A propos de cet espace

AgoraPress

Tribune

Economie

Politique

Culture

Société

Sites

Dernière Interview réalisée à  Lund (Suède) le 18 Janv. 2003 
 Le Comité togolai pour la Survie de la Démocratie (CTSD)

Laurent Lawson du CTSD s'exprime sur la politique togolaise

De toutes façons, si notre population ne se mobilise pas alors qu’elle meurt tous les jours dans des hopitaux vides et malsains, cela voudra dire qu’elle mérite Eyadema. Quoi qu’on fasse, Eyadema nous tue déjà. Cabri mort n'a pas peur de couteau!  Il faut que l’opposition se mette au travail pour informer par tous les moyens sur le bien fondé d’une désobéissance civile sur toute l’étendue du territoire togolais.

TOGOFORUM: Monsieur Laurent Lawson, vous êtes Sécrétaire Général du Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie (CTSD). Avant de revenir à votre organisation pour en savoir plus, parlons de l’actualité brûlante au Togo. 

La constitution togolaise vient d'être modifiée pour favoriser la représentation du général Eyadema à l’élection présidentielle de 2003. Cela fait l’objet de toutes les conversations au Togo et dans la Diaspora. Que suggèrerait le CTSD à l’opposition et à la population togolaise?  

L.L: Laissez-moi vous dire tout d'abord que ce ne sont pas les suggestions ou les idées qui manquent, mais à quoi serviraient-elles face aux diverses tergiversations de notre lutte depuis plus de 12 ans.  Eyadéma a toujours été fidèle à ses principes: mensonge, manipulation, violence et que dirais-je. C'est l'opposition qui n'a cessé de tergiverser.  En clair, la revision frauduleuse de la consitution togolaise par le tyran ne m’étonne guère. Je m’y attendais comme beaucoup de gens d’ailleurs. Après la modification de la constititution guinéene par le dictateur Lansana Conté, la modification de la constitution togolaise ne faisait plus de doute. Aujourd’hui, seuls ceux qui croyaient qu’Eyadema respecterait sa parole sont surpris et deçus. 

J'étais en France en juillet 99 quand RFI retransmettait les «sages décisions et promesses» de Lomé II lors de la visite de Jaques Chirac.  A tous mes amis, je disais, en simple citoyen averti, que rien de tout ce qu'il disait n'adviendrait.  Par contre la plupart de nos leaders étaient tombés dans le piège. Ils y avaient cru ou comme d'autres le disaient, ils croyaient pouvoir « prendre Eyadéma  aux mots. » Leurre ! Et nous venons de perdre presque quatre années supplémentaires espérant que ce dictateur nous concédera, tel un ange, ce à quoi nous aspirons tant : la démocratie, les Droits de l'Homme, des élections libres etc etc. C’était de la pure diversion. 

Je trouvais naïfs ceux qui déjà proposaient à l'opposition de s'unir pour aller affronter Eyadéma aux élections législatives et autres.  Ils avaient certainement oublié l'expérience encore récente dans nos esprits des élections de 1998.  Que feraint-ils quand le comptage des voix serait bloqué ou quand toute la commission électorale donnerait sa démission aux lendemains des élections et serait dans le maquis ? On n'a jamais bien répondu à des questions pareilles, mais on rêve d’élections organisées par Eyadema et son système pour les perdre au profit de l’opposition. On nous dira encore de reprendre nos courages à deux mains et d'attendre les élections de 2008.  Promis juré.  Eyadéma l'a promis il ne se presentera pas en 2008 etc etc.  Voyez- vous un peu le fil des choses. Ce n'est pas sorcier, c'est comme ça qu'on les a vécu, qu'on les vit et qu'on les vivra si rien de différent ne se fait.   

Au CTSD, nous comdamnons bien sûr cet enième acte crapuleux et irresponsable du parlement monocolore RPT, du gouvernement togolais et en particulier de Monsieur Eyadéma. Il existe encore des gens irresponsables dans ce monde moderne qui font réculer leur pays, pendant que l'avancement de la technologie et de la communication oblige les Etats et gouvernements à prendre conscience de leur développement ! Je  trouve cela plus que machiavélique.   

La situation pourrait sembler complexe mais pas tant que ça.  Voici quelques sénarii qui s'offrent à nous,  réfléchissons-y ensemble:  

Si entre temps nous ne sommes pas arrivés à faire partir Eyadéma et l'échéance arrive, il n'est pas question que nous nous présentions aux élections car d'hors et déjà la réponse est connue d'avance : C'est la "victoire" de monsieur Eyadéma, et on aura beau crier au secours sans succès. 

