A propos de cet espace

AgoraPress

Tribune

Economie

Politique

Culture

Société

Sites

27 avril 2003
La candidature unique est une candidature inique, une diversion, une trahison"

L'interview qui suit a été accordée par le Prof. Ayayi Togoata Apédo-Amah à un journal loméen, le "Flambeau des Démocrates." Dans cet entretien M. Apédo aborde le concept de la candidature unique. Il fait observer que «l'opposition n'est jamais si divisée que lorsqu'elle se prétend unie dans des regroupements bidon et sans principes. L' on s'unit par démagogie et non par conviction.»

Flambeau des Démocrates : M. Ayayi Togoata Apédo-Amah, en tant qu'observateur indépendant de la politique togolaise, que vous inspirent les péripéties au sein de l'opposition pour le choix d'un candidat unique ? 

Ayayi Togoata Apédo-Amah : Le spectacle est risible et triste tout à la fois. Si vous vous souvenez bien, en 2002 j'ai donné une longue interview sur le site togoforum.com dans laquelle j'ai qualifié les différents regroupements des partis d'opposition de marchés de dupes dans lesquels les gros poissons cherchent à dévorer le menu fretin, lequel à son tour cherche à dégraisser les gros poissons.

J'ai basé mon analyse sur le fait que l'opposition n'est jamais si divisée que lorsqu'elle se prétend unie dans des regroupements bidon et sans principes. L' on s'unit par démagogie et non par conviction.

Les faits ont démontré que la tension est toujours moins vive quand chaque parti conserve son autonomie dans des cercles informels de concertation. Je dois vous avouer que le jour où j'ai appris la création du Front (CAR , CDPA, UDS-TOGO, ADDI) puis de la CFD ( UFC,CPP, CAR, CDPA, ADDI, PDR, PSR, RENOVATEURS, UDS-TOGO), j'ai été scandalisé. J'ai interprété cette mascarade comme un refus des leaders de l'opposition de tirer les leçons du passé en s'entêtant à toujours commettre les mêmes erreurs criminelles qui ouvrent des boulevards à la pérennisation de la dictature. Tenez ! Le CAR avait décidé, avant ma démission de ce parti de ne plus jamais participer à des pseudo regroupements de l'opposition. Lorsque l'UFC a refusé d'adhérer au Front, j'ai eu à en féliciter deux ou trois responsables à différents niveaux de ce parti. Mais à mon grand étonnement une semaine plus tard, l'UFC intégrait la CFD. Vous connaissez vous-même comment tout cela s'est achevé en pantalonnade grotesque et puérile qui discrédite tous les acteurs de l'opposition.

La plupart des leaders se sont fendus de longues interviews pro domo pour accuser les autres tout en se drapant eux-mêmes dans la toge d'une vertu douteuse. Il ne  s'agit pas de gueuler plus fort que les autres. Ils sont tous coupables dans leur logique de la défaite et de l'irresponsabilité qui fait le lit d'Eyadéma.

La logique du changement qui se veut incontournable exige que l'on désigne l'adversaire principal :Est-ce Gnininvi qui tient les rênes de la dictature ? Est-ce Edem Kodjo ? Est-ce Agboyibo ? Est-ce Olympio ? Est-ce Ayéva ? Est-ce Folly ? Pourquoi s'acharne -t-on à oublier ainsi Eyadéma ? 

Lorsque vous avez un esprit cartésien et méthodique, vous avez une façon de travailler qui relève du bon sens le plus élémentaire. Je m'explique. Celui qui veut aller à des élections bricolées par une dictature qui les organise pour les gagner frauduleusement depuis dix ans, s'organise d'abord et prioritairement pour obtenir des conditions de transparence et de contrôle des élections. C'est donc après avoir obtenu l'essentiel que l'on songe à la candidature, fût-elle unique. 

