Actualité Tribune Libre Sports Sites Interviews
Interview

Entretien avec M. Agba Essowédéou, secrétaire exécutif adjoint de la ZACOP

Propos récueillis par Alain Nococo - Lomé le 15 décembre 2009

 «La mise en place de la ZACOP entre des Etats ayant des liens structurellement solides dans de nombreux domaines peut aider à résoudre la question lancinante de la libre circulation »

 

Togoforum : M. Agba, vous êtes le secrétaire exécutif adjoint de la Zone de l’Alliance de Coprospérité en abrégé ZACOP. C’est quoi la ZACOP ?
Agba Essowédéou :
La ZACOP c’est la Zone de l’Alliance de Coprospérité, COPAZ en anglais. Elle a été créée le 13 février 2007 à Cotonou au cours de son sommet constitutif par les Chefs des Etats membres à savoir la République du Bénin, la République du Ghana, la République Fédérale du Nigéria et la République togolaise en vue, selon le mémorandum d’entente de « renforcer les liens traditionnels d’amitié et de coopération économique mutuellement bénéfiques entre nos quatre peuples ».

Elle est dotée d’un certain nombre d’organes dont le Conseil des Chefs d’Etat, organe suprême, d’un comité exécutif composé des ministres concernés, et de trois sous-comités comprenant des experts. Il est prévu un organe permanent au siège de la ZACOP à Lagos. C’est l’unité de Soutien Technique doté d’un Secrétariat Exécutif. Celui-ci comprend un représentant par pays.

Togoforum : Pourquoi la ZACOP si l’on sait que les pays qui font partie de cette structure font également partie d’autres organisations sous-régionales telles que la CEDEAO, l’UEMOA notamment ?
A.E : C’est une question récurrente. Elle est compréhensible. Cependant notons quand même que le Ghana et le Nigéria ne sont pas membres de l’UEMOA. Il faut voir dans cette nouvelle organisation d’autres motivations dont, à mon avis, deux essentielles :
- Quand on observe l’ensemble des Etats membres, ils ont des structures économiques similaires.
- Leurs populations ont des liens socio culturels, historiques séculiers, toutes choses utiles pour inciter au regroupement

Togoforum : N’y a-t-il pas un conflit de compétence entre la ZACOP et les organisations dont nous venons de faire cas. Si non, quels sont les domaines de compétence ou disons les attributions de cette structure qui regroupe le Bénin, le Ghana, le Nigeria et le Togo ?
A.E : Il n’y a nullement conflit de compétence. Moi je parlerai de complémentarité. Pour le reste, puisque vous me demandez quels sont les domaines de compétence de la ZACOP, si l’on s’en tient au mémorandum d’entente, l’organisation embrasse plusieurs domaines. Cependant l’accent est mis sur l’énergie si nécessaire à l’industrialisation, base de tout développement.

Togoforum : Nombreux sont les Togolais qui ne comprennent pas que malgré la multitude des regroupements qui existent et qui peinent à combler leurs attentes, les dirigeants des quatre pays en viennent mettre en place une autre forme de regroupement. Pouvez-vous bien nous dire ce qui a déterminé ces dirigeants à s’engager dans cette nouvelle aventure ?
A.E : A cette question pertinente, je pourrais donner une réponse volontairement provocatrice et dire que si peut-être il y a multitude de regroupements, c’est que l’on n’a pas encore trouvé le bon. J’espère que la ZACOP sera cet oiseau rare (Rire !)

Non, plus sérieusement je crois que face à la marginalisation de nos pays et à la mondialisation rampante, les quatre Chefs d’Etat ont voulu concevoir une autre forme de coopération qui consiste à mettre ensemble leurs forces afin de créer les conditions de développement et de croissance économique. Et puis convenez avec moi que près de 35 ans après la création de la CEDEAO, il n’est pas normal que se pose encore et toujours la question lancinante de la libre circulation.

Je pense que la mise en place des blocs compacts du type de la ZACOP entre des Etats ayant des liens structurellement solides dans de nombreux domaines peut aider à résoudre cette question.

Enfin, notez que les Chefs d’Etats ont voulu créer un cadre d’intégration cohérente. A cet effet, il a été adossé à l’Alliance un concept qu’il ne faut pas banaliser lorsqu’on parle de cette organisation. Il s’agit du concept de coprospérité. C’est un concept novateur. Ceci est original et essentiel. Il suppose l’interpénétration des économies avec des mécanismes de partage équitable de gains et de coûts. Vous conviendrez avec moi que les expériences de régionalisation des économies connues à ce jour se sont faites sans coprospérité. Voilà une différence majeure par rapport aux organisations auxquelles vous faisiez allusion.