Si nous n'y allons pas, lui il ira avec ses comspirateurs et il est gagnant d'avance. Ainsi continue la douleur du peuple et jusqu'à quand? 

Si Monsieur Eyadema ne se représente pas mais présente un poulin avec qui l'opposition va aux élections, et si le poulin gagne ou bien même si l'opposition gagne, il y a problème car cela signifie que l'opposition aura approuvé la modification de la constitution. Même si l’opposition gagne le scénario de 1998 se rejouera sous nos yeux impuissants. 

Si Eyadéma et ces acolytes n'arrivent pas à organiser les élections, le mandat d’Eyadéma tirant à sa fin, on parlera de vide juridique.  Là notre Monsieur bloque les institutions et se porte garant de la constitution et de l'Etat jusqu'à X temps. C’est un scénario à exclure puisqu’on annonce déjà des présidentielles pour plus tôt que prévu. Fevrier et Mars. Eyadema veut aller vite avant que l’opposition n’ait le temps de reflechir à une statégie.  

TOGOFORUM: Alors Monsieur Lawson, que propsez-vous concrètement ? 

LL : La désobéissance civile totale.  

TOGOFORUM: Cela fait penser à la grève générale illimitée de 1992 – 1993. Ce fut la plus longue grève jamais enregistrée en Afrique. Pensez-vous que les Togolais vont suivre  une telle option?  

LL : Ecoutez, ou nous savons ce que nous voulons et nous nous engageons en conséquence, ou nous ne savons pas quoi faire et nous nous contentons de notre dictature. C’est un choix à faire. Je crois personnellement qu’aujourd’hui plus qu’en 1992 –1993, une désobéissance civile serait une réussite. Aujourd’hui plus qu’hier, le regime d’Eyadema est fragilisé avec les fissures aventageuses au sein de son parti, le RPT. Les défections de Péré, d’Agbéyomé Kodjo, d’Adaoutéma Philomène sont autant d’atouts non négligeables. Il nous faut tout capitaliser pour le bonheur du Togo. 

De toutes façons, si notre population ne se mobilise pas alors qu’elle meurt tous les jours dans des hopitaux vides et malsains, cela voudra dire qu’elle mérite Eyadema. Quoi qu’on fasse, Eyadema nous tue déjà. Cabri mort n'a pas peur de couteau! 

Il faut que l’opposition se mette au travail pour informer par tous les moyens sur le bien fondé d’une désobéissance civile sur toute l’étendue du territoire togolais. J’insiste, l’opposition doit sérieusement se mettre au travail d’information, de sensibilisation des populations togolaise. La retention de l’information doit disparaître.  

TOGOFORUM: A supposer que la désobéissance civile réussisse et qu’on voit Eyadema prendre la clé des champs, que va-t-il se passer ? L’opposition est-elle bien organisée pour combler le vide ? D’ailleurs certains estiment que le pouvoir est par terre au Togo et manque de preneur. Qu’en pensez-vous ? 

LL : C’est justement pour cette raison que j’appuie l’idée d’un gouvernement parallèle de l’opposition à l’étranger qui aura pour tâche essentielle d’organiser dès maintenant la désobéissance civile en envoyant des messages positifs à l’armée qui dans sa majorité soutient le processus démocratique.  

TOGOFORUM: Parlant de l’armée, quel serait son rôle dans la désobéissance civile que vous précaunisez ? 

LL : Notre erreur au sein de l’opposition, c’est de ne pas chercher à nous rallier l’armée. Nos discours l’exclue presque. Il est indispensable que cette armée comprenne que malgré tout, le peuple compte sur sa contribution pour sa libération. Peut-être faut-il rappeler aux militaires qui ne comprendrait pas ce message les exemples des Narcisse Djoua et Biteniwé. Le message est que Eyadema nous utilise tous. Et l’armée et le peuple. Il nous utilise dans l’intérêt de sa famille et de ses enfants. Que nos militaires pensent à l’avenir de leurs enfants.    

TOGOFORUM: Le CTSD dans ces divers communiqués en appelle à une unité de l’opposition togolaise ou tout du moins à son unité d’action. Est-ce que la Coalition des forces démocratiques (CFD) actuellement mise en place est à peu près ce minimum que vous souhaitez pour l’opposition togolaise face à Eyadema? 