Cette fameuse candidature  unique est aussi une duperie. Quel est le leader qui ne veut pas être candidat ? Les présidentiables se sont eux-mêmes piégés, car aucun ne veut faire le lit de son concurrent. D'où le blocage et l'immobilisme. Gilchrist Olympio a le premier flairé le piège qui a pris le prétexte bidon et démagogique du dépôt provisoire de certaines candidatures à la CENI pour se sortir de ce guêpier afin de ne pas faire défendre sa candidature du choix de ses frères ennemis de la CFD qu'il soupçonne, à bon droit, de ne pas lui vouloir que du bien. 

Agboyibo s'est quant à lui, empêtré dans le piège en n'ayant pas su claquer la porte de la CFD comme Olympio. Conséquence : son ambition présidentielle est largement compromise à cause de ses faux amis qui n'entendent pas le faire roi. En ce moment, il y a fort à parier que les Caristes doivent se mordre les doigts jusqu'au sang pour n'avoir pas respecté leur engagement antérieur pris vis-à-vis d'eux-mêmes de ne pas participer à des regroupements bidon. 

Vous l'aurez deviné, si je m'attarde sur Agboyibo et Olympio, c'est parce que j'ai le sentiment que ce sont les seuls présidentiables crédibles qui peuvent rassembler les Togolais derrière eux s'ils sont sérieux et patriotes. Je ne dénigre pas les autres présidentiables potentiels : mon analyse repose sur les rapports de force au sein de l'opposition démocratique. 

Il est vraiment affligeant que le nouveau code électoral fabriqué sur mesure par le RPT pour écarter la candidature de Gilchrist Olympio ait rencontré un écho favorable mais inavouable dans la CFD. Autrement dit, le bannissement électoral d'Olympio arrange Eyadéma  et tous les autres leaders, car je m'aperçois qu'aucun d'entre eux ne s'est battu contre la mesure scélérate qui frappe leur camarade. Mais le paradoxe, c'est que Olympio et l'UFC, eux non plus, n'ont rien fait à ce jour pour faire sauter ce verrou juridique mesquin et lâche. Nos grands opposants s'amusent comme des bambins. Faut-il en rire ou en pleurer ? 

Il est un fait dont la gravité doit alerter les dirigeants de l'opposition : la population n'a pas bougé pour aller s'inscrire sur les listes électorales . S'inscrire pour quoi faire ? Telle est la question qu'elle pose aux partis de l'opposition à juste titre. Ce boycott pose une autre question non moins capitale à ceux qui se battent comme des chiffonniers pour une candidature unique : vous êtes candidat à quoi ? 

Lorsque le citoyen lambda fait preuve de plus de bon sens que nos grands leaders de l'opposition, nous sommes obligé en tant que citoyen, démocrate et intellectuel de nous  poser des questions sur les capacités intellectuelles de ceux qui aspirent à nous diriger demain. 

Gilchrist Olympio a-t-il fait lever l'hypothèque sur sa candidature et a-t-il obtenu des conditions d'élections transparentes ? Et la clique de la CFD d'Agboyibo,Ayéva, Kodjo, Gnininvi, etc…quelles garanties de transparence a -t- elle arraché à Eyadéma pour avoir eu le toupet de demander à la population d'aller s'inscrire sur les listes électorales pour une élection présidentielle frauduleuse programmée ? 

Nous avons le devoir de nous dire la vérité entre Togolais : tout ce qui se passe actuellement dans l'opposition, c'est de la haute trahison  . Toutes ces querelles idiotes, toutes ces inepties pour être candidats ou candidats à la candidature ne sont qu'une lamentable et honteuse caution de la dictature. Les dirigeants de l'opposition se coalisent avec le RPT pour devenir de dangereux ennemis du peuple. C'est proprement scandaleux. C'est un coup de poignard mortel dans le dos du peuple. Nous demander d'aller voter dans des conditions pareilles, c'est vouloir nous ramener au temps du parti unique avec ses élections à la soviétique et ses scores de 100 % ou de 99,99%. Autant nous demander de boire un bol de poison !. 

