Actualité Tribune Forums Photos Music Sports Sites Interviews Downloads Radio
Interview

Amah Gnassingbé : Mon absence au soi-disant 2e congrès ordinaire de l’UFC  n’est que la preuve du degré élevé de cynisme de cette minorité dirigée par Gilchrist Olympio

AgoraPress Lomé - Propos récueilli par Alain Nococo le 15 août 2008

Suite au congrès ordinaire de l’Union des Forces de Changement (UFC) tenu les 18 et 19  juillet derniers à Lomé, nous avons tendu notre micro au Dr Amah Gnassingbé, membre fondateur de ce parti et absent à ces assises. Il nous donne ici les raisons de son absence et se prononce sur la candidature de Gilchrist Olympio aux prochaines élections présidentielles de 2010.

Le Dr Amah Gnassingbé

Togoforum : M. Amah Gnassingbé, votre absence au 2e congrès statutaire de l’UFC tenu les 18 et 19 juillet derniers à Lomé a surpris plus d’un togolais qui attendait de vous voir relever le défi en participant à ce congrès et en vous faisant élire à la place de Gilchrist Olympio puisqu’il n’y a pas longtemps, vous déclariez que vous êtes plus UFC que Gil parce que vous étiez membre fondateur du parti et le vrai détenteur du récépissé.
Le Docteur Amah Gnassingbé :
Vous savez, ce n’est pas parce qu’on est membre fondateur d’un parti et vrai détenteur du récépissé qu’on doit nécessairement en être le Président. Et mon intention n’a jamais été de me faire élire à la place de M. Gilchrist Olympio. S’il pouvait en être ainsi, je ne serai pas en train de travailler ici et le maintenir président durant tout le temps où il lui était impossible de rentrer au pays sans craindre pour sa vie.

Je refuse tout simplement que l’UFC soit l’otage d’une minorité qui se croit plus intelligente et qui instrumentalise tout un peuple au gré de leurs intérêts.

Mon absence au soi-disant 2e congrès ordinaire n’est que la preuve du degré élevé de cynisme de cette minorité dirigée par Gilchrist lui-même, minorité qui considère l’UFC comme leur entreprise personnelle et les autres militants comme leurs métayers.

Togoforum : Quelles peuvent être les raisons de votre absence à ce rendez-vous ?
Amah Gnassingbé :
Je n’ai reçu ni une convocation ni même une invitation pour ce congrès. Vous savez, après la signature de l’APG, et quand il s’était agi de former le gouvernement, l’UFC, consciente du fait que le régime RPT n’accepterait jamais lui confier la primature, a décidé lors d’une réunion convoquée à cet effet, de participer au gouvernement quelles que soient les conditions. L’objectif étant de préparer les élections législatives anticipées à venir. Depuis cette décision, certains membres du Bureau National du parti, forts des relations personnelles clandestines qu’ils entretiennent avec certaines sommités du parti au pouvoir avaient commencé par négocier, contrairement à cette position officielle du parti, le poste de Premier Ministre.

Déçu par la nomination de Me Agboyibo à la primature, ce groupuscule voulait étendre sa déception à l’ensemble du parti, allant jusqu’à vouloir changer la ligne de conduite que nous nous sommes ensemble donnés. C’est là où je n’avais pas partagé les termes malpropres dans lesquels Gilchrist avait réagi à la nomination de Me Agboyibo ; car c’était une victoire pour l’opposition en général. Cette situation a conforté ma conviction selon laquelle non seulement le Président National, compte tenu du fait qu’il ne réside pas au pays, est constamment manipulé par quelques individus qui seuls savent ce qu’ils cherchent, mais aussi qu’il a du mépris pour ma personne.

Sinon comment comprendrait-on qu’en tant que 2e vice-président, qui de surcroît est appelé à assurer l’exécution des décisions du parti, en l’absence du Président et du 1ervice-président, M. Olympio n’ait pas daigné m’informer personnellement sur une quelconque modification qu’il était en train de faire intervenir dans la ligne politique du parti ?

C’est malheureusement sur les médias que j’ai appris sa réaction comme tout le monde.

J’avais donc décidé de me conformer, par ma participation au gouvernement d’alors, à la position du parti.

Suite à cela, j’avais reçu une note de suspension, note que je n’avais même pas déchargée. Mais il n’a jamais été question de mon exclusion du parti d’autant plus que seul le congrès est habileté à le faire.