L.L: Au CTSD nous avons accueilli la nouvelle avec beaucoup de satisfaction tout en espérant que nos leaders ne nous décevront pas une énième fois.  Cette coalition a toujours été le voeu de nous tous militants de l'opposition et je peux dire du peuple entier aspirant au changement.  Encore une fois je leur exprime tout mon soutien et celui du CTSD.  Prions seulement que nous soyons tous conscients de l'enjeu et que ce ne soit une énieme entreprise qui disparaîtra avant d'avoir atteint ses objectifs.  Et ce serait dommage. 

TOGOFORUM: Il existe au sein de cette coalition le Front Uni de l’opposition, Solida, l’UFC, et les autres partis politiques non organisés en sous-coalition. Est-ce là un danger pour la CFD? D’aucuns pensent que l’opposition togolaise cherche toujours ses marques et qu’elle manque souvent de réponses adéquates face à la dictature du général Eyadéma qui vient d’enfoncer le clou en modifiant la constitution. 

L.L: Il est vrai que nous avons toujours manqué de réponses adéquates face au régime éyadéma. Nos manquements n'ont malheureusement pas fait évoluer la lutte comme on l'aurait voulu. Mais faudrait-il faire endosser tout le poids de cet échec aux leaders ?  Je ne le pense pas.  La responsibilité individuelle de chaque citoyen doit être mise dans la balance. Chaque Togolais doit se demander : « quelle est ma part de responsabilité dans cette situation.» Car à force de toujours rendre responsables les leaders, on cesse de refléchir et on dépend seulement des leaders qui peut-être n’ont pas toujours la solution.

La question que vous soulevez est bien sûr pertinente. Mais Si tous les membres de la  Coalition des forces démocratiques (CFD) se mobilisent autour des objectifs fixés il n'y a pas de doute que nous allons faire de grands pas. Ce n’est donc pas le fait d'avoir une coalition avec plusieurs partis qui est un danger. Pas du tout. Pour une coalition forte aujourd'hui dans notre situation, il faut vraiment que tous les partis de l'opposition vraie se retrouvent autour d'un objectif commun. Celui de défier et de mettre fin à la dictature en place au Togo.  Nos partis politiques ont tendance à oublier l'ampleur de la machine dictatoriale, très structurée et vieille de 36 ans.   

Parlant de la structure de la CFD j'ai personnellement de la peine à comprendre pourquoi nos leaders ont opté pour une présidence tournante de deux semaines.  Est-ce cela dont on a besoin? Non.  Je vois là un problème de confiance, peut-être même un conflit de leadership. Et si le minimum de confiance fait défaut autant ne même pas essayer.    

Je supporte aussi cette idée avancée par d'autres amis d'un gouvernement parallèle appuyer par des ambassadeurs nommés dans la Diaspora pour faciliter les négociations, nouer des relations,  informer et s'informer etc.  Je pense qu'on fera beaucoup mieux avec une opposition ainsi organisée.   

TOGOFORUM: Monsieur Lawson, parlons du Comité togolais pour la survie de la démocratie, votre mouvement. Malgré sa jeunesse votre organisation a déjà plusieurs activités à son actif. Qu’est-ce au fait que le CTSD? 

Laurent Lawson: Le Comité Togolais pour la Survie de la Démocratie (CTSD) est une association d'action politique, créée en 1992 au Togo et au Bénin avec des amis militants de l'opposition, membres ou non d'autres associations et de partis politiques.   

Vu que la crise togolaise va de rebondissement en rebondissement sans qu’on n’aperçoive  le bout du tunnel, les membres du bureau exécutif du comité ont pris sur eux de participer à la recherche de voies de sortie pacifique et definitive de la crise togolaise. Les membres du bureau exécutifs se sont mis à réfléchir et c'est ainsi qu'une idée d'assise avec suivie a germé.  

Le CTSD a donc organisé sa première assise dans la Scandinavie en octobre 2000 avec pour thème "QUEL TOGO POUR LE 3ème MILLENAIRE".  

Nous avions choisi Octobre 2000 pour commémorer les 10 ans de la lutte et il y avait des participants d'un peu partout en Europe dont Gilchrist Olympio de l’Union des force de changement (UFC) et Claude Améganvi du Parti des travailleurs du Togo (PTT). En avril 2002 une autre assise a été organisée dans la même ville, c’est-à-dire la ville de Lund en Suède.  Parmi les participants on comptait Zeus Ajavon de la Convergence patriotique panafricaine (CPP) et le Professeur Gu-Konu de la Convention démocratique des peuples africains – Branche togolaise (CDPA-BT). Les deux réunions ont bénéficié du soutien de nos amis suédois et d'autres étrangers vivant à Lund.  Il est de notre souhait de voir une participation plus accrue à la prochaine réunion qu'on organise en mars/avril prochain. 