Togoforum : Selon certains observateurs, le poids économique et humain du Nigeria peut être un handicap pour la ZACOP du fait que ce pays peut se servir de son leadership naturel pour la déséquilibrer, les autres entités étant réduites à n’être que ses satellites. Qu’en dites-vous ? Ne percevez-vous pas ce handicap ?
A.E : Non du tout. Historiquement, je ne connais aucun exemple de ce genre. Tenez, puisque vous évoquez le Nigéria, si l’on parle tant du rôle de la CEDEAO dans la sous-région, c’est cause du poids de ce pays. C’est pareil de l’Afrique du Sud dans la SADEC. Un Etat grand et fort dans un regroupement ne peut être que bénéfique dans la mesure où il va tirer les autres vers le haut. Du reste, aucun pays n’est sans atout. Nous Togolais on nous reconnaît la qualité et le sérieux des ressources humaines. Cela ne sera pas sans intérêt pour nos partenaires dans le cadre du partenariat public/privé où les hommes d’affaires des autres Etats auront à travailler avec notre administration.

Togoforum : La vision un peu trop économiste de la ZACOP n’a pas permis de percevoir la dimension culturelle du projet et tout l’effet de levier de la culture alors que les quatre pays engagés dans cette aventure trouveraient, du fait de leur proximité humaine, des raisons de faire de la culture un accélérateur, disons le terreau de leur ambition d’intégration tout comme ils trouveraient, sous l’angle des industries culturelles, des raisons de faire de la culture un produit économique rentable. M. Agba, pourquoi la culture n’a pas tant préoccupé les initiateurs du projet ?
A.E :Vous avez parfaitement raison sauf qu’à la ZACOP la culture n’est pas mise sous le boisseau car tout le monde est conscient qu’elle participe au développement d’une manière générale. D’abord d’un point de vue intellectuel, l’être humain comme la nation a besoin de ce côté immatériel pour sa maturité harmonieuse. Ensuite par son impact, la culture participe directement à la croissance économique.

Pour revenir à la ZACOP proprement dit nous avons trois sous-secteurs pilotés par les membres du Secrétariat Exécutif dont le sous-secteur culture-tourisme-sport.

Togoforum : La ZACOP semble être une des formes prometteuses de la nouvelle génération des organisations d’intégration chargées de rapprocher les peuples. Mais en deux ans d’existence, cette structure reste méconnue de ces peuples. N’est-ce pas parce qu’il y a un déficit de communication ? Alors, quelles stratégies le secrétariat exécutif entend mettre en œuvre pour vulgariser les idéaux de la ZACOP ?
A.E :Oui sans doute qu’il y a pour le moment un déficit de communication qui tient au fait que les activités opérationnelles de l’organisation n’ont pas encore démarré. Cependant, je pense que les torts sont partagés car en dépit du succès retentissant du Sommet des Chefs d’Etat à Kara le 21 juillet 2009 les organes de presse n’ont pas beaucoup répercuté l’évènement.

Au reste, le moment venu, des stratégies seront déployées pour faire connaître la ZACOP.

Togoforum : Si l’on ne se trompe, la ZACOP semble battre de l’aile. M. Agba, dites-nous ce qui bloque le démarrage effectif des activités de la ZACOP si tant que la mise en place de cette structure vient de la volonté des quatre chefs d’Etat qui ont voulu faire un instrument au service du développement et de la croissance et un laboratoire de ce pourrait être un jour l’intégration africaine ?
A.E : Non, on ne peut pas dire que la ZACOP bat de l’aile. Il est certain qu’une Institution qui naît connaît forcément des difficultés de démarrage. Il faut de locaux pour le siège et surtout le nerf de la guerre, l’argent. Fort heureusement ces questions sont entrain de trouver leur solution. Le budget de fonctionnement et d’équipement est bouclé à plus de 80%. Je prends le pari que d’ici fin janvier 2010 l’équipe du Secrétariat exécutif sera installée à son siège à Lagos.