Toutes ces histoires de candidature unique, s'apparentent à un grossier stratagème de diversion pour faire oublier au peuple togolais les conditions scélérates d'élection qu'on lui prépare pour pérenniser une odieuse dictature qui a arriéré notre pays à tout point de vue. Et le comble dans cette tartarinade de bas étage, c'est que les journaux d'opposition, d'habitude plus lucides, se sont laissé embarquer dans cette dangereuse diversion. Aucun article pour réclamer des élections transparentes, comme si toute la presse "démocratique" s'était donnée le mot pour entériner avec  les politicards de l'opposition une sinistre mascarade électorale qui constitue une humiliation pour le peuple togolais, lequel a vu le piège et renoncé à le cautionner par sa participation jusqu'à nouvel ordre. Pour la première fois depuis bien longtemps, la presse d'opposition à même complètement oublié Eyadéma. C'est inquiétant. 

Je me répète :  tout ce qui se trame aujourd'hui au sein des partis de l'opposition dite démocratique n'est que diversion et haute trahison. La "candidature unique" est une candidature inique, une diversion, une trahison. 

F. D. : Les jeunes de la Nouvelle Dynamique Populaire (NDP) ont séquestré les dirigeants de la CFD en conclave au siège de la CPP d'Edem Kodjo le 4 avril pour exiger l'élection immédiate d'un candidat unique. Le salut viendra-t-il de la jeunesse? 

A.T.A.A : Nous comprenons l'impatience et l'irritation des jeunes militants démocrates. Mais si ces jeunes veulent influencer favorablement le cours des choses au sein des forces démocratiques, ils doivent se garder de se laisser embrigader par tous les leaders qui organisent la diversion et trahissent  la lutte du peuple. Une jeunesse éduquée et bien instruite se doit d'être lucide et faire des analyses pour comprendre et déjouer les pièges de la politique et ses ruses. Une jeunesse domestiquée pour n'obéir qu'aux mots d'ordre et se mettre au garde-à-vous aux claquements des doigts des leaders est une armée de zombies. Le triste spectacle des jeunes liseurs de motion du RPT est suffisamment éloquent. 

Si les jeunes de la NDP étaient suffisamment lucides pour déjouer la diversion et la trahison qu'elle cache, ils n'auraient certainement pas recouru à la séquestration des dirigeants de l'opposition pour exiger d'eux ici et maintenant un "candidat unique". Ils auraient dû réclamer la fin des candidatures cautions de la dictature pour exiger que l'opposition se mette en ordre de bataille afin d'imposer à Eyadéma l'organisation d'une vraie élection présidentielle au Togo en cette année 2003. Savez-vous qu'il n'y a jamais eu de vraie élection présidentielle au Togo depuis 1960 ? Est-ce pour nous un motif de fierté ? 

L'organisation d'une vraie élection présidentielle est la seule exigence autour de laquelle l'opposition peut mobiliser massivement le peuple pour arriver à ses fins. Tout le reste n'est que foutaise et moquerie.  

Le motif de la séquestration est donc puéril et participe aussi du complot de la diversion. 

Pourquoi les jeunes militants de la démocratie ne susciteraient-ils pas de nouveaux leaders pour conduire la lutte du peuple togolais contre la  dictature ?  

F. D : Quelles conséquences peut-on craindre pour les togolais du rejet par la Cour Constitutionnelle de la candidature de Gilchrist Olympio ? 

A.T.A.A : Votre question est rigolote. La candidature traîtresse d'Olympio est un non-événement pour le combattant de la démocratie que je suis. De la même façon, lorsque cette pseudo-candidature sera rejetée par une institution installée par le RPT ,ce sera aussi un non-événement puisque tout le monde sait d'avance qu'elle sera rejetée. Même les bébés le savent. J'en appelle donc au bon sens et au patriotisme d'Olympio et des autres leaders pour qu'ils cessent d'abuser le peuple et de comploter contre lui afin de mener le vrai combat pour le vrai changement. Un boycott serait une catastrophe. Une participation caution le serait également. 

J'ai le regret de vous dire avec beaucoup d'amertume que la politique qui est celle de l'opposition en rapport avec l'élection présidentielle, est une politique RPToche odieuse que tous les vrais démocrates, allergiques à la tyrannie, ont l'impérieux devoir de compisser pour en contraindre les auteurs à la jeter à la poubelle parce qu'elle pue et dégage des humeurs peccantes. Houn ! Si la candidature d'Olympio est rejetée, il n'y aura personne pour le pleurer hormis une poignée de niquedouilles en mal de déniaisement. 