Les membres du comité continuent de croire en la résolution prochaine de la crise socio-politique togolaise. 

TOGOFORUM: Comme vous le savez les Togolais sont d’une nature très suspicieuse. Que repondez-vous à ceux qui se demandent qui est derrière le CTSD? 

L.L: Le CTSD n'est épaulé par aucun parti politique du Togo ou mieux, ses membres se retrouvent dans la plupart des partis politiques dits de l'opposition vraie. Notre objectif est de supporter le peuple togolais. Nous ranger ou faire le jeu d'un parti politique serait contraire à cet objectif.  Nous avons voulu garder notre indépendance vis-à-vis des partis politiques et nous comptons rester fidèle à cette ligne d'action. Je sais que ceci a souvent été l'objet de discussions dans nombre de nos réunions et je voudrais encore me répéter pour le souligner: nous sommes pour tous les partis politiques ou organisations épris de démocratie.  Et pour éviter ce genre de polémiques nous avons décidé au CTSD que pour être élu à la tête de l'organisation ou membre du comité directeur, il est vigoureusement interdit que le postulant soit membre d'un parti politique togolais ou d'une association ayant des rapports étroits avec un parti politique togolais. C'est là la force de notre organisation. Nous sommes conscients de la nécessité pour les Togolais de redevenir independants vis-à-vis des partis politiques pour un combat plus efficace et final. 

TOGOFORUM: Apparemment vous avez une bonne assise en Suède. Pouvez-vous nous dire comment notre crise est perçue d’un pays scandinave? Notre pays est-il connu de la Suède?  

L.L: Avant notre arrivée en Suède en mai 1997, peu étaient les suédois qui pouvaient situer le Togo géographiquement et pire, ils ignoraient tout de la crise socio-politique que nous traversons.  

Déjà en 1998 nous avons commencé par organiser de petites séances d'information sur le Togo et les données de la crise togolaise. Celà avait suscité beaucoup d'intérêt auprès de la population suédoise ou du moins celles de Lund, de Malmoe et de Stockholm.  Notre organisation a par la suite été invitée à différentes occasions par des associations et partis politiques à donner des présentations sur le Togo. Aujourd'hui nous pouvons vous informer de ce que la crise togolaise est bien connnue de certains milieux politiques en Suède et que le gouvernement suédois accorde un grand intérèt à ce qui se passe actuellement au Togo.  

C'est vrai, aujourd’hui nous avons une bonne assise en Suède. Ceci n’est pas dû à un hasard mais à notre dévouement, le sérieux avec lequel nous travaillons et surtout notre intégration dans la société suédoise. Connaissant très bien les raisons fondamentales de notre départ du Togo vers le Bénin en 1993 et notre réinstallation par le Haut Commissariat des Nations-Unis pour les Réfugiés (HCR) vers la Suède en 1997, nous avons très vite compris que la tâche qui nous attend au pays est trop importante et que nous devons très tôt nous mettre au travail en vue de continuer par contribuer à l’inplantation des fondements de la démocratie à laquelle nous aspirons tant.   

TOGOFORUM: Comment procédez-vous pour informer les Suédois ? 

LL : Le CTSD a deux séances d'information chaque année et ces séances d’information ne visent pas que les Suédois:  

1- une assise sur le Togo que nous dénommons "Quel Togo dans le troisiéme millénaire". Cette assise se déroule chaque année dont la troisième est prévu pour Mars-Avril 2003. 

2- La seconde est la fête nationale togolaise qui est une occasion fondamentale pour le CTSD de présenter les moments forts de l'histoire du Togo et la crise togolaise.  

TOGOFORUM: Quel est l’état de la coopération entre les pays scandinaves et l’Afrique de l’Ouest? 

L.L: A l'exception du Danemark et de la Norvège qui sont un peu présents par le biais de différents projets de développement et de santé, nous ne pourrons pas vraiment parler de coopération entre les pays scandinaves et l'Afrique de l'Ouest. Commençons par les Ambassades : De combien d'ambassade la Suède dispose en Afrique de l'Ouest? Très peu. Et la Finlande? Pratiquement aucune. Les pays scandinaves investissent plus dans les pays de l’Afrique australes avec des grands projets de développement.  Quand je soulève la question ici on me parle souvent de la barrière linguistique mais je crois qu'on pourra toujours y remédier.  C'est un travail que nos Etats Ouest-Africains doivent prendre en compte, car il n'y a pas de raison que la coopération des pays d'Afrique de l'Ouest se limite aux seuls investisseurs français.  

TOGOFORUM: Parlons un peu de la Diaspora togolaise. Pensez-vous qu’elle aide vraiment au dénouement de la crise togolaise? Sinon, quelle sont ses failles et comment pouvait-elle participer plus efficacement? 

L.L: Avant de répondre à votre question, permettez-moi de faire une remarque qui personnellement me tourmente et que je veux partager avec les autres de manière à ce  nous puissions bien situer les responsabilités quand aux questions de la Diaspora. Qui est la Diaspora? Et de quelle Diaspora parlons nous?  

La Diaspora c'est l'ensemble des communautés togolaises vivant hors du Togo. Mais la Diaspora à laquelle nous nous référons ici est l'ensemble des Togolais en liaison directe ou indirecte avec l'opposition et qui soutient fermement la lutte pour le changement au Togo. 

Pour revenir à votre question, je dirais avec sincérité que la Diaspora fait un travail vraiment remarquable à encourager, considérant la jeunesse relative de cette Diaspora.  Vivre en exil n'est pas chose facile tant sur le plan économique que social mais malgré toutes ces difficultés chacun essaie de contribuer à la lutte d'une façon ou d'une autre. C'est le temps ici de tirer chapeau à nos amis d'Allemagne, de la Belgique, de la France, du Danemark et de la Suéde qui ont toujours fait preuve de bonne volonté et d'un patriotisne sincère. Je n'oublie pas la communauté au Canada et aux Etats-Unis.  Bien sûr qu'on pourra en réalité mieux faire et je pense entre autre à plus de lobbying au niveau de l'appareil politique dans nos pays d'accueil respectifs.  La Diaspora doit déjà penser à la reconstruction du Togo et oeuvrer dans ce sens.  Attelons nous dès maintenant au développement économique et social de notre cher pays le Togo.  Vous êtes d'accord avec moi que le travail qui nous attend au pays est inévaluable. C'est une chose de vouloir le changement et une autre de s'y préparer. 

Pour résumer je voudrais dire que l'engagement politique et la prise de conscience de la Diaspora ne font pas défaut.  Il nous reste à mieux nous organiser et bien sûr à être un peu plus déterminés.  

TOGOFORUM: Beaucoup de Togolais une fois en Occident s’estiment heureux et oublient carrément leur pays. Quel message leur adressez-vous ? 

LL : C’est bien dommage qu’arrivés en occident, certains de nos compatriotes oublient d’où ils viennent, les problèmes laissés derrière eux et qu’ils choisissent de jouir de l’effort des autres peuples sans songer à reproduire ce bonheur chez eux. A chacun de prendre conscience de la gravité de la situation dans notre pays pour œuvrer de son mieux où que l’on se trouve. 

Nous sommes d’accord qu’il ne nous a jamais été donné auparavant de nous exprimer ou de nous engager sur les sujets tels que les droits de la femmes, les droits de l’enfant etc… Mais en observant notre société d’accueil, nous ne pouvons rester les bras croisés, jouissant de la réussite des autres sans tenter de recopier. Il me semble que tous les Togolais au quatre coin du monde doivent faire quelque chose.  

TOGOFORUM: Votre mot de fin. 

L.L: Faudrait-il parler de mot de fin, puisque la lutte continue. Je voudrais surtout  tirer chapeau aux efforts incommensurables consentis par la population togolaise.  Malgré les intimidations du pouvoir ils tiennent encore bon et avec eux j'ose encore espérer. Avec un peu plus de détermination, nous y arriverons. Je profite de cette occasion pour informer de la tenue prochaine à Lund de la troisième assise de la Scandinavie sur la crise togolaise où les probabilités relevées ci-dessus seront discuter.  Je compte vous y retrouver. 

Je vous en remercie. 

Interviews

 
 
 

Achetez ici votre parfum

 

Trouvez une bourse d'études

Find Scholarships Today!

 

Job.com

 

 

Pour tout contact écrire à liaisons@togoforum.com

Tribune | Interviews | Débats | AgoraPress | Economie | Culture | Chatroom | Sites