Togoforum : A leur 3e sommet tenu le 21 juillet 2009 à Kara au nord du Togo, les dirigeants des quatre pays membres de la ZACOP conscients de la situation ont pris un certain nombre de mesures pour hâter le processus de sa mise en forme. Entre autres décisions prises la création d’un fonds de solidarité et d’appui à la ZACOP, l’adoption d’un protocole de mémorandum d’entente portant statut de l’unité de soutien technique et le budget de fonctionnement. Malheureusement on se rend compte que ce sont des paroles d’intention qui n’ont duré que le temps du congrès puisque visiblement aucune action n’a été entreprise à ce jour depuis ce congrès. Qu’est-ce qui se passe au juste ?
A.E : Je viens de vous le dire, ce ne sont pas des paroles en l’air. Concernant particulièrement le Fonds de Solidarité, ce sont les experts togolais qui l’ont conçu, qui l’ont étudié minutieusement et qui ont proposé sa création aux hautes autorités de notre pays. Au sommet de Kara, l’idée a été retenue, cependant l’on a estimé qu’il fallait faire démarrer l’Organisation à la suite de quoi le Secrétariat exécutif remettra la question sur la table.

Togoforum : Parmi les décisions prises au sommet de Kara figure la question de libre circulation des personnes, des biens et services, une question qui avait également préoccupé les pères fondateurs de la CEDEAO. De Quels moyens dispose aujourd’hui la ZACOP pour juguler ce phénomène où, avouons-le, la CEDEAO a lamentablement échoué.

A.E : Quels moyens ? La volonté politique, la détermination des peuples du fait de leur proximité, de leur ressemblance, de leurs liens culturels et historiques. Qui peut durablement séparer des peuples partageant la même langue maternelle par exemple ?

Togoforum : Pour terminer cet entretien, avez-vous un messager particulier ?
A.E : Mon mot de fin serait d’abord de vous remercier. La pertinence de vos questions prouve à suffisance que vous avez une parfaite connaissance de la ZACOP et surtout que vous y attachez un certain intérêt. Ensuite, je crois que la ZACOP pourrait être un bon exemple de co-développement. Pour cela, il conviendrait de passer à la phase de concrétisation du principe de libre circulation. Il faut lever toutes ces barrières tarifaires et non tarifaires à l’intérieur du regroupement qui annihilent bien d’initiatives. Je rêve qu’un jour, nous voyagerons d’Accra à Lagos sans nous rendre compte de l’existence des frontières. Ce n’est pas une chimère. Cela s’est fait ailleurs.

Vous imaginez-vous ce que nous gagnerions en temps, en économie, en prospérité ! Après tout n’est- ce pas ça la coprospérité ? Je vous remercie.