Ce qui est regrettable c’est que notre situation n’a même pas été évoquée à ce congrès ; ce qui est une mesquinerie qui ne dit pas son nom, un complot contre la personne d’Amah Gnassingbé. S’ils ne l’ont pas fait, c’est tout simplement parce qu’ils ont conscience que le congrès trancherait en ma faveur. Loin de me faire mal, tout ceci vient exposer à la face du monde, de quoi sont capables ceux qui s’érigent en donneurs de leçon de démocratie et experts en bonne gouvernance.

Togoforum : Aujourd’hui, on peut dire que le pont est définitivement rompu entre vous et l’UFC puisque, non seulement vous n’avez pas assisté au congrès, mais aussi le poste de 2e vice-président que vous occupiez a été attribué à un autre. Confirmez-vous cela ?
Amah Gnassingbé :
Ce n’est pas parce que je n’avais participé à un congrès organisé par la bande à Gilchrist Olympio, que je ne suis plus membre de l’UFC. Ce n’est également pas le poste de 2e vice président au sein d’un bureau dirigé par un dictateur comme Gilchrist Olympio qui fait de moi le militant convaincu et combattant de la démocratie que tous les Togolais connaissent. Je suis et je demeure membre fondateur de l’UFC mais d’une autre tendance. C’est-à-dire celle qui est soucieuse des intérêts du peuple togolais qui veut travailler dans l’unité, la justice en disant partout la vérité. A ce propos, j’ai déjà saisi par courrier le ministère de l’Administration Territoriale. Quant à ces tenants de la tendance radicale, qui baignent intentionnellement dans un extrémisme nuisible et destructeur, je voudrais leur dire que je les considère désormais comme des ennemis du peuple togolais et de la République toute entière jusqu’à ce qu’ils comprennent que le développement de la nation togolaise et le bien-être du peuple doivent passer avant leurs intérêts égoïstes qu’ils tentent en vain de cacher sous un soi-disant nationalisme.

Togoforum : Au regard de ce qui s’est passé, beaucoup pensent que ce 2e congrès de votre parti vient de signer votre mort politique. Que leur répondez-vous ?
Amah Gnassingbé :
Mon objectif de contribuer à faire du Togo un pays fort et prospère n’est pas encore atteint pour que j’abandonne le combat. Comme je l’ai dit tantôt, je suis de la tendance de l’UFC qui pense que le radicalisme aveugle et suicidaire n’a plus sa raison d’être dans le débat politique aujourd’hui ; et la plupart des militants sont du même avis. C’est donc dans cette logique que je continuerai ma lutte jusqu’à l’instauration complète de la démocratie et l’Etat de droit sur la Terre de nos Aïeux.

Togoforum : Vous aviez entre temps menacé d’arrêter M. Gilchrist Olympio et le traduire en justice sous prétexte qu’il n’était pas membre fondateur du parti et de ce fait détenteur du récépissé de l’UFC. Maintenant que les choses semblent rentrer dans l’ordre avec la confirmation de Gil à la tête du parti, qu’allez-vous faire maintenant ou en tout cas, quelle sera votre marge de manœuvre ?
Amah Gnassingbé :
J’avais brandi cette menace parce qu’il a violé la loi du 12 avril 1991 portant charte des partis politiques en son article 10 alinéa 4 qui stipule que « nul ne peut être fondateur d’un parti s’il ne réside sur le territoire national ». Donc, nul n’est au-dessus d’une loi. En outre, lors de la signature de l’APG, c’est à moi qu’il revenait en tant que 2e vice-président et chef de la délégation de mon parti au dialogue intertogolais d’apposer ma signature mais à la surprise générale, c’est plutôt M. Eric Amerding conseiller et beau frère de Gilchrist Olympio qui a été expressément invité à le faire.

Togoforum : Le congrès, après deux jours de travaux, a procédé au réaménagement des textes fondamentaux et au renouvellement des organes de direction. Quel regard portez-vous sur les nouvelles instances dirigeantes du parti notamment les hommes et les femmes appelés à défendre les idéaux du parti ?
Amah Gnassingbé :
A ma connaissance les textes de l’UFC sont demeurés intacts à part quelques réaménagements mineurs.

Quant aux hommes et femmes désignés par M. Olympio pour animer les instances dirigeantes de sa tendance, je n’ai aucun jugement à porter sur leur personne.

Je regrette seulement que ce soit les mêmes têtes qui sont revenues et que la promesse de permettre aux jeunes à faire leurs preuves n’a pas été tenue. Pourtant le parti en regorge beaucoup.

Si nous avons utilisé le mot ‘’désigner’’, c’est parce que je sais que ces messieurs n’ont jamais été élus. Ils font tout simplement partie d’une liste que le grand patron a soumise à l’acclamation des congressistes. Ceux qui ont osé lever leurs petits doigts contre cet état de chose ont été immédiatement muselés.

Vous voyez donc combien les prétendus démocrates ont peur de la démocratie. Elle fait mal.

Togoforum : L’une des décisions que nous pouvons qualifier d’importante a été la désignation de M. Gilchrist Olympio comme candidat du parti à la présidentielle de 2010. M. Amah Gnassingbé, cette décision vous surprend-elle ? Si oui ne pensez-vous pas que l’annonce de cette candidature est prématurée si l’on sait que beaucoup reste à faire notamment sur le plan des réformes constitutionnelles et institutionnelles pour l’annonce d’une candidature fut-elle de l’UFC ou d’un autre parti politique ?
Amah Gnassingbé :
Connaissant bien M. Olympio, l’annonce de sa candidature ne m’a guère surpris. Je le voyais venir depuis.

Je savais qu’il allait encore vouloir tenter sa chance vu la décrispation politique qui s’observe dans le pays.

Seulement s’il l’a annoncé si tôt, c’est tout simplement pour taire les velléités imminentes de candidature dans son propre camp car beaucoup sont les militants qui pensent aujourd’hui que M. Gilchrist Olympio a fait son temps.

En ce qui me concerne, j’estime qu’il serait préférable que l’on s’assure que les réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG soient effectives. Ce qui rendrait les conditions plus favorables avant l’annonce de toute candidature.

Togoforum : Monsieur Amah Gnassingbé, comment expliquez-vous le fait que malgré tout ce que vous avez fait pour le parti et ceci au risque de votre vie, les congressistes n’ont pas daigné vous accorder une place de choix comme ils l’ont fait pour M. Emmanuel Akitani-Bob en lui adressant une motion spéciale de félicitations et de remerciements pour les loyaux services rendus au parti. Ce silence ne frise-t-il pas, comme l’a laissé entendre un observateur de la politique togolaise, du mépris ?
Amah Gnassingbé :
Je ne suis d’ailleurs pas le seul, toute ma tendance a également œuvré pour la bonne marche du parti. C’est le cas par exemple de M. Antoine Bodjona qui, au risque de sa vie, avait énormément contribué à l’implantation du parti dans la partie septentrionale du pays, plus précisément dans la région de la Kara au plus fort de la répression contre les partis politiques de l’opposition et qui est aujourd’hui traité de tous les noms d’oiseaux depuis que le problème de mon entrée au gouvernement s’est posé. Il en est de même pour M. Issa qui a œuvré pour l’implantation du parti dans l’Assoli.

Comment des gens qui, pour un rien du tout, arrivent à balayer d’un revers de mains tout le travail abattu par des militants convaincus pourront-ils gérer comme cela se doit les ressources humaines dont ils disposent lorsqu’ils seraient amenés à prendre le pouvoir un jour ?

Togoforum : Avez-vous un message particulier à adresser à vos ex-compagnons de lutte et toute la population ?
Amah Gnassingbé :
A ces messieurs dont l’ambition aujourd’hui est de se servir de l’UFC pour satisfaire leurs intérêts personnels et qui instrumentalisent la population à cette fin, je dirais d’arrêter cette machination car le peuple a trop souffert et a donc besoin de connaître un peu de joie et de prospérité. Nous disons à tous les militants de l’UFC que un adversaire politique n’est pas un ennemi, c’est pourquoi nous pensons que nous devons toujours continuer à travailler dans l’unité, rechercher la justice et dire la vérité.

Au peuple togolais dans toutes ces composantes, je voudrais demander de garder courage car il y a une raison d’espérer.

 
Retourner à la page Accueil

Interviews

Bassirou Ayéva : «Nos artistes traditionnels méritent valorisation, promotion, et reconnaissance»
Me Madji Yawovi Agboyibo, Ex-président du CAR: « Entre partenaires, la construction d’une alternative efficace pour l’alternance en 2010 passe par le renvoi mutuel de l’ascenseur ».
Nadim M. Kalife : «Tout d’abord, il nous manque toujours la mise en place de la COUR des COMPTES prévue dans la Constitution, et cela traîne depuis 1974»
La science fiction de l’Honorable Voulé Frititi : «L’âge limite de fonction présidentielle doit être fixé à 65 ans…»
Comi Toulabor : « Faure comme son père n’est pas là pour construire des ponts, des écoles, des routes, des hôpitaux »
M. Radji Latifou, président du comité Miss Inter collégienne : « Encourager la jeune élève à prendre conscience de son éducation »
Gabriel Dosseh-Anyron : Il serait contre productif de vouloir faire croire à la population que ces Consultations sont une rnanoeuvre
Odile Biyidi : Sarkozi n'a aucune politique africaine
Bibish Môlah : En Concert le 14 Juin 2008 á Düsseldorf
Education nationale : L'Honorable député Voulé-Frititi explique les causes profondes de la mauvaise santé de l'école au Togo
Gilbert Atsu de la NDP : « Il est tout à fait judicieux de limiter l’âge pour les candidats à l’élection présidentielle »
A propos de la crise à la Fédération : « Ne pas respecter nos statuts, c’est renier notre identité. La FIFA ne respectant pas nos statuts, renie notre identité»
Maître Yawovi Agboyibo : Au nom de sa conception biologique de la lutte, le leader de l'UFC s'emploie à éliminer les autres leaders
Paul Ayivon : «C’est d’une voix unie depuis l’étranger que nous pourrons avoir un impact, aussi petit soit-il, sur les grandes décisions de notre gouvernement»
M Kofi Yamgnane : «Charles Debbasch, alias Koffi SOUZA, n'est pas seulement le CHEF du clan des Blancs» au service du régime togolais, il est en réalité surtout le vrai chef de l'Etat togolais !»
Bawara : Nous envisageons avec le soutien de l’UE la tenue d’un Forum des Togolais de l’Extérieur
Interview avec Kangni Alem : La neutralité politique est une posture mensongère
Maître Martial Akakpa : Martial Akakpo présente l'observatoire togolais de la bonne gouvernance et revient sur l'affaire Moévi
M Victor Alipui repond aux questions de togoforum.com : «C’est une supercherie. Les élections législatives n’auront pas lieu le 5 août 2007»
Interview de Togoforum à M. Tchassona Traoré : Depuis que notre parti est né, nous n’avons pas de relation particulière avec le PDR qui, pour nous, reste une formation politique comme toute autre
Monsieur Antoine Bodjona s'entretient avec togoforum : « Quelques fois aussi il ne faut pas se plaindre d’être un parent d’un membre du parti adverse »
Entretien avec le Docteur Thierno Maadjou Sow de Guinée : « Aucun guinéen n’est plus prêt á se faire tricher » et je vous dis que l’expression est devenue générale
L’Honorable Frititi Voulé repond aux questions de togoforum : « La célébration du 13 Janvier dans ses formes originelles n’a plus sa raison d’être… »
CTR : togoforum tend son micro à M. Isidore LATZOO du Comité togolais de résistance
UFC : Jean-Pierre FABRE de l'Union des forces de changement répond aux questions de Togoforum
Monsieur Kofi FOLIKPO de PYRAMID of YEWEH : Monsieur Kofi FOLIKPO repond aux questions de togoforum.com
Entretien avec Monsieur Comi Toulabor : Echec ou réussite du dialogue : tout est fonction de quel bout de la lorgnette où on se trouve pour apprécier
UFC: Causerie avec Monsieur Elliot Ohin, Représentant de l’Union des Forces de Changement (UFC) en Amérique du Nord
Réponses du Professeur Léopold M. GNININVI, SG de la CDPA, aux questions de Togoforum
Entretien de togoforum avec M. Alex BINIZI, SG de l’A.P.U.A.-FRD
Péré: Désormais, avec le parti qui naît, les choses ne font que commencer et tout espoir est permis. Que Dieu bénisse et protège le Togo !
Causerie avec le Prof. Ayayi Togoata APEDO-AMAH, Secrétaire Général de la LTDH
Interview exclusive de Me Dégli au "Forum de la Semaine"
Les dernières élections belges et européennes analysées par Monsieur Labitey Combey Vioto
Quel bilan de 13 ans de lutte pour la démocratie au Togo et quelles perspectives d'avenir? Maître  Sitti analyse
Après les Elections Présidentielles du 1er juin 2003, M. Dahuku Péré s'entretient avec togoforum
Gilchrist Olympio s'entretient avec RFI après le rejet de sa candidature
Laurent Lawson du CTSD
Le Journaliste Abass M. S
sur la presse privée au Togo
Apédo-Amah dissèque la politique togolaise et ses acteurs
Regard croisé sur le théâtre en Afrique
Causerie avec Elizabeth Bouetard
Entretien avec La Compagnie "Le Roseau du Burkina Faso
Interview avec le Porte-Parole du PSR, le Professeur Wolu Kouami
Un éclairage  sur les questions monétaires actuelles avec le Professeur Jérémie Mbow KADOUMTA
Entretien avec l'avocat de M. Agboyibo, Me Kodjo APEVON
Interview accordée par Monsieur Bassirou Ayéva
 
  © 2005  www.togoforum.com All rights reserved