F.D : Ne pensez-vous pas que tant de maladresses mettent le RPT en position de remporter l'élection de juin 2003 ? 

A.T.A.A :D'abord une précision. Le RPT ne peut remporter aucune vraie élection dans ce pays. Il le sait et c'est pourquoi il est toujours obligé de tricher pour maintenir la tête du régime illégitime hors de l'eau.

Ensuite, ce que vous appelez maladresses est un doux euphémisme. Il  y a un complot, une trahison. Je ne puis croire que toutes ces éminentes personnalités de l'opposition soient des analphabètes politiques. Je ne leur fairais pas cette injure. 

J'ai même eu à lire dans notre presse, sous la plume de personnalités politiques togolaises exilées, des appels à soutenir ou à s'opposer à la candidature de tel ou tel leader. Et ces plumitifs écrivassiers se disent leaders d'opinion, grands intellectuels et politiques clairvoyants. Ils soutiennent des candidatures pour une non-élection ! Vous devez convenir avec moi qu'il s'agit là d'authentiques cancres politiques qui ont dû apprendre à politiquer dans d'obscures cours du soir. 

Qu'est-ce que le Togo a fait pour être descendu si bas, plus bas que terre ? 

Ce que vous appelez la victoire du RPT, ne sera qu'un coup de force de plus au compteur d'un pays voué au coup d'état permanent depuis 1960.

F. D.  : Au cours d'une conférence de presse, Me Djovi Gally a lancé un appel à l'opposition dans le sens d'un dialogue avec le pouvoir- RPT en vue d'une décrispation de la situation avant les élections. Croyez-vous cette initiative possible à quelque deux mois du scrutin ? 

A.T.A.A : En voilà encore un qui s'obstine à refuser de tirer les leçons du passé. A quoi ont servi les précédents dialogues avec Eyadéma sinon à lui servir de béquilles pour garder son pouvoir ? Cet appel est un non-événement à oublier d'urgence. C'est un acte de diversion pour distraire et l'opposition et le peuple.

La petite politique politicienne est essentiellement une politique faite de ruses, de médiocrité, de petitesse et d'opportunisme. Elle discrédite à coup sûr une classe politique et finit tôt ou tard par la couper de ses électeurs et des citoyens qui finissent par voir dans la politique une pratique essentiellement malsaine, et pourrie. Cette politique rikiki-là n'a rien à voir avec la politique avec une majuscule qui a vocation à bâtir une nation, créer les conditions de la prospérité et prévoir les enjeux du futur.

Le peuple togolais se bat pour s'ouvrir un horizon résolument bouché. Il mise sur le progrès et l'intelligence malgré l'obscurantisme ambiant qui pousse davantage vers l'apotropée que vers la résistance qu'on ne vienne plus lui faire perdre son temps en demandant aux politiciens de discutailler quand des intérêts capitaux sont en jeu tels que la conservation à tout prix du pouvoir pour le pouvoir et la peur de la démocratie. Vous voulez que celui qui détient le pouvoir par la force dans une dictature en fasse cadeau en discutaillant avec l'opposition qui veut le déloger de son fauteuil ?  Quelle fausse naïveté ! La question du pouvoir au Togo est essentiellement une affaire de gros intérêts et de privilèges usurpés. La nature du pouvoir et ses hommes ne changeront que si les forces démocratiques se mettent sérieusement au travail pour mobiliser massivement les forces populaires afin de modifier radicalement et de façon irréversible les rapports de forces en faveur du peuple martyr. 

Tout le reste n'est que diversion et trahison.

Il fallait le dire.

Interviews

 
 
 

Achetez ici votre parfum

 

Trouvez une bourse d'études

Find Scholarships Today!

 

Job.com

 

 

Pour tout contact écrire à liaisons@togoforum.com

Tribune | Interviews | Débats | AgoraPress | Economie | Culture | Chatroom | Sites