Retourner à la page Accueil

Interviews

Entretien avec Apédo-Amah Togoata : Je préconise contre l'armée putschiste au pouvoir, le boycott de la présidentielle de 2010
Interview avec l'écrivain Gerry Taama : La culture togolaise est « l’une des cultures les plus riches, les plus complètes et les plus complexes de la sous-région
Kagni Alem : L’humanité c’est chaque homme plus les autres : Pour ma part, je crois qu’il n’y a rien à réparer, mais tout à comprendre
Bassirou Ayéva : «Nos artistes traditionnels méritent valorisation, promotion, et reconnaissance»
Me Madji Yawovi Agboyibo, Ex-président du CAR: « Entre partenaires, la construction d’une alternative efficace pour l’alternance en 2010 passe par le renvoi mutuel de l’ascenseur ».
Nadim M. Kalife : «Tout d’abord, il nous manque toujours la mise en place de la COUR des COMPTES prévue dans la Constitution, et cela traîne depuis 1974»
La science fiction de l’Honorable Voulé Frititi : «L’âge limite de fonction présidentielle doit être fixé à 65 ans…»
Comi Toulabor : « Faure comme son père n’est pas là pour construire des ponts, des écoles, des routes, des hôpitaux »
M. Radji Latifou, président du comité Miss Inter collégienne : « Encourager la jeune élève à prendre conscience de son éducation »
Gabriel Dosseh-Anyron : Il serait contre productif de vouloir faire croire à la population que ces Consultations sont une rnanoeuvre
Odile Biyidi : Sarkozi n'a aucune politique africaine
Bibish Môlah : En Concert le 14 Juin 2008 á Düsseldorf
Education nationale : L'Honorable député Voulé-Frititi explique les causes profondes de la mauvaise santé de l'école au Togo
Gilbert Atsu de la NDP : « Il est tout à fait judicieux de limiter l’âge pour les candidats à l’élection présidentielle »
A propos de la crise à la Fédération : « Ne pas respecter nos statuts, c’est renier notre identité. La FIFA ne respectant pas nos statuts, renie notre identité»
Maître Yawovi Agboyibo : Au nom de sa conception biologique de la lutte, le leader de l'UFC s'emploie à éliminer les autres leaders
Paul Ayivon : «C’est d’une voix unie depuis l’étranger que nous pourrons avoir un impact, aussi petit soit-il, sur les grandes décisions de notre gouvernement»
M Kofi Yamgnane : «Charles Debbasch, alias Koffi SOUZA, n'est pas seulement le CHEF du clan des Blancs» au service du régime togolais, il est en réalité surtout le vrai chef de l'Etat togolais !»
Bawara : Nous envisageons avec le soutien de l’UE la tenue d’un Forum des Togolais de l’Extérieur
Interview avec Kangni Alem : La neutralité politique est une posture mensongère
Maître Martial Akakpa : Martial Akakpo présente l'observatoire togolais de la bonne gouvernance et revient sur l'affaire Moévi
M Victor Alipui repond aux questions de togoforum.com : «C’est une supercherie. Les élections législatives n’auront pas lieu le 5 août 2007»
Interview de Togoforum à M. Tchassona Traoré : Depuis que notre parti est né, nous n’avons pas de relation particulière avec le PDR qui, pour nous, reste une formation politique comme toute autre
Monsieur Antoine Bodjona s'entretient avec togoforum : « Quelques fois aussi il ne faut pas se plaindre d’être un parent d’un membre du parti adverse »
Entretien avec le Docteur Thierno Maadjou Sow de Guinée : « Aucun guinéen n’est plus prêt á se faire tricher » et je vous dis que l’expression est devenue générale
L’Honorable Frititi Voulé repond aux questions de togoforum : « La célébration du 13 Janvier dans ses formes originelles n’a plus sa raison d’être… »
CTR : togoforum tend son micro à M. Isidore LATZOO du Comité togolais de résistance
UFC : Jean-Pierre FABRE de l'Union des forces de changement répond aux questions de Togoforum
Monsieur Kofi FOLIKPO de PYRAMID of YEWEH : Monsieur Kofi FOLIKPO repond aux questions de togoforum.com
Entretien avec Monsieur Comi Toulabor : Echec ou réussite du dialogue : tout est fonction de quel bout de la lorgnette où on se trouve pour apprécier
UFC: Causerie avec Monsieur Elliot Ohin, Représentant de l’Union des Forces de Changement (UFC) en Amérique du Nord
Réponses du Professeur Léopold M. GNININVI, SG de la CDPA, aux questions de Togoforum
Entretien de togoforum avec M. Alex BINIZI, SG de l’A.P.U.A.-FRD
Péré: Désormais, avec le parti qui naît, les choses ne font que commencer et tout espoir est permis. Que Dieu bénisse et protège le Togo !
Causerie avec le Prof. Ayayi Togoata APEDO-AMAH, Secrétaire Général de la LTDH
Interview exclusive de Me Dégli au "Forum de la Semaine"
Les dernières élections belges et européennes analysées par Monsieur Labitey Combey Vioto
Quel bilan de 13 ans de lutte pour la démocratie au Togo et quelles perspectives d'avenir? Maître  Sitti analyse
Après les Elections Présidentielles du 1er juin 2003, M. Dahuku Péré s'entretient avec togoforum
Gilchrist Olympio s'entretient avec RFI après le rejet de sa candidature
Laurent Lawson du CTSD
Le Journaliste Abass M. S
sur la presse privée au Togo
Apédo-Amah dissèque la politique togolaise et ses acteurs
Regard croisé sur le théâtre en Afrique
Causerie avec Elizabeth Bouetard
Entretien avec La Compagnie "Le Roseau du Burkina Faso
Interview avec le Porte-Parole du PSR, le Professeur Wolu Kouami
Un éclairage  sur les questions monétaires actuelles avec le Professeur Jérémie Mbow KADOUMTA
Entretien avec l'avocat de M. Agboyibo, Me Kodjo APEVON
Interview accordée par Monsieur Bassirou Ayéva
 
  © 2005  www.togoforum.com All rights reserved