Actualité Tribune Forums Photos Music Sports Sites Interviews Downloads Radio
Music

Santy Dorim : La Princesse de Doufelgou annonce la sortie très prochaine de son 4ème album

AgoraPress - Lomé - Interview réalisée par Alain Nococo - 04 mars 2008

Santy Dorim
Vedette de la chanson togolaise

Togoforum :  Santy Dorim bonjour, vous êtes artiste de la chanson togolaise. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Santy Dorim :
Bonjour et merci pour l’occasion que vous me donnez par cette interview.  car elle permettra, je suis sûre,  de lever un coin de voile sur ce qui se raconte sur ma personne. Je suis Santy Dorim, artiste togolaise de la chanson. Je suis originaire de la préfecture de Doufelgou. Une bonne partie de mes chansons me sont inspirées de la culture de cette localité que je voudrais mettre en valeur à travers mes chansons. Je suis célibataire et mère d’un garçon. Je vis actuellement au Togo.

Togoforum :  Vous êtes une artiste qu’on ne présente pas au public togolais puisque vous avez à votre actif trois albums. Comment êtes-vous arrivée à la musique et qu’est-ce qui vous a poussé à embrasser cette carrière ?
SD : C’est vrai, je suis en ce moment même en studio pour la sortie de mon quatrième album ‘’Ma Source d’eau vive’’ après ‘’Prudence’’ en 1996 ; ‘’Yala-Kpaté’’ en 1999 et ‘’Stop à la violence’’ en 2002.

Je considère que la musique est un métier comme tout autre. Je peux dire que je l’ai dans la peau ; c’est comme un cadeau du ciel. Il n’y a pas, à mon avis, de plus beau métier que la musique et je rends grâce à Dieu pour ce cadeau et le remercie pour m’avoir donné les aptitudes naturelles nécessaires pour embrasser cette carrière.

Togoforum :  Si l’on sait que dans nos traditions une fille à la musique, c’est considéré comme la porte ouverte au vagabondage, comment vos parents ont-ils accueilli votre idée d’abandonner très tôt les classes pour une carrière musicale ?
SD : Je tiens à préciser que ce n’était pour me consacrer à plein temps à ma passion, la musique, que j’ai quitté l’école. Mon père, un médecin, était le seul fonctionnaire de la famille Santy. C’était pour toute la famille et le village une véritable vache laitière que tout le monde venait traire, un arbre sur lequel tous les oiseaux du village venaient se poser. C’est ainsi que mon père qui gagnait assez pour s’occuper de ses enfants s’est retrouvé avec trop de charges sur les bras. Nous sommes en Afrique et vous savez qu’il ne pouvait pas se dérober.  Voilà comment il en est arrivé à sacrifier la scolarité de ses filles.

Il n’a pas approuvé ma volonté de me lancer dans une carrière musicale. Les préjugés et les idées reçues sur le métier d’artiste de la chanson sont tels que chez-nous, on considère que faire le trottoir est plus respectable que d’être chanteuse. Alors, je me suis lancée un défi : ne pas rentrer dans le schéma réducteur chanteuse égale femme légère. Le métier de chanteur n’est pas incompatible avec l’image d’une femme vertueuse. C’est ce que j’essaie de prouver dans ma conduite de tous les jours.

Mes parents ne pouvaient pas influer sur ma carrière d’autant plus que c’est mon ex-mari avec qui je  vivais qui avait financé une partie de mes productions. Aujourd’hui, les critiques se sont quelque peu tues, même si certaines mauvaises langues continuent par raconter de n’importe quoi juste pour me salir  Mais je fais avec.

Togoforum :  On imagine que votre parcours musical n’a pas été chose aisée. Pouvez-vous nous parler de ce parcours et nous dire ce qui vous a le plus marqué ?
SD : C’est vrai que la musique n’est pas chose facile, surtout au Togo. Et le parcours d’un artiste est toujours semé d’embûches. Je me suis alors persuadée que pour avoir du soutien, il faut se faire connaître d’abord sur le plan national et international. J’ai mis toutes mes économies dans ce projet. Au fil du temps, j’avais besoin de plus en plus de moyens financiers et mes propres ressources étaient devenues insuffisantes. Je dois dire que j’ai eu très peu de soutien. Mon cas n’est pas différent des autres artistes, mais ce n’est pas une consolation.

Sous d’autres cieux, l’artiste vit de son art. Chez-nous, c’est un mendiant. Il est obligé d’exercer d’autres activités pour joindre les deux bouts, reléguant au second plan sa carrière.  Le Bureau Togolais du Droit d’Auteurs (BUTODRA) ne verse que des miettes aux artistes. Les fonds donnés par l’UNICEF et par la CEDEAO soit près de 9 milliards ne parviennent jamais aux destinataires. Je profite de la tribune que m’offre togoforum pour demander à ceux qui détiennent ces fonds de bien vouloir rendre à César, ce qui est à César. Nous avons honte de notre état quand nous nous retrouvons en face de nos confrères de la sous-région.

Togoforum :  Quelles sont vos sources d’inspiration  et quel genre de musique faites-vous ?
SD : Je m’inspire du folklore de chez moi, Niamtougou et des autres artistes, surtout sur le plan du rythme. Je fais surtout du folklore et un peu de la variété ; c'est-à-dire un mélange de la tradition et de la modernité

Togoforum :  On vous surnomme la ‘’Reine du kamou’’ c'est-à-dire que votre genre musical est d’inspiration traditionnelle. Est-ce à dire que vous voulez valoriser la culture togolaise en voie de disparition ou avez-vous d’autres raisons pour ce choix ?
SD : Je considère que être artiste, c’est  être l’ambassadeur de sa culture. Comme tel, je me dois de valoriser le folklore de chez-nous à travers le monde. Je suis la première chanteuse à avoir mis en valeur le rythme Kamou de chez-moi. C’est de là certainement que me vient ce surnom de « Princesse de Kamou ». Mon album ‘’Yala-Kpaté’ m’a donné l’occasion de faire le tour du pays et d’être connue à l’extérieur : Bénin, Burkina-Faso, Niger, Canada, France.

Je pense que les artistes devraient faire du folklore, pour porter fièrement le titre d’ambassadeur  et promouvoir ainsi la culture togolaise.

Togoforum :  L’éternel problème pour les artistes africains, c’est le manque de producteurs et de sponsors. Qui ont été le ou les producteurs et les sponsors de vos trois derniers albums ?
SD : De producteur Togolais résident au pays, je n’en connaît pas. Il y a, à mon avis trois raisons qui peuvent expliquer le faible engouement pour la production artistique au Togo : d’abord, le Togo est un petit pays. Quand un producteur investit, il doit au préalable s’assurer qu’il peut récupérer ses fonds, rien que par les ventes des K7 et CD dans le pays. Ensuite, il faut reconnaître qu’en général, les Togolais préfèrent les artistes étrangers. Enfin, c’est la piraterie qui donne le coup de grâce aux artistes et des pirates, il y en a plein au Togo.

Au Béni par exemple, sur les radios et les télévisions locales, on consacre très peu de temps aux artistes étrangers. Le reste du temps est consacré aux artistes béninois. Cela ne veut pas dire que les Béninois n’aiment pas les artistes étrangers, mais ils préfèrent d’abord leur folklore chanté par leurs artistes. Bien plus, les médias font la promotion des artistes du terroir. C’est tout le contraire au Togo.

Au Togo, pour espérer bénéficier de sponsoring d’une grande société, il faut avoir un parent ou une relation bien placée dans cette société. J’ai quand même été sponsorisée par l’Imprimerie Equinoxe, Mèche NINA et le Port Autonome de Lomé. Pour ce qui est des producteurs, j’en ai eu un seul pour mon troisième album. Il s’agit de la maison Nimba de MANSEL PRODUCTION.

Togoforum :  Parlez-nous de la maison Nimba de Mansele Production qui a financé votre 3e album ‘’Stop Violence’’ ?
SD : C’est grâce à un heureux concours de circonstance. Je peux dire que c’est la volonté de Dieu. C’est sur une radio parisienne, ‘’Paris Fréquence Plurielle’’ où j’étais l’invitée alors que lui était venu faire la promotion de l’une ses artistes que j’ai fais la connaissance du directeur de Nimba de Mansele Production. Nous nous avons échangé d’adresse et plus tard je l’ai rappelé pour lui dire que je cherchais un producteur. Après avoir écouté mes chansons et certainement apprécié mon travail, il a accepté de me produire. Et c’est comme cela que je suis entrée dans la maison NIMBA. Hélas, la maison aujourd’hui est fermée son propriétaire s’est lancé dans une autre carrière, la politique.

Togoforum :  Quelles sont les idées-forces que vous développez dans vos trois albums. Si l’on s’attarde un peu sur le 2e  ‘’Yala-Kpaté’’ qui signifie littéralement  ‘’où n’y a-t-il pas de mariage ?’’, quels sont les thèmes que vous développez dans cet album et dites-nous si dans votre vie de femme, une situation de ce genre vous a marqué. 
SD : Je chante la paix. Je dis non à la violence dans le monde entier, la paix aux hommes, aux femmes, aux enfants, la paix dans les foyers.

’Yala-Kpaté’’ est une chanson reprise de ma grand-mère qui l’a composée en réponse aux critiques dont elle était l’objet parce qu’elle en était à son troisième mariage.

Togoforum :  Vous êtes une artiste confirmée de la musique togolaise. Mais depuis un certain temps, on ne vous voit pas sur scène alors que vous teniez il n’y pas si longtemps le haut du pavé médiatique au Togo. Qu’est-ce qui se passe, un recul stratégique pour mieux sauter ou manquez- vous d’inspiration ?
SD : Un artiste confirmé manque de tout sauf de l’inspiration. Au besoin, il fait appel à des auteurs-compositeurs ou à des interprètes. Je suis quelque peu désespérée. Etre artiste au Togo est une sinécure. J’ai quand même la conviction que demain serai meilleur.

Togoforum :  A quand votre prochain ? 
SD : Si tout va bien, d’ici avril ou mai au plus tard, il sera sur le marché.

Togoforum :  Vous vous êtes produite sur scène en Europe, au Canada et aux Etats-Unis. Quel accueil le public de ces pays vous a –t-il réservé ?
 Je n’ai jamais été aussi bien accueillie ailleurs qu’en Occident. Un accueil chaleureux et enthousiaste. J’y suis si bien accueillie que parfois j’avais presque envie d’y rester.

Togoforum :  Dans votre parcours, vous avez certainement côtoyé ou rencontré des artistes de la chanson de renommée internationale. Quels sont ceux qui vous ont le plus marqué ?
SD : Je peux citer Annie-Flore, une artiste gabonaise qui vit en France. Je l’ai rencontrée au Canada. Sa voix et son authenticité m’ont beaucoup marquée.

J’adore Angélique Kidjo quand elle fait le folklore béninois.  King Mensah, Jimmy Hope sont des références pour moi.

Togoforum :  Quel regard portez-vous sur la musique togolaise ?
SD : Il a beaucoup de travail à faire pour qu’elle soit compétitive. Mais la musique togolaise a de l’avenir. Nous les artistes, nous devons apprendre à travailler dans une parfaite collaboration et avec un esprit de solidarité, à nous assister, surtout pendant les enregistrements. Cela se fait ailleurs et ça explique la bonne qualité des produits. Pourquoi pas chez nous ?

Par ailleurs, c’est regrettable d’entendre certains dire qu’il n’y a pas de musique togolaise. Que faisons-nous de notre beau folklore ?

Togoforum :  Un mot sur la piraterie, un fléau qui détruit la musique togolaise et qu’on n’arrive pas à éradiquer.
SD :
A ce fléau s’ajoute un autre qui commence par prendre de l’ampleur ces derniers temps, c’est la duplication des CD et des tickets d’entrée aux spectacles multipliés à loisir par certains individus sans foi ni loi. A mon avis, c’est un fléau qu’on peut combattre et éradiquer de façon efficace. C’est une question de volonté. Si tout le monde s’y mettait, on obtiendrait des résultats encourageants. J’en appelle à la conscience de tous ceux-là qui se remplissent les poches sur le dos des artistes en encourageant ou en favorisant la piraterie et en multipliant les CD et les tickets d’entrée à nos spectacles.  

Santy Dorim
Vedette de la chanson togolaise

Togoforum :  Quand on sait qu’en Afrique et particulièrement au Togo, la musique ne nourrit pas son homme, comment faites-vous pour joindre les deux bouts. Exercez-vous d’autres activités à part la musique ?
SD : En dehors de la musique, je fais la couture et m’occupe d’autres affaires personnelles.

Togoforum :  Vos perspectives d’avenir pour la musique togolaise.
SD : Les associations et les syndicats d’artistes doivent former un comité avec l’aide de la Fédération Internationale des Musiciens (FIM) pour réfléchir sur les droits et les devoirs des artistes et leurs rapports avec les managers, les producteurs, les promoteurs etc. L’avenir de la musique togolaise en dépend.

Togoforum :  Si vous aviez un message à adresser à vos fans, aux autorités et aux opérateurs économiques qui hésitent à investir dans la musique, que direz-vous ?
SD :
Je dis un grand merci à mes fans. C’est grâce à eux que j’ai pu parcourir le petit chemin que j’ai fait dans ma carrière d’artiste. J’ai besoin de leur soutien moral.

Aux autorités de mon pays, je demande de prêter une oreille attentive à la musique. C’est à travers elle que la culture de notre pays sera portée hors des frontières et rayonner à travers le monde.

Aux opérateurs économiques qui hésitent encore à sponsoriser ou à produire les artistes de la place, je dis qu’ils ont tout à y gagner. Plutôt que de sponsoriser à grand frais les artistes étrangers qui viennent empocher des millions pour ensuite les rapatrier chez eux, il faut sponsoriser les artistes togolais qui pourront investir dans le pays  pour la relance de la croissance économique

L’avenir du Togo doit se construire avec l’apport de tous. Investir dans la musique togolaise, c’est avoir foi en l’avenir du Togo.

 
Retourner à la page Accueil

Interviews

Affaire de détournement de matériel médical destiné à Bafilo - Bernard Walla explique : « On n’a pas donné le matériel à la ville de Kara. On a donné ce matériel au directeur régional»
Bassirou Ayéva : «Nos artistes traditionnels méritent valorisation, promotion, et reconnaissance»
Me Madji Yawovi Agboyibo, Ex-président du CAR: « Entre partenaires, la construction d’une alternative efficace pour l’alternance en 2010 passe par le renvoi mutuel de l’ascenseur ».
Nadim M. Kalife : «Tout d’abord, il nous manque toujours la mise en place de la COUR des COMPTES prévue dans la Constitution, et cela traîne depuis 1974»
La science fiction de l’Honorable Voulé Frititi : «L’âge limite de fonction présidentielle doit être fixé à 65 ans…»
Comi Toulabor : « Faure comme son père n’est pas là pour construire des ponts, des écoles, des routes, des hôpitaux »
M. Radji Latifou, président du comité Miss Inter collégienne : « Encourager la jeune élève à prendre conscience de son éducation »
Gabriel Dosseh-Anyron : Il serait contre productif de vouloir faire croire à la population que ces Consultations sont une rnanoeuvre
Odile Biyidi : Sarkozi n'a aucune politique africaine
Bibish Môlah : En Concert le 14 Juin 2008 á Düsseldorf
Education nationale : L'Honorable député Voulé-Frititi explique les causes profondes de la mauvaise santé de l'école au Togo
Gilbert Atsu de la NDP : « Il est tout à fait judicieux de limiter l’âge pour les candidats à l’élection présidentielle »
A propos de la crise à la Fédération : « Ne pas respecter nos statuts, c’est renier notre identité. La FIFA ne respectant pas nos statuts, renie notre identité»
Maître Yawovi Agboyibo : Au nom de sa conception biologique de la lutte, le leader de l'UFC s'emploie à éliminer les autres leaders
Paul Ayivon : «C’est d’une voix unie depuis l’étranger que nous pourrons avoir un impact, aussi petit soit-il, sur les grandes décisions de notre gouvernement»
M Kofi Yamgnane : «Charles Debbasch, alias Koffi SOUZA, n'est pas seulement le CHEF du clan des Blancs» au service du régime togolais, il est en réalité surtout le vrai chef de l'Etat togolais !»
Bawara : Nous envisageons avec le soutien de l’UE la tenue d’un Forum des Togolais de l’Extérieur
Interview avec Kangni Alem : La neutralité politique est une posture mensongère
Maître Martial Akakpa : Martial Akakpo présente l'observatoire togolais de la bonne gouvernance et revient sur l'affaire Moévi
M Victor Alipui repond aux questions de togoforum.com : «C’est une supercherie. Les élections législatives n’auront pas lieu le 5 août 2007»
Interview de Togoforum à M. Tchassona Traoré : Depuis que notre parti est né, nous n’avons pas de relation particulière avec le PDR qui, pour nous, reste une formation politique comme toute autre
Monsieur Antoine Bodjona s'entretient avec togoforum : « Quelques fois aussi il ne faut pas se plaindre d’être un parent d’un membre du parti adverse »
Entretien avec le Docteur Thierno Maadjou Sow de Guinée : « Aucun guinéen n’est plus prêt á se faire tricher » et je vous dis que l’expression est devenue générale
L’Honorable Frititi Voulé repond aux questions de togoforum : « La célébration du 13 Janvier dans ses formes originelles n’a plus sa raison d’être… »
CTR : togoforum tend son micro à M. Isidore LATZOO du Comité togolais de résistance
UFC : Jean-Pierre FABRE de l'Union des forces de changement répond aux questions de Togoforum
Monsieur Kofi FOLIKPO de PYRAMID of YEWEH : Monsieur Kofi FOLIKPO repond aux questions de togoforum.com
Entretien avec Monsieur Comi Toulabor : Echec ou réussite du dialogue : tout est fonction de quel bout de la lorgnette où on se trouve pour apprécier
UFC: Causerie avec Monsieur Elliot Ohin, Représentant de l’Union des Forces de Changement (UFC) en Amérique du Nord
Réponses du Professeur Léopold M. GNININVI, SG de la CDPA, aux questions de Togoforum
Entretien de togoforum avec M. Alex BINIZI, SG de l’A.P.U.A.-FRD
Péré: Désormais, avec le parti qui naît, les choses ne font que commencer et tout espoir est permis. Que Dieu bénisse et protège le Togo !
Causerie avec le Prof. Ayayi Togoata APEDO-AMAH, Secrétaire Général de la LTDH
Interview exclusive de Me Dégli au "Forum de la Semaine"
Les dernières élections belges et européennes analysées par Monsieur Labitey Combey Vioto
Quel bilan de 13 ans de lutte pour la démocratie au Togo et quelles perspectives d'avenir? Maître  Sitti analyse
Après les Elections Présidentielles du 1er juin 2003, M. Dahuku Péré s'entretient avec togoforum
Gilchrist Olympio s'entretient avec RFI après le rejet de sa candidature
Laurent Lawson du CTSD
Le Journaliste Abass M. S
sur la presse privée au Togo
Apédo-Amah dissèque la politique togolaise et ses acteurs
Regard croisé sur le théâtre en Afrique
Causerie avec Elizabeth Bouetard
Entretien avec La Compagnie "Le Roseau du Burkina Faso
Interview avec le Porte-Parole du PSR, le Professeur Wolu Kouami
Un éclairage  sur les questions monétaires actuelles avec le Professeur Jérémie Mbow KADOUMTA
Entretien avec l'avocat de M. Agboyibo, Me Kodjo APEVON
Interview accordée par Monsieur Bassirou Ayéva
 
  © 2005  www.togoforum.com All rights reserved