 348

Plateaux 38 138 0 801 977

Centrale 52 3 0 181 236

Kara 2 0 0 9 11

Savanes 3 0 0 0 3

Total 102 188 0 1285 1575

Le nombre des agressions commises imputées aux agents des forces de sécurité par les victimes ou

les témoins est donné par le tableau 29.

Tableau 30 : Statistiques des exactions ou la présence des forces de l’ordre et de sécurité a

été signalée au cours des trois périodes

Région Nombre de cas

Maritime 53

Plateaux 146

Centrale 21

Kara 2

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 57 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Savanes 0

Total 222

· Pour la même période et pour le même nombre d’exactions enregistrées, examinées et

certifiées par la Commission, la présence des forces de sécurité a été signalée dans deux cent vingt

deux (222) cas d’agressions au cours desquelles ces violences ont été perpétrées.

Ces données statistiques illustrent l’ampleur des agressions mutuelles auxquelles les deux camps se sont

livrés, ainsi que l’ampleur du préjudice causé aux personnes innocentes et à l’ensemble de la société.

Evaluation des dégâts

Tableau 31 : La valeur des dégâts des victimes par région et par sensibilité politique au

cours des trois périodes

Région Sensibilité Valeur % p/r Ens.

MP 967 285 875 25,27%

Maritime O 147 782 737 3,86%

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 58 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

N 731 826 276 19,12%

ND 744 603 435 19,45%

Total Région Maritime 2 591 498 323 67,70%

MP 295 403 710 7,72%

Plateaux O 123 140 565 3,22%

N 140 161 630 3,66%

ND 334 083 265 8,73%

Total Région des Plateaux 892 789 170 23,32%

MP 75 984 900 1,99%

Centrale O 53 372 515 1,39%

N 67 379 870 1,76%

ND 81 526 460 2,13%

Total Région Centrale 278 263 745 7,27%

MP 24 076 000 0,63%

Kara O 191 200 0,00%

N 0 0,00%

ND 0 0,00%

Total Région de la Kara 24 267 200 0,63%

MP 0 0,00%

Savanes O 0 0,00%

N 0 0,00%

ND 41 015 390 1,07%

Total Région des Savanes 41 015 390 1,07%

TOTAL ENSEMBLE PAYS 3 827 833 828 100 %

Les régions maritimes et des plateaux apparaissent comme les lieux principaux de violence et de

vandalisme. C’est aussi dans ces deux régions que les dégâts matériels sont plus élevés soit 91,02%.

Parmi les Préfectures, celle du Golfe avec Lomé- Commune, de l’Ogou, des Lacs et de Kpélé-Akata ont

été particulièrement touchées.

Par ailleurs on note que la violence est allée en s’accroissant avant, pendant et après l’élection

présidentielle du 24 avril 2005. Il existe de ce point de vue une corrélation positive parfaite de 0,96 entre

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 59 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

le nombre de blessés et le nombre de morts ; en d’autres termes, les actes de violence sont organisés

pour tuer.

Le cas des communautés étrangères victimes des actes de violence et de vandalisme

La Commission a enregistré cent quatre-vingt-sept (187) victimes et témoins membres d’une dizaine de

communautés étrangères établies au Togo. Il est ressorti des auditions et des investigations sur le terrain

les résultats suivants :

Les communautés étrangères ont été victimes :

De onze (11) atteintes à la vie. Parmi les victimes se trouvent huit (08) ressortissants maliens

brûlés vifs, trois nigériens tués dont deux (02) par armes blanches et un par arme à feu

traditionnelle.

De cinquante (50) atteintes à l’intégrité physique par armes blanches.

D’un cas de torture et traitement dégradant ;

De cent quatre-vingt-sept (187) atteintes aux biens et à la propriété.

Il convient d’observer que ces résultats constituent un indicateur significatif de la naissance et du

développement d’un phénomène sociologique jusque là inconnu au Togo : la xénophobie !

Sa prise en compte dans les actions de revendication et contestation sociale et politique constitue une

sérieuse menace pour la stabilité du pays et de la sous région.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 60 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

7. ANALYSE ET DETERMINATION DES CIRCONSTANCES

L’une des missions confiées à la Commission par le décret présidentiel est « de déterminer les

circonstances » dans lesquelles les actes de violence ont été perpétrés. Le but recherché implicitement

est de réunir les éléments les plus pertinents permettant d’établir de façon certaine la responsabilité des

auteurs et de leurs commanditaires.

Le parcours des événements provoqués par des causes variées et complexes a montré qu’il n’était pas

facile, à ce stade de l’enquête, de déterminer de façon rigoureuse les circonstances particulières qui,

circonscrites dans le temps et dans l’espace, ont entouré chacune des exactions commises enregistrées

par la commission. Quand bien même cela eût été faisable, il aurait été impossible, pratiquement, d’en

rendre compte dans le cadre de ce rapport de synthèse.

Aussi, la Commission a-t-elle procédé, par commodité, au regroupement des faits significatifs

entretenant entre eux des liens interactifs évidents pour constituer ensembles des « circonstances

cadres » contextuels qui ont entouré les perpétrations des actes de violence pendant une période donnée.

Cet exercice, a permis à la Commission de dresser un tableau assez représentatif des « circonstances

cadres » au cours desquelles ont été perpétrés des actes incriminés sur l’ensemble des trois périodes

fixées par le décret.

7.1. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la

période dite "Avant le scrutin"

7.1.1. Les manifestations consécutives au coup d’Etat du 05 février 2005.

Elles ont été le fait des deux camps, le camp de l’opposition pour protester contre le coup d’Etat et

réclamer le rétablissement de la légalité constitutionnelle, le camp de la mouvance présidentielle pour

soutenir le coup d’Etat. Entre les deux interviennent les forces armées, auteurs du coup d’Etat, pour

réprimer la manifestation contre le coup et rétablir l’ordre public là où il a été troublé.

7.1.2. Les disputes au sujet de l’organisation du scrutin présidentiel

Ces disputes ont entraîné des affrontements survenus au cours des opérations de révision des listes

électorales et de distribution des cartes d’électeurs contestés par les partisans de la coalition des partis de

l’opposition et ceux d’autres candidats de l’opposition qui suspectaient l’Administration Electorale

d’organiser des fraudes massives.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 61 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

7.1.3. Les disputes au sujet des délais constitutionnels pour la tenue du scrutin.

Les manifestations pour obtenir le report du scrutin, (menées par les partisans de la coalition des six (6)

partis de l’opposition), ou pour demander le maintien de la date fixée, (animées par ceux de la

mouvance présidentielle), ont donné lieu à des débordements et à des affrontements entre les partisans

des deux camps et obligé les forces de l’ordre à mener des opérations de maintien d’ordre.

7.1.4. Les manifestations relatives à la campagne électorale

Les débordements, les collusions et les affrontements divers au cours des manifestations aux fins de

campagne électorale, (meetings, caravanes, collage et distribution des posters et messages imprimés des

candidats etc.) ; ces manifestations ont été l’occasion d’agressions et d’affrontements perpétrés par les

partisans des deux camps.

7.2. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la

période dite "Pendant le scrutin"

7.2.1. Les disputes au cours des opérations de révision des listes et de distribution des cartes

d’électeurs

Ces affrontements sont survenus entre, d’un côté, les représentants de l’opposition et de l’autre les

délégués de l’Administration Electorale appuyés par les représentants de la mouvance présidentielle au

sujet de l’interprétation du point 4 (i) de l’Accord politique du 28 février 2005 qui concerne les

membres des CELI et les scrutateurs des candidats dans les centres et bureaux de vote. Les motifs de ces

affrontements, généralement avancés, sont que les partisans de la mouvance présidentielle tentaient

d’empêcher ceux de l’opposition de jouer leur rôle dans ces structures.

7.2.2. Les opérations « anti-fraude » des groupes de jeunes de la coalition

Ces opérations ont engendré des affrontements survenus le jour du vote en dehors des Bureaux de vote à

l’occasion des opérations "anti-fraudes" menées par les partisans de la coalition visant à faire échec aux

mécanismes de fraudes électorales qu’ils suspectaient de la part de l’Administration Electorale. Ces

actions sont conduites à travers des actes de nature à violer les libertés individuelles des électeurs et des

citoyens et à perturber le bon déroulement du scrutin. Elles ont donné lieu à des heurts violents entre les

partisans des deux camps, entraînant l’intervention des forces de sécurité chargées officiellement de

sécuriser les opérations de vote.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 62 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

7.2.2.1. Les attroupements aux alentours des Bureaux de vote aux fins de surveillances et de

contrôle des opérations de décompte des bulletins de vote d’établissement et de retrait des procèsverbaux

et autres documents électoraux ainsi que de le leur acheminement.

Ces attroupements sont organisés par les partisans de la coalition et font partie des actes dits de lutte

contre la fraude électorale. Ils ont débouché partout sur des affrontements avec les forces de l’ordre ou

les groupes de jeunes activistes de la mouvance présidentielle.

7.2.2.2. Les opérations de déprédation ou de protection du matériel électoral.

Les opérations commandos des milices des deux camps aux fins d’enlèvement, de destruction ou de

protection du matériel électoral, selon le cas, ont provoqué l’intervention des forces de sécurité.

7.2.2.3. Les opérations commandos de la coalition aux fins d’empêchement de la collecte et de

l’acheminement des procès-verbaux vers les centres de traitement des résultats .

Ces opérations ont provoqué des heurts entre les deux camps et l’intervention des forces de sécurité.

7.3. Les "circonstances contextuelles" dans lesquelles les exactions ont été commises durant la

période dite "Après le scrutin".

- Protestations violentes contre les résultats provisoires dégénérées en émeutes.

- Agressions physiques contre les partisans du camp adverse.

- Attaques et destruction des biens et des propriétés privés ou des biens publics.

- Pillages des magasins et des fermes.

7.4. « Circonstances cadres » communes aux trois périodes

- Les opérations de représailles et expéditions punitives contre les groupes ou les éléments actifs du

camp adverse.

Ces opérations débouchent souvent sur des enlèvements, des séquestrations et des séances de tortures et

de traitements dégradants ou purement des meurtres. Elles s’achèvent souvent par la disparition des

victimes.

- Les embuscades, les agressions à domicile aux fins d’intimidation

Les arrestations et détentions arbitraires. Les arrestations arbitraires et détentions illégaux par les

forces de sécurité, les séances d’interrogatoires musclées accompagnées de tortures, les passages à

tabac, de traitements humiliants aux fins d’extorsion d’aveux tant par les forces de sécurité que par

les milices.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 63 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

- Les opérations de maintien ou de rétablissement de l’ordre public

Les opérations de rétablissement ou de maintien d’ordre consistent à disperser les manifestants, à

dégager les voies et les places publiques (enlèvement des barricades, des restes des pneus enflammés,

comblement des tranchées) par les forces de sécurité.

- Les opérations de protection d’édifices et de biens publics, des domiciles et des biens privés menacés

ou attaqués par les manifestants.

- Les opérations de secours à des personnes en danger.

- Les opérations de libération des personnes enlevées séquestrées ou assiégées chez elles.

- Les opérations de couverture et d’appui aux miliciens du RPT.

- Les opérations de ratissage dans les quartiers insurgés après dispersion.

- Actions préventives visant à neutraliser les éléments actifs ciblés du camp adverse.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 64 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

8. L’ ETABLISSEMENT DES RESPONSABILITES

8.1. Le Cadre général des responsabilités

L’introduction générale du présent rapport présente la situation sociopolitique du pays. Cette situation

est particulièrement marquée par les tensions et les clivages profonds à divers niveaux économique,

social, politique et culturel. Ces divisions, les frustrations et les conflits qu’elles drainent ont été souvent

comprimés ou refoulés. La crise de succession au Président de la République a donné l’occasion à

l’explosion des frustrations difficilement contenus. L’impact des prises de position des leaders, leurs

déclarations équivoques et leurs appels à l’adresse de leurs partisans respectifs ont eu un effet

considérable sur les comportements de ces derniers tout au long du déroulement des événements et

induit les actes de violence constatés.

Dans un tel contexte, seuls les institutions de l’Etat pouvaient jouer les arbitres neutres et impartiaux

pour maintenir l’ordre public et assurer la sécurité des personnes et des biens. Or, la confusion entre les

administrations et le pouvoir ne permettait pas une telle neutralité.

Les médiateurs de la CEDEAO en étaient parfaitement conscients et ont pris soin d’amener les

principaux protagonistes, les partis de la mouvance présidentielle et de la coalition de l’opposition, à

s’engager en vue de "préserver la paix".

En tout état de cause, les événements qui se sont passés ainsi que les violences qui les ont émaillé,

n’étaient ni imprévisibles ni irrésistibles. La Commission a constaté au contraire que les autorités

gouvernementales, les leaders des partis politiques et de la société civile, non seulement n’ont pas

déployé les efforts nécessaires pour les empêcher ou à tout le moins les contenir dans des limites

supportables, mais ils ont eu des comportements, et des propos qui ont encouragé leurs partisans et les

acteurs opportunistes à agir dans la direction qui conduisait aux résultats désastreux dans le pays.

C’est au regard de tout ce qui précède que la Commission a établi les responsabilités des différents

acteurs impliqués directement ou indirectement dans la gestion de la crise de succession à la Présidence

de la République.

8.2. Les responsabilités générales de l’Etat togolais

Aux termes de l’article 13 de la Constitution, l’Etat l’obligation de garantir l’intégrité physique et

mentale, la vie et la sécurité de toute personne vivant sur le territoire national.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 65 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Le Gouvernement n’ayant pas su prévenir ni empêcher les atteintes graves à la vie, à la sécurité et aux

biens des citoyens et des étrangers durant la période objet de l’enquête, la responsabilité de l’Etat se

trouve engagée.

8.3. Les responsabilités du gouvernement

Le gouvernement incarne l’Etat togolais et assure le fonctionnement régulier des institutions politiques

et des organismes administratifs de la République en vue de remplir les missions que la constitution et

les instruments juridiques internationaux lui assignent pour protéger les citoyens et les étrangers

légalement installés sur le territoire. Au regard des actes de violence et de vandalisme, objet de cette

enquête, le gouvernement togolais était tenu de prendre toutes les mesures appropriées pour maintenir

les administrations publiques, civiles ou militaires dans une stricte neutralité à l’égard des partis

politiques et des différents auteurs et victimes impliqués dans de tels actes. Au lieu de cela, la

commission a constaté que les membres du gouvernement, les responsables de certaines administrations

publiques et parapubliques, des autorités préfectorales, des responsables des forces de sécurité ont

contribué notoirement à la montée des tensions en agissant de façon discriminatoire dans la gestion de la

crise.

A titre d’exemple, la commission a recueilli des témoignages des victimes et des témoins oculaires,

corroborés par de nombreuses sources dignes de foi, qui font état des encouragements apportés aux

activistes auteurs des actes de violence dans certaines préfectures. Il en va de même de la mise à

disposition des activistes de moyens logistiques, notamment des camions appartenant à des sociétés

d’Etat qui ont eu à transporter des miliciens de certaines préfectures pour renforcer leurs camarades

d’autres préfectures, notamment à Atakpamé. C’est également dans cette rubrique que s’inscrivent les

perturbations et coupures discriminatoires des communications téléphoniques opérées également par des

sociétés concessionnaires de ce service public. Il suffit simplement de signaler que ces coupures de

téléphone ont rendu impossibles les appels au secours et l’assistance aux victimes.

Un autre exemple significatif de la défaillance du gouvernement dans la gestion de la crise et des

violences qui en ont résulté nous est donné par l’engagement des éléments de l’armée en dehors de toute

réquisition officielle.

C’est ainsi que, la commission a recueilli auprès des victimes et des témoins oculaires des informations

faisant état de la présence de militaires bien avant la réquisition de l’armée ordonnée par le

gouvernement après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. La

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 66 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

présence de ces éléments a été signalée notamment à Lomé, Atakpamé et à Sokodé. Les opérations de

maintien d’ordre relèvent de la compétence des forces de l’ordre, notamment la police, la gendarmerie et

le corps des gardiens de préfecture mais de l’aveu même des autorités, leurs effectifs et moyens sont

notoirement insuffisants.

La Commission a réuni suffisamment de preuves attestant que la montée des tensions et la

recrudescence des violences qui en étaient résultées pouvaient être contenues si les autorités publiques

l’avaient voulu et s’y étaient conséquemment employés.

A titre d’exemple, la Commission a noté les résultats positifs de tels efforts déployés par les autorités

préfectorales appuyées par les responsables locaux des partis de la mouvance présidentielle et de la

coalition de l’opposition, les responsables des forces de l’ordre, les autorités religieuses et les chefs

traditionnels dans certaines préfectures potentiellement explosives. Dans ces préfectures, les événements

se sont limitées aux menaces verbales et à quelques actes mineurs d’intimidation et n’ont pas dégénéré

en affrontements généralisés.

8.4. Les responsabilités particulières de l’Administration Electorale

Les causes des violences durant la phase des préparatifs du scrutin, sont liées principalement aux

dysfonctionnements des structures et des mécanismes de l’Administration Electorale. La Commission a

noté que ces dysfonctionnements, s’ils n’ont pas été sciemment conçus et organisés, n’ont pas non plus

été gérés comme il se devait au regard des tensions, des réclamations, des mises en garde et des

comportements violents auxquels ils ont donné lieu.

A titre d’exemple, il convient de citer :

- la mauvaise conduite des opérations de révision des listes électorales et de distributions de cartes

d’électeurs par les agents de l’administration électorale opérant au sein des commissions et des comités

de listes et de cartes. Ces opérations ont été émaillées de nombreuses contestations, de disputes et de

heurts ayant débouché sur des affrontements violents auxquels ont été mêlés les agents de

l’Administration Electorale, les partisans des deux camps politiques et les forces de sécurité ;

- la répression contre les citoyens électeurs qui réclamaient, soit leur inscription, soit le retrait de leurs

cartes par les agents des forces de l’ordre affectés auprès des commissions et comités de listes a

fortement contribué à la montée des tensions et des heurts violents ;

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 67 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

-la sécurisation des opérations de vote a été notoirement insuffisante et défaillante dans certaines

localités très sensibles. C’est le cas, par exemple de la Préfecture de l’Ogou oû à peine cent cinquante

(150) agents furent affectés pour sécuriser plus de trois cents (300) bureaux de vote, avec de surcroît,

des moyens inappropriés de sécurité et de logistique. C’est ce qui ressort des rapports fournis à la

Commission par les autorités préfectorales et les responsables des forces de sécurité qui ont eu à gérer

les violences dans cette Préfecture profondément touchée ;

- plus grave, à aucun moment, jusqu’à la veille de la tenue du scrutin, le Ministre de l’Intérieur, de la

Sécurité et de la Décentralisation n’a admis la réalité de ces dysfonctionnements. De nombreux

communiqués officiels ont constamment soutenu, contre la vérité, que les préparatifs se déroulaient de

façon satisfaisante et qu’il n’y a pas de raison valable de revoir le travail effectué. Ces

dysfonctionnements ont préparé le terrain aux violences durant la période du scrutin, et après la

proclamation des résultats provisoires.

Au vu de tous ces manquements graves observés tout au long du processus électoral et sur toute

l’étendue du territoire National, la Commission a conclu à la responsabilité de l’Administration

Electorale dans les violences qui se sont produites pendant et après le scrutin.

8.5. Les responsabilités communes au RPT et à la coalition

Les leaders politiques des deux camps, la mouvance présidentielle et la coalition de l’opposition

radicale, ne peuvent prétendre ignorer le développement inquiétant du phénomène récurrent de

l’intolérance politique, ethnocentriste, régionaliste, et xénophobe durant ces événements dramatiques.

Par conséquent, ils savaient, tous, sans exception, que les affrontements politiques auxquels leurs

partisans se livraient allaient immanquablement prendre les allures de "guerre tribale" et régionaliste,

opposant les ethnies du Sud à celles du Nord d’une part et l’ethnie Kabyè aux autres ethnies du pays,

d’autre part.

Les responsables des deux camps n’ont pris aucune mesure pratique pour endiguer le développement de

la méfiance, de la haine et de l’hostilité ouvertement manifestées par leurs partisans respectifs,

préfigurant un climat de guerre civile. Pire encore, les responsables des deux camps, aux divers échelons

local et national, ont exploité de façon insidieuse, à des fins purement électoralistes condamnables, ces

sentiments troubles et destabilisateurs de l’unité et de la cohésion nationale et partant, de la paix sociale.

Par cette attitude indélicate, manifestement irresponsable, les leaders des deux camps ont porté atteinte

à l’intérêt supérieur de la nation et ce faisant, ils ont laissé se créer, à une grande échelle, un climat

politique et social qui a favorisé les initiatives tendant à troubler l’ordre public par les actes de violence

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 68 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

et de déprédation dont ont été victimes, indifféremment, leurs propres partisans et de nombreuses

personnes innocentes ainsi que la nation toute entière. En conséquence de ce qui précède, la

Commission les tient politiquement pour responsables.

8.6. Les responsabilités communes du pouvoir intérimaire et de la coalition de l’opposition

au regard des communautés étrangères.

L’Institut Goethe (Centre Culturel Allemand) a fait l’objet d’une attaque menée par un commando dans

la nuit du 29 avril 2005.

La Commission au cours de ses investigations s’est déplacée sur les lieux et a constaté de visu les

énormes dégâts causés à cette unité culturelle exceptionnelle. Elle a entendu le Directeur de l’Institut en

présence de son Assistante de direction et de Monsieur l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo.

Les informations recueillies ont pleinement renseigné la Commission sur le mode opératoire du

Commando ainsi que sur de nombreux faits connexes à l’attaque. La Commission dispose dès lors

d’éléments suffisants d’appréciation pour affirmer :

· que l’attaque a été menée par des professionnels formés à ce genre d’opération ;

· que ce Commando a bénéficié de moyens logistiques notamment un véhicule de transport ;

· et que dans sa fuite, le Commando a échappé à une patrouille de police en faisant usage de mots

de passe.

Les événements politiques qui ont précédé l’attaque, notamment les déclarations intempestives et

équivoques de certains responsables du pouvoir intérimaire ont pu laisser croire à des groupes

extrémistes qu’ils pouvaient impunément s’attaquer aux intérêts allemands au Togo.

Les agressions ciblés perpétrées contre les ressortissants de certains Etats étrangers, notamment, les

Maliens, Nigériens, Libanais, Français etc. se rangent dans le même cas de figure. Au cours de ses

investigations sur ces agressions, la Commission a réuni des éléments d’appréciation permettant de

conclure que ces exactions ont été induites par des déclarations accusatrices et des propos virulents

proférés publiquement et à plusieurs reprises par la direction nationale de la coalition de l’opposition à

l’encontre notamment de la CEDEAO et des autorités françaises, plus particulièrement du Président

Jacques CHIRAC. L’impact de tels propos et les appels agressifs à la "vigilance et à la mobilisation" qui

les accompagnent a eu un effet incitateur à la violence.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 69 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

8.6.1. Les responsabilités particulières du RPT

En examinant les positions et les actions des organes dirigeants du RPT, tant au plan national qu’au

niveau local, la Commission a réuni une série d’éléments éclairants sur la contribution substantielle de

ce parti au développement graduel des tensions politiques et, partant, à l’escalade des violences tout au

long de la crise.

Sur la base de ces éléments, la Commission a retenu les charges suivantes contre le RPT :

1°- La complicité active avec les auteurs du coup d’Etat :

Les hautes instances dirigeantes du RPT, par une déclaration officielle rendue publique le 05 février

2005 ont apporté leur aval politique et leur encouragement aux Forces Armées Togolaises auteurs du

Coup d’Etat militaire du 05 février 2005. Joignant le geste à la parole, le RPT a concrétisé sa caution

politique en organisant des manifestations publiques de soutien au pouvoir issu du Coup d’Etat. Par

cette prise de position en faveur du Coup d’Etat, le RPT prend une part significative dans l’ouverture de

la crise de succession avec toutes les conséquences qui en ont découlé.

2°- En appelant ses militants et sympathisants à descendre dans les rues pour soutenir le Coup d’Etat

militaire, le RPT ne pouvait ignorer les risques d’affrontement violent entre d’un côté, les partisans du

retour à la légalité constitutionnelle et de l’autre côté les forces de sécurité chargées de réprimer les

manifestations contre le Coup d’Etat auxquels ses militants apportaient leur soutien. Cette démarche

indélicate a fait naître une "entente politique" tacite entre les partisans du RPT et les forces de sécurité

tout au long du développement des événements marqués par la montée graduelle des tensions politiques

et la recrudescence des violences. Cette "entente tacite" nouée autour d’une cause commune - le soutien

au pouvoir issu du Coup d’Etat – a favorisé la collaboration active des deux partenaires dans la

perpétration des exactions dont ont été victimes, les partisans du camp opposé, considérés comme des

adversaires communs, ainsi que de nombreuses personnes innocentes.

En conséquence, le RPT doit en être tenu responsable.

8.6.2. Les responsabilités particulières de la Coalition

Les statistiques du nombre d’exactions commises au cours des événements montrent une escalade

constante des comportements violents des acteurs, en particulier chez les partisans de la Coalition.

Les analyses effectuées par la Commission sur les circonstances et les mécanismes de déclenchement

des actes de violence, révèlent l’existence d’une stratégie de conquête du pouvoir par la violence

délibérément conçue, organisée et méthodiquement exécutée, au mépris des conséquences désastreuses

enregistrées tout au long des opérations.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 70 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Pour comprendre cette option radicale prise par les responsables de la Coalition, il convient de faire une

brève rétrospective sur les expériences électorales vécues par les partis d’opposition au régime togolais.

Ces expériences sont profondément marquées par un syndrome singulier qui a structuré la conscience et

modulé la pensée politique des leaders et des militants des partis de l’opposition. Ces derniers ont

exprimé ce phénomène syndromique par le terme "hold up électoral " cf. note (1) perpétré, à chaque

élection, par la Mouvance Présidentielle au détriment de l’Opposition. L’instrument principal utilisé

dans cette opération d’ "hold up électoral" a été le recours à la violence. Dans tous les discours

politiques ayant un rapport quelconque avec les processus électoraux, les leaders de l’Opposition s’en

réfèrent constamment pour expliquer la cause principale de leur défaite électorale, notamment lors des

scrutins présidentiels controversés de 1998 et de 2003.

Le syndrome de "hold up électoral" a érodé profondément la foi des partisans de l’Opposition dans les

vertus des processus électoraux comme mécanismes institutionnels d’expression pacifique de la volonté

populaire et de conquête du pouvoir d’Etat. Les frustrations qui en découlent ont fait naître et grandir, en

particulier chez la jeunesse militante de l’Opposition, la conviction selon laquelle la conquête des

suffrages à elle seule ne suffira jamais à assurer la victoire électorale à l’opposition, dans la mesure où

celle-ci sera toujours confisquée au moyen de la violence. De là à recourir à leur tour à cet instrument

magique, le pas est vite franchi et il l’a été effectivement cette fois-ci comme le montrent les faits.

La victoire politique remportée par les partisans du retour à la légalité constitutionnelle et à la mise en

oeuvre de la succession à la Présidence de la République par voie électorale, victoire remportée avec

l’appui massif et effectif de la Communauté Internationale, a donné aux leaders et aux militants de

l’Opposition l’illusion que le pouvoir était à portée de la main. Même l’effritement de l’appui de la

Communauté internationale, n’a pas suffi à réajuster leur stratégie centrée sur l’affrontement avec la

Mouvance Présidentielle.

Cette stratégie de la confrontation violente a été traduite par les deux leitmotiv centraux qui terminent

leurs discours et leurs appels à l’endroit des militants et des populations : "vigilance et mobilisation".

- "Vigilance" pour débusquer et mettre en échec les mécanismes de fraude électorale dont ils accusaient

la Mouvance Présidentielle et l’Administration Electorale.

- "Mobilisation" pour résister à la violence des milices de la Mouvance Présidentielle et des forces de

sécurité qui les appuient habituellement, dans les "hold up électoraux". Engagés dans cette nouvelle

option bien risquée, les responsables de la Coalition et les éléments actifs de leur camp vont multiplier

les actes qui déclenchent la spirale de la violence sans tenir compte des rapports de force qui leur étaient

défavorables.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 71 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

L’analyse statistique du nombre d’incidents survenus au cours de chaque "circonstance cadre" montre

que les actions menées par les partisans de la coalition notamment les opérations de lutte contre les

fraudes et la contestation des résultats électoraux provisoires réunissent le plus grand nombre

d’incidents émaillés d’exactions graves. Il n’est plus nécessaire de rappeler leurs déclarations virulentes

à l’encontre des dirigeants étrangers avec les conséquences que l’on sait sur les immigrés des autres

pays.

La planification des opérations de violence opérée par la Coalition va au-delà du ciblage des victimes ;

elle intègre dans ses mécanismes opératoires, le choix du terrain d’opération. Les régions choisies sont

principalement la Région Maritime notamment les villes de Lomé, d’Aného, de Tsévié, de Notsè, la

Région des Plateaux avec l’épicentre à Atakpamé et ses environs, la Région Centrale avec la ville de

Sokodé pour épicentre et la Région des Savanes à l’extrême Nord avec pour épicentre la ville de Mango.

8.7. Les responsabilités des Forces Armées Togolaises et des Forces de Sécurité

8.7.1. L’implication des forces de sécurité dans la vie politique et les violences qui en ont

découlé

La place et le rôle de l’armée dans la vie politique sont une réalité qu’il n’est plus besoin de démontrer

ni de démentir. Elle est née et s’est développée au coeur d’un régime politique de parti unique

institutionnalisé sous la forme du parti-Etat qui subordonne et instrumentalise l’Etat et ses institutions à

l’appareil du parti au pouvoir. Dans un tel régime restrictif des libertés publiques, l’armée et l’ensemble

des forces de l’ordre ont pour mission de contrer tout agissement qui menace la stabilité du système.

C’est là une des dures réalités politiques du Togo devant laquelle il devient préjudiciable de se voiler la

face.

De part leur place et leur rôle dans le système politique, les forces de sécurité en particulier leurs

appareils hiérarchiques, ont le sort lié à l’évolution politique du pays. Les impliquer étroitement au

processus de mutation idéologique et institutionnelle est une garantie essentielle pour un changement

pacifique.

Formuler en ces termes la problématique de l’implication incontestable des forces de sécurité dans les

violences passées, n’est pas une tentative de la part de la Commission de les exonérer des exactions dont

certains de leurs éléments ont été les auteurs. C’est un point de passage obligé pour appréhender de

façon appropriée les enjeux de l’implication partisane des forces de sécurité dans la gestion de la

vacance présidentielle au Togo.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 72 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

8.7.2. Le contexte de l’engagement des forces de sécurité dans les violences politiques

Leur premier engagement fait suite aux mouvements de résistance au coup d’Etat animé par les

partisans de l’opposition et certaines organisations de la société civile. Leur mission fut de réprimer les

manifestations interdites, selon un communiqué du Ministre de l’Intérieur.

Ensuite l’armée cède partiellement sa place aux milices et groupes de jeunes de la mouvance

présidentielle durant les phases des opérations de révision des listes et de distribution des cartes

d’électeurs et de la campagne électorale. Durant ces phases, leur intervention s’inscrivait dans leur

mission classique de maintien de l’ordre comme l’ont indiqué à plusieurs reprises les communiqués du

Ministre de l’Intérieur chargé de l’organisation des opérations électorales.

Au cours de cette période dite «avant le scrutin présidentiel», les victimes et les témoins font état

d’incidents ou agressions formellement imputés aux forces de sécurité sur l’ensemble du pays. Outre les

moyens classiques de maintien de l’ordre, les forces de l’ordre ont fait usage d’armes blanches recensées

par la Commission et bien entendu, d’armes à feu conventionnelles.

Le second engagement intervient durant la période dite «pendant le scrutin», (les 24 et 25 avril 2005),

pour assurer la sécurité des opérations de votes. Les informations fournies par les témoignages oraux et

écrits ainsi que les éléments de preuve matérielles, établissent à dix sept (17) le nombre d’incidents

imputés aux forces de sécurité agissant seules ou en collaboration avec les groupes de miliciens et de

jeunes de la mouvance présidentielle sur l’ensemble du pays.

Le troisième engagement, cette fois-ci massif, compte tenu du climat insurrectionnel ambiant, est

intervenu durant la période dite «après le scrutin présidentiel» après la proclamation des résultats

provisoires par la CENI le 26 avril 2005. A cette occasion les forces armées togolaises sont intervenues

sur réquisition expresse du gouvernement, à la demande du Ministre de l’Intérieur par intérim. Les

autorités militaires et gouvernementales ont affirmé à la Commission que leur décision d’engager les

Forces Armées Togolaises a été prise sur la base de l’article 149 de la Constitution togolaise. Nous

sommes là dans un contexte d’Etat d’exception où l’armée est réquisitionnée officiellement pour

renforcer les forces de maintien d’ordre traditionnelles (police, gendarmerie et gardiens de préfecture). Il

s’agissait clairement de contenir un mouvement insurrectionnel à sa naissance, ont affirmé les autorités

militaires. Un ancien Ministre de la défense résume cette action en ces termes : « L’armée a une mission

régalienne. Au décès du Président EYADEMA, l’armée a pris des mesures et tout ce qu’elle a fait a été

fait dans la légalité».

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 73 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La distribution géographique du mouvement insurrectionnel animé par les partisans de la coalition et le

déploiement géographique des forces de sécurité se marient parfaitement, permettant à la Commission

de conclure que des deux côtés ces actions et réactions simultanées étaient attendues. L’ancien Ministre

de l’Intérieur en charge des opérations électorales avait clairement annoncé qu’il savait à partir de

sources concordantes et dignes de foi, que la dégradation constante du climat socio-politique comportait

des risques d’implosion sociale pouvant conduire le pays à la guerre civile.

8.7.3. Le mode opératoire des forces de sécurité

La nature des exactions imputées aux forces de sécurité lors de leurs interventions varie selon les types

d’opérations menées. La Commission a noté trois types d’opérations : les opérations de maintien de

l’ordre, les bavures et les dérapages.

- S’agissant des opérations de maintien de l’ordre, elles ont été conduites avec les méthodes classiques

de dispersion des manifestants et de dégagement des voies publiques, en faisant usage de moyens tels

que les gaz lacrymogènes et les bâtons et aussi de moyens plus discutables tels que les gourdins et les

ceintures à boucle.

- Les bavures sont commises lorsque par exemple, les forces de l’ordre, lors de la dispersion d’une

manifestation blessent ou tuent des manifestants.

- Les dérapages sont des opérations menées sans ordres formels de la hiérarchie, par des éléments dits

«incontrôlés». Ces opérations sont décidées par les agents des forces de l’ordre de leur propre initiative

et avec des motifs personnels qui sortent de leur mission classique. A titre d’exemple, il y a dérapage

lorsque les forces de l’ordre, après dispersion des manifestants pénètrent dans les maisons pour

commettre des exactions sur toutes personnes qui s’y trouvent, sans savoir si ces personnes ont pris part

ou non aux manifestations violentes. De nombreux témoignages font état de ces types d’actions. Entrent

également dans ce mode d’opération les représailles, les «descentes» punitives contre un groupe cible,

les opérations d’appui, actif ou passif, aux milices de la mouvance présidentielle. L’appui est actif

lorsque les agents des forces de l’ordre agissant aux côtés des miliciens leur apportent un soutien

logistique et matériel et parfois psychologique accompagné de propos haineux ou tribalistes. L’appui est

passif lorsque l’agent de sécurité assiste sans intervenir à l’agression d’une personne sans venir à son

secours, encourageant les agresseurs par son inaction. Des victimes et des témoins font état de tels

agissements de la part des forces de sécurité durant leur engagement dans les troubles.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 74 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Les rapports de la police et de la gendarmerie sur les actions des agents des forces de l’ordre laissent

apparaître de tels agissements qui traduisent manifestement un traitement discriminatoire au détriment

des partisans de l’opposition ou de certains groupes cibles.

Ainsi, par leur comportement général au cours de cette période cruciale de l’histoire de notre pays, leur

complicité avec les miliciens du RPT ou certains individus particulièrement zélés, les Forces Armées

Togolaises et les Forces de sécurité doivent être tenues pour responsables des actes de violence et de

vandalisme commis avant, pendant et après l’élection présidentielle du 24 avril 2005.

8.8. La responsabilité des médias

Les journaux, radios et télévisions publics, privés laïcs et même religieux ont joué un rôle déterminant

dans la dégradation du climat politique avant, pendant et après le scrutin présidentiel.

Des informations non vérifiées et /ou partisanes ont alimenté l’agressivité des citoyens et incité les

groupes de jeunes à l’action violente.

Les appels au calme et à la retenue étaient rares durant la période objet de l’enquête. Les médias ont été

les canaux par lesquels chaque camp justifiait ses actions et incitait ses militants.

Les médias privés ont servi à cristalliser les rancoeurs contre les étrangers coupables par procuration des

prises de position des dirigeants de leurs pays.

La fermeture des radios Lumière, Nana FM, Kanal FM, Nostalgie,Carré Jeunes, RTZ, TV7, et Radio

Maria Togo ordonnée par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) pour non

paiement de redevance annuelle, diffusion de fausses informations, incitation à la haine et au tribalisme

ainsi que la fermeture de Radio France International (RFI) traduisent l’ambiance délétère qui a prévalu à

l’époque des faits dans le paysage audiovisuel au Togo.

9. CONCLUSIONS, RECOMMANDATIONS ET PERSPECTIVES

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 75 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

9.1. Conclusions

A l’issue de l’analyse des faits, la Commission note que :

1- les actes de violence et de vandalisme survenus au Togo avant, pendant et après l’élection

présidentielle du 24 avril 2005 sont sans précédent dans l’histoire de ce pays par le nombre de morts, de

blessés, de personnes réfugiées dans les Etats voisins du Bénin et du Ghana.

2. les dégâts matériels sont très élevés si l’on tient compte de la durée de la période des événements et

des difficultés économiques auxquelles notre pays est actuellement confronté.

3. les actes de violence et de vandalisme ont touché principalement la région maritime et celle des

plateaux avec un accent particulier pour Atakpamé, Lomé, Aného.

4. outre les causes politiques, la dégradation des conditions de vie des populations depuis le milieu des

années 80, l’accroissement du chômage des jeunes, les incertitudes de l’avenir ont servi de ferment aux

actes de violence et de vandalisme.

5. Le nombre de personnes décédées s’élève à cent cinquante quatre (154),

6. le nombre des personnes blessées atteint six cent cinquante quatre (654),

7. le nombre de dégâts matériels s’élève à mille trois cent quarante six (1346) pour une valeur estimée à

trois milliards huit cent vingt sept millions huit cent trente trois mille huit cent vingt huit

(3.827.833.828) francs CFA.

9.2. Recommandations

9.2.1. Sur le plan politique

Les auteurs et commanditaires des actes de violence devront être poursuivis en application du décret

portant création de la Commission Nationale Spéciale d’Enquête Indépendante.

Ces poursuites outre qu’elles permettront de rendre justice aux victimes, favoriseront la réconciliation

nationale en mettant fin à l’impunité des auteurs et commanditaires et préviendront les risques de

récidive.

Le gouvernement devra mettre en oeuvre des mécanismes d’indemnisation des victimes en y associant la

Commission Nationale Spéciale d’Enquête Indépendante.

Le gouvernement devra poursuivre la mise en place de secours d’urgence pour les victimes les plus

touchées par les violences.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 76 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Le gouvernement devra poursuivre la politique de rapatriement des réfugiés, la politique de réinsertion

des rapatriés et des personnes déplacées ;

Le gouvernement et l’opposition doivent mettre en oeuvre le dialogue politique inscrit dans les 22

engagements conclus en avril 2004 à Bruxelles.

L’objectif est de rétablir un climat de confiance entre les acteurs politiques à l’intérieur et avec la

communauté internationale, en vue de rassurer les populations.

Le gouvernement doit veiller au désarmement des milices et autres vigiles agissant sous l’obédience des

partis politiques. La détention d’armes blanches (bâtons, gourdins, coupe-coupe et couteaux etc.…)

durant les marches et rassemblements publics, doit être prohibée ;

Le gouvernement doit veiller à ce que des militaires en activité et à la retraite ne puissent s’infiltrer dans

les milices et vigiles du parti au pouvoir et de l’opposition.

9.2.2. Au regard des Institutions de la République

Il est impérieux, dorénavant que les hautes personnalités qui ont le privilège d’animer la vie de la

nation assument leurs charges avec un sens aigu de responsabilité et de probité, en ayant en

vue le souci constant de préserver les institutions de la République de l’opprobre et de la

défiance du peuple togolais et de la communauté internationale.

9.2.3. Au regard des forces armées togolaises et des forces de sécurité

L’article 149 de la constitution qui autorise le gouvernement à utiliser les forces armées "dans la lutte

contre les rebelles" doit être expliquée afin de circonscrire le champ d’intervention de l’armée à la

stricte nécessité du rétablissement de l’ordre, ceci afin d’éviter les "descentes musclées" dans les

maisons de citoyens innocents sous prétexte de débusquer des manifestants.

Les forces de sécurité traditionnelles (gendarmerie et police) doivent être renforcées en effectif, en

moyens logistiques et en formation.

La haine tribale et la xénophobie doivent être combattues au sein de l’armée, des forces de sécurité, au

sein des partis politiques et des populations civiles.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 77 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Des efforts doivent être poursuivis pour combattre la pratique de la torture.

Le gouvernement doit veiller à ce qu’aucun parti politique n’utilise les officiers, soldats et forces de

sécurité comme agents électoraux.

Durant les campagnes électorales les officiers en activité doivent s’abstenir de toute déclaration et

implication directe ou déguisée dans des activités politiques partisanes.

L’armée doit être dotée d’un statut et de moyens adéquats pour mettre en application l’article 147 de la

constitution qui en fait juridiquement une armée nationale, républicaine et apolitique.

Elle doit tenir compte de la diversité ethnique et culturelle dans ses recrutements et promotions.

Sans préjudice du rôle traditionnel des forces de l’ordre, les autorités politiques doivent réfléchir à la

possibilité de pourvoir chaque garnison militaire d’une unité de maintien de la paix avec les moyens et

une formation adéquate pour intervenir d’une manière impartiale et sans faire de dégâts en cas de conflit

entre les civils.

L’armée doit se doter d’une structure de promotion et de protection des droits de l’homme.

Il convient de faire découvrir l’armée aux populations, aux partis politiques et aux groupes de la société

civile pour mieux faire connaître leur mission et leurs contraintes.

A cet effet, il convient d’organiser des journées porte ouverte de l’armée et des journées armée nation.

Il faut éviter de diaboliser l’armée, s’abstenir des discours haineux à leur endroit en "désarmant la parole

et l’écriture".

Il faut que les citoyens et les groupes acceptent de s’adresser au Ministre de la défense et au Chef d’Etat

major en cas de problèmes impliquant l’armée et qu’à leur tour, ceux-ci fassent preuve de capacité

d’accueil et d’écoute.

9.2.4. Sur le processus électoral

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 78 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Le processus électoral souffre d’un déficit chronique de confiance en amont comme en aval. Ce déficit

dépasse les clivages politiques. Pour restaurer la confiance :

Il faut procéder au recensement général de la population et parallèlement réviser le

registre électoral en dehors de toute échéance électorale afin de garantir la sérénité des

opérations.

Tout Togolais doit recevoir une carte d’électeur, si possible avec sa photo d’identité.

Le gouvernement et les partis au pouvoir doivent prendre au sérieux les soupçons de

fraude électorale qui reviennent d’une manière récurrente à chaque consultation électorale.

Les opérations dites "anti-fraude" ne doivent pas être laissées à l’initiative des groupes

privés plus ou moins improvisés sous l’obédience des partis politiques.

Ces groupes ont commis des atteintes graves aux libertés des citoyens en procédant à des fouilles

systématiques avec violences sur des électeurs ou militants adverses soupçonnés à tort ou à raison de

détenir des cartes frauduleuses.

Les mêmes soupçons ont été le prétexte des violations de domiciles accompagnées de pillage et

d’incendie criminel.

Les seuls individus et groupes en dehors des forces de sécurité qui devront être admis à surveiller les

processus électoraux en amont et en aval devront être autorisés par la Commission Electorale Nationale

Indépendante.

Ces individus ou groupes devront porter des insignes apparents permettant de les distinguer. Leurs

mission devra être défini afin d’éviter des abus.

Il est nécessaire de redéfinir la notion de publicité du dépouillement

La Commission a constaté que dans beaucoup de localités des foules préalablement mobilisées surtout

par les partis de l’opposition ont littéralement envahi les lieux de dépouillement. Cette invasion a été

faite au nom de la publicité du dépouillement telle que prévue par le code électoral.

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 79 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

Ces foules généralement massées aux portes et fenêtres des bureaux de vote ont été les auteurs d’un

nombre incalculable d’agressions contre les membres des bureaux de vote, les forces de sécurité et les

délégués des candidats.

A cet effet, il faudra expliquer abondamment la notion de démocratie représentative. Les groupes

organisés notamment les partis politiques doivent laisser aux délégués des partis et candidats le soin de

vérifier la régularité des dépouillements en s’abstenant des tournées intempestives dans les bureaux de

vote sous prétexte d’assurer la coordination des opérations.

De nombreuses disputes sont nées à l’occasion de ces visites intempestives dans les bureaux de vote.

9.2.5. Au regard des autorités locales

Le rôle des préfets et sous préfets durant les campagnes et processus électoraux doit être clairement

défini et leur impartialité protégée par des mécanismes appropriés.

Dans les localités où les préfets et sous préfets ont agi en toute neutralité et impartialité vis à vis des

acteurs politiques les velléités de violences ont pu être étouffées avec l’implication des responsables

locaux de l’opposition et de la mouvance présidentielle.

Mais là où les préfets et sous préfets ont été défaillants parce que sous pression des responsables locaux

soit du pouvoir et ou de l’opposition les différends ont vite dégénéré en violences

La neutralité des autorités traditionnelles, chefs de canton et chefs de village doit être garantie

Le gouvernement et les partis politiques devront s’abstenir de les instrumentaliser à des fins

électoralistes.

Ces chefs traditionnels sans aucune protection policière et sans ressources financières cristallisent

souvent les rancoeurs des groupes politiques avant, pendant et après chaque élection.

Une démarcation doit se faire entre leur nécessaire collaboration avec les autorités politiques et

administratives dans la gestion de leurs cantons et villages, et leur implication souvent dangereuse dans

le débat politique.

Une campagne de sensibilisation sera nécessaire pour garantir leur protection et leur réconciliation avec

certains de leurs administrés.

9.2.6. Au regard de la société civile

Novembre 2005…………………………………………………………………………………………………………….….Page 80 sur 90

………………………………………………………………………………………………………………………………………… .Togo

La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), les autorités de tutelle de ces

médias, et les associations professionnelles des organes de diffusion de masse, devront veiller à faire de

ces moyens de communication, les instruments de paix sans aliéner leur droit légitime à l’information.

Les autorités religieuses chrétiennes, musulmanes ou de toutes autres confessions doivent continuer à

jouer leur rôle d’éclaireur de la conscience morale des citoyens et des dirigeants.

Ils devront privilégier les prières, les mises en garde et démarches discrètes pour faire entendre en toute

humilité, les vertus de justice, de vérité et de pardon. La réconciliation des togolais est à ce prix.

9.2.7. Au regard des communautés étrangères vivant au Togo.

Le Gouvernement et le peuple togolais sont liés par les conventions, pactes internationaux et la

Constitution de la République qui garantissent le droit à la résidence, à l’établissement, à la libre

circulation et à la sécurité de tout étranger vivant sur le territoire national.

Les autorités publiques, les partis politiques et la société civile sont ensemble tenus d’assurer à ces

communautés étrangères une vie paisible et sécurisée.

Ils doivent par conséquent, s’abstenir d’instrumentaliser les membres de ces communautés étrangères à

des fins politiques et électoralistes.

De leur côté les ressortissants de la communauté étrangère sont tenus de respecter les lois du pays

d’accueil et de s’abstenir de toute immixtion intempestive dans les affaires politiques nationales.

9.2.8. Au regard de la communauté internationale

L’accroissement de la pauvreté des populations et la crise sociale surtout le chômage des jeunes